Voitures américaines classiques - Page 34 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoDiscussions généralesVoitures américaines classiques   «   34   »   »»            Répondre    
 Page précédente    1    2      31    32    33    34    35    36    37      45    46   Page suivante 
2269 messages
44899 vues
Voitures américaines classiques
Deville70 le ven 5 fév 2016 à 21:31
Pour 1979, on change quelques détails. La calandre change de quadrillage. A l' arrière, les feux changent de disposition: les feux de recul sont au centre, les (très) gros feux arrières se font plus épais... Difficile de ne pas les voir, même en plein jour! On garde la custode style "arceau" (qui sera reprise sur les Ford Fairmont et Mercury Zephyr en version coupé).


Au niveau de la mécanique, le 400 ci passe à la trappe, ne laissant que les 302 et 351 ci disponibles.
C' est aussi la dernière année pour les pare-chocs chromés, ils seront de la couleur de la peinture de carrosserie pour la prochaine génération. Le plastique prend place sur le métal...
Deville70 le ven 5 fév 2016 à 21:48
1980, nouvelle décennie, nouvelle époque... Fini le disco au rythme balancé, bonjour la new-wave aux sons synthétiques...

On a maintenant une Thunderbird de neuvième génération (cela représente quand même 25 ans de carrière).

Rien à voir avec la précédente version, tant sur l' aspect que sur la technique.

La Thunderbird est juste... carrée. Ses dimensions se sont encore compactées, ses performances aussi. Le moteur de série est encore un V8 de maintenant 255 ci (4 179 cm3) de seulement 115 ch... C' est moins que le premier V8 de 1955. Et ne nous plaignons pas; pour 1981, ce sera un bloc 6 cylindres en ligne de 200 ci (3 277 cm3) qui... laissera 88 ch! Les V8 deviendront optionnels, culminant à 115 ou 130 ch...

Je ne m' étale pas sur 1982 en tous points pareil. Quant à la Thunderbird de 10ème édition, je ne vous la montre même pas. Vous verrez par vous-même sur le net... L' oiseau à bien perdu de son caractère.
On y installera bien un V6 turbo pour remonter un peu la puissance et le moral, mais bof... Les années '80s sont moroses, pas mieux au tournant des '90s. On arrêtera cette agonie en 1996.
Deville70 le ven 5 fév 2016 à 21:58
Ford ressortira la Thunderbird des archives en 2002. Une version inspirée de la toute première de 1955. Des formes rondes et modernisées, mais qui rappelle bien l' origine.


Le résultat est plaisant. Là oui, on se remémore la Thunderbird des "grandes années"!

De mon avis personnel, il aurait mieux valu ne plus se servir du mot "Thunderbird" après la 9ème génération, tant on avait fait diminuer le statut de ce véhicule.

Ainsi s' achève mon descriptif, sans autre prétention que de faire connaître une voiture parmi d' autres. ;)
Deville70 le dim 7 fév 2016 à 11:29
Quelques photos de logos "Thunderbird" de différentes générations:



viktor le dim 24 avril 2016 à 12:43
:love:
lesbellesauto le mer 27 avril 2016 à 16:19
Deville 70 :good: :good: :good: :good:

Eboueurs du parc des Laurentides,à Québec qui utilisaient une Ford Fairlane 1973:D :D

;) ;)
caraddict le dim 15 mai 2016 à 12:12
L'Impala qu'on a loué pour le mariage de ma soeur, bon c'est plus mon beau-frère qui y tenait :D

Deville70 le dim 15 mai 2016 à 22:55
Va falloir que je refasse une petite rétrospective sur l' Impala, de la même manière que pour la Thunderbird...
Ce modèle a aussi son histoire.
lesbellesauto le ven 20 mai 2016 à 18:12


;) ;)
Deville70 le mer 8 juin 2016 à 22:11
La Chevrolet Impala. Ce nom provient de l' antilope du même nom, particulièrement rapide, et qui échappe à ses prédateurs.

Son histoire démarre en 1958. A l' origine, c 'est une version de la gamme la plus luxueuse de Chevrolet, la "Bel Air". On la reconnaît principalement par des ensembles de feux arrières par 3, contre 2 pour les autres versions.

Elle est motorisée au choix par un moteur 6 cylindres en ligne de 235 pouces-cubes (3,6 litres) de 145 ch, un V8 de 283 pouces-cubes (4,6 litres) de 185 à 290 ch, ou encore le V8 de 348 pouces-cubes (5,7 litres) de 250 à 315 ch.

Devant le succès quasi immédiat de la finition Impala, Chevrolet en fait une gamme à part entière dès le millésime 1959, venant au-dessus de la gamme Bel Air du coup déclassée en second rang.

L' Impala se diffère des autres gammes par un empattement plus long d' une dizaine de centimètres, ainsi que d' une baguette latérale qui s' épaissit légèrement vers l' arrière de la voiture.
Sur le plan mécanique, on a droit aux mêmes moteurs que l' année précédente. 1959 change beaucoup l' aspect de la voiture, qui en 1958 paraissait plus ronde. La façade comporte des phares intégrés à la calandre, le tout surmonté de prises d' air se finissant par des feux de position et clignotants en forme de flèche. C 'est aussi la seule année du coffre avec les feux en forme d' amandes, surmontés d' "ailes de mouette" formant une sorte de V.

1960 propose une autre approche pour le style. Les "ailes de mouette" se raidissent, et on reprend l' idée des triples feux uniquement dédiés à l' Impala, les autres Chevrolet n' en ont à nouveau que par 2. La façade garde l' idée des phares dans la calandre oblongue, mais les clignotants descendent sous le pare-choc.

La voiture est encore animée par les mêmes moteurs dans des puissances similaires.
Deville70 le mer 8 juin 2016 à 22:41
1961 apporte sa petite nouveauté mécanique: le moteur V8 409 (pour 409 pouces-cubes), soit 6,7 litres de cylindrée, délivrant la puissance de 360 ch! C 'est la que commence l' appellation SS, signifiant Super Sport, qui sera associée à nombre de versions plus musclées chez Chevrolet. Ce moteur est une rareté, peu de voitures ont reçu ce bloc sous leur capot.

Fini l' ère des ailerons de toutes formes, le coffre devient plus conventionnel, mais garde les ensembles de 3 feux de chaque côté. La baguette latérale fait la liaison d' un bout à l' autre du flanc de la carrosserie, et l' avant voit de nouveau les clignotants au-dessus des phares. Hormis le bloc V8 409, on conserve les autres moteurs, dont les puissances varient peu.
L' année suivante, L' Impala verra son bloc V8 348 partir en retraite, et remplacé par le nouveau V8 327 (5,4 litres) proposé en 250 ou 300 ch.

L' arrière de la voiture aura droit (uniquement pour l' Impala) à un panneau en aluminium pour l' emplacement des feux arrières. Concernant l' avant, on déplace à nouveau les clignotants sous les paires de phares. Autre petit détail, cette fois à l' intérieur: l' aiguille de température est remplacé par 2 voyants. L' un vert, l' autre rouge, pour dire "encore trop froid" ou " déjà trop chaud"... Beaucoup regretteront la bonne vieille aiguille, et ce gadget va se retrouver aussi dans d' autres marques de General Motors.
1963 est dans l' ensemble comparable à 1962 pour l' aspect.

L' arrière garde la philosophie du panneau métallique où se place les feux, l' avant reste très similaire à celui de l' année écoulée.
A noter la montée en puissance du 409, passant de l' unique puissance de 360 ch, à une fourchette de 340 à 425 ch! L' Impala équipée de ce bloc se transforme en fauve, un peu en avance sur le concept des muscles-cars encore en gestation.
Deville70 le sam 11 juin 2016 à 22:55
1964, l' Impala continue son parcours de haut de gamme de la marque populaire de General Motors. Face à elle, Ford lui oppose la Ford Galaxie, elle-même avait détrôné la Fairlane. Et chez Chrysler, la Plymouth Fury joue un rôle similaire, et elle aussi avait supplanté la Belvedere. C' est un classique aux USA; une version a du succès? Ok, on va en faire une gamme, direct!

L' Impala utilise toujours les mêmes blocs V8 que l' année précédente. Seul le bloc 6 cylindres en ligne réduit légèrement en cylindrée, passant de 235 à 230 pouces-cubes.


Le profil de l' Impala '64 reste aussi rectiligne que celui de '63. Mais il y a cette forme à l' arrière de l' habitacle qui fait penser à un cabriolet, capote relevée: un pli assez marqué qui passe au-dessus de la vitre arrière. Ce détail avait été instauré dès '63 sur toutes les marques du groupe, et reconduit pour '64.
Deville70 le sam 11 juin 2016 à 23:07
Pour 1965, le profil va prendre une nouvelle forme, un style qui va durer pas mal d' années: le profil en "bouteille de Coca". Qu' est-ce que c' est? Ca consiste à implanter des "hanches" aux ailes arrières, généralement dès la moitié de la portière arrière pour les "sedan", ou dès la vitre arrière pour les "coupé".

Le pavillon va aussi être proposé en inclinaison plus progressive, donnant du coup une impression de mouvement. Sur l' arrière, on garde les triples feux ronds, qui remontent sur le coffre. Les moteurs disponibles sont encore les mêmes, allant du 6 cylindres en ligne de 230 ci, en passant par les V8 de 283 ci, 327 ci, un nouveau V8 396 ci (soit 6,5 litres) distribuant 325 ou 425 ch (!), et au sommet le 409 ci de 340 ou 400 ch.
Deville70 le sam 11 juin 2016 à 23:15
1966 arrive, avec dans ses cartons une nouvelle version de l' Impala, la Caprice.



Encore une finition encore plus luxueuse que la plus luxueuse? Eh oui! La Caprice, pour sa première apparition, n' a pas beaucoup de différence avec l' Impala. Quelques petites options de série par-ci par-là, une mécanique un poil plus énergique, un ou deux détails extérieurs, et c' est tout. Par exemple, les feux arrières de l' Impala étaient constitués de trois feux agencés comme suit: deux stop/clignotant/veilleuses séparés par un feu de recul. Pour la Caprice, le feu du milieu devient une veilleuse, le feu de recul va ailleurs sur le pare-choc.
Deville70 le sam 11 juin 2016 à 23:20
1966 a vu aussi disparaître le 409, au profit du nouveau 396, plus puissant pour moins de cylindrée, et très bien accueilli, car il est aussi proposé sous le capot de Chevrolet Chevelle (on est entré dans la période Muscle-Car!).
Avec l' arrivée de la Caprice, on a un dragon à 2 têtes... Impala et Caprice se font concurrence!
Pour 1967, la forme "fast-back" de l' habitacle est très demandée.
Deville70 le sam 11 juin 2016 à 23:39
Pour 1968, les autorités fédérales imposent des consignes aux constructeurs; le moins possible d' arêtes vives ou de pièces saillantes dans les habitacles (poignées de portières ou manivelles de vitres non dépassantes), et des feux de positions avant qui restent allumés avec les feux de croisement ou de route (ils s' éteignaient dès l' une ou l' autre des deux fonctions auparavant, ce qui pouvait laisser un côté de la voiture totalement dans le noir en cas de phare grillé). Et pour être vu de côté, l' ajout de petits feux de gabarit.

L' Impala est toujours bien présente, même si lentement le Caprice envahit son terrain.

L' habitacle est aussi toujours proposé en "fast-back" vu son succès, le "formal" est devenu plus rare sur les carrosseries en 2 portes. Autre option propre à la Caprice, ses phares peuvent être dissimulés sous volets pivotants reprenant la texture de la calandre. C 'est pour cela qu' ils sont installés dans un encadrement plutôt en retrait dans la calandre.

Côté machine, ça change un peu: on a un 6 en ligne de base en 250 ci, uniquement pour l' Impala, la Caprice commençant par le 283 ci. On a aussi les V8 327 et 396 ci, et maintenant un 427 ci (7 litres) de 385 ch en haut d' échelle. A noter que le 396 qui culminait à 375 ch est réduit à 350 ch (?).
Deville70 le sam 11 juin 2016 à 23:47
L' année-modèle 1969 revoit sa copie sur le plan cosmétique. L' avant est assez massif, avec un pare-choc encadrant complètement l' avant, disponible avec phares dissimulés pour la Caprice. Les triples feux sont toujours de la partie, ils sont dorénavant rectangulaires. La version SS continue d' être proposée, même si elle est plus à sa place sur les Chevelle et Camaro... Le V8 427 peut aller jusqu' à 425 ch, soit presque 1 ch par pouce-cube (ce qui fait 16,387 cm3 au détail)!
Deville70 le mer 15 juin 2016 à 21:43
1970, début d' une nouvelle décennie.

Chevrolet revoit complètement l' aspect de l' Impala.

On laisse de côté la mode des phares escamotables; pour revenir à une façade plus classique. A l' arrière, les feux sont rectangulaires, étirés sur la verticale. Le bout des ailes avants comporte un nombre à trois chiffres, celui de la cylindrée du moteur en pouces-cubes. A noter que le 6 en ligne n' est plus attribué aux Impala et Caprice, mais seulement aux Byscayne et Bel Air. On démarre donc avec un V8 350 ci (5,7 litres) de 250 ou 300 ch, puis un V8 de 400 ci (6,6 litres) à 265 ch (plus coupleux que le 350), et enfin le V8 454 ci (7,4 litres) de 345 ou 390 ch!
caraddict le mer 15 juin 2016 à 21:48
Toujours très intéressant merci :good:
Deville70 le mer 15 juin 2016 à 21:53
Pour 1971, l' Impala et la Caprice vont lorgner chez Cadillac pour en reprendre un peu le style.
La façade comporte alors une calandre et des pointes d' ailes plus en relief, tant sur l' avant que le dessus.

A l' arrière, toujours la logique des feux rectangulaires par trois, s' étirant à nouveau à l' horizontale. La vitre arrière du coupé est proposée en forme concave.
On conserve le même choix de motorisations, avec des puissances comparables. On va quand même proposer une version du V8 454 ci à 425 ch!
Deville70 le mer 15 juin 2016 à 22:07
1972, c' est l' année où les assurances ont fait mettre aux moteurs puissants un genou à terre!
L' essence sans plomb arrive massivement, entraînant aussi la baisse des taux de compression. De ce fait, les mesures ne s' effectuent plus en "gross" (en sortie de vilebrequin), mais en "net" (sur les roues motrices).



Les moteurs voient leurs puissances fortement... disons maîtrisées!
Le 6 cylindre 250 ci redevient la base pour l' Impala, avec seulement 110 ch net... Puis il y a le V8 350 ci à 165 ou 200 ch, la Caprice sauve l' honneur en commençant avec le V8 400 ci à 170 ch (c 'est pas violent). Il y a encore un V8 de 402 ci à 210 ch, et le V8 454 ci à 270 ch (on avait atteint 425 ch l' année précédente). Certes, les méthodes de calcul ont changé, mais on a bien délesté certains blocs parfois d' une centaine de chevaux...
Deville70 le mer 15 juin 2016 à 22:21
Chevrolet revoit encore une fois sa copie pour 1973.
Cette fois, les normes fédérales imposent le pare-choc à absorbeur à l' avant sur toutes les voitures (ce dispositif était proposé dès 1972 chez Oldsmobile, procédé d' emblée adopté pour toutes les divisions de General Motors pour 1973, ainsi que chez Ford. Chrysler verra tous ses modèles 1973 équipés de gros butoirs en caoutchouc noir, pas toujours bien intégrés, puis rentrera dans les rangs en 1974).



L' exercice passe bien pour les Impala et Caprice. La seule différence remarquable entre elles est la texture de calandre, et la présence d' un blason posé sur le capot pour la Caprice.

Les moteurs proposés sont les suivants: V8 350 ci à 145 ch (de base pour l' Impala), puis le V8 400 ci de 150 ch (de base pour la Caprice), et enfin le V8 454 ci en 215 ou 245 ch.
Deville70 le mer 15 juin 2016 à 22:32
Courant 1973, le premier choc pétrolier va faire connaître un évènement impensable aux USA: le rationnement (voir la pénurie) du carburant!
Encore un coup rude pour les grosses mécaniques...

1974 voit ses ventes chuter sensiblement, et les normes n' arrangent pas les choses.

Après l' avant, c' est maintenant l' arrière des voitures qui se voit imposer le pare-choc à absorbeur. Rappelons que ce dispositif a quand même l' avantage d' éviter d' endommager la carrosserie des voitures pour des chocs légers jusqu' à 5 mph (8 km/h). Mais il a aussi l' inconvénient de devoir intégrer le pare-choc dans des parties en matière plastique déformable, qui devient plutôt cassante en vieillissant à la chaleur et au gel...


Niveau mécanique, si les moteurs sont les mêmes que l' année précédente, on leur retire encore entre 10 et 20 chevaux au passage, la crise pétrolière va faire imposer des consommations sensiblement moins importantes.
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 21:41
1975, c 'est l' apparition du pot catalytique. Ce dispositif est conçu pour brûler le plus possible les émissions gazeuses, il est adopté sur tout le territoire des USA. Il est même encore plus restrictif pour l' Etat de Californie. Certaines versions et motorisations ne peuvent pas y être commercialisée ou importées.


Sur le plan strictement esthétique, toutes les divisions de la General Motors adoptent les phares rectangulaires. C' est du moins le cas pour toutes les voitures arborant une façade à 4 phares. Toutefois, si la Chevrolet Caprice a les nouveaux phares, l' Impala attendra le millésime suivant, histoire de les différencier plus facilement.

Les voitures sont animées par les moteurs suivants: le V8 350 ci développant (si l' on peut dire) 145 ch, puis le V8 400 ci à 175 ch, et le V8 454 ci à 235 ch...
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 21:50
1976 est une suite logique de 1975. A noter que c' est la dernière année où l' on fabrique encore des carrosseries ouvertes. Les normes fédérales imposent désormais un arceau de protection, carrément impossible à dissimuler! Il faudra attendre les années 1983 ou 1984 selon les marques pour revoir un convertible... C 'est aussi la dernière année des carrosseries "hardtop sedan", les fameuses "4 portes sans montant" imitant les coupés. On n' en reverra définitivement plus, à deux ou trois excetions près.



Le style général des Impala et Caprice reste le même que celui de l' année précédente. Les moteurs sont aussi les mêmes, allant du V8 350 ci de 165 ch (20 de plus, raison inconnue), jusqu' au V8 454 ci de 225 ch (10 de moins, ici aussi raison X).
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:03
Pour 1977, General Motors instaure le "down-sizing". Ca consiste à rendre les voitures un peu moins imposantes, dans le but de les alléger, et de réduire la consommation moyenne. On tournait aux environs de 16 à 20 litres aux 100 km, on va passer autour des 12 à 15 litres aux 100 km. Mais la puissance sera encore tronquée... De toute façon, plus question de tracer sur les "highway" depuis quelques temps, on limite les grandes routes à 55 mph (88 km/h sur les autoroutes, imaginez ici où l' on râle pour réduire à 110 km/h!)



Autre tradition qui se perd chez GM (les temps changent), la refonte complète de l' esthétique qui avait lieu tous les 2 ou 3 ans... Désormais, on gardera les formes et les lignes pour des cycles de 5 ans minimum. Seuls quelques détails mineurs seront retouchés ici ou là.

Niveau mécanique, les moteurs aussi sont allégés. La base redevient un 6 cylindres en ligne de 250 ci (4,1 litres) de 110 ch, puis on a un nouveau V8 305 ci (5 litres) de 145 ch, et au sommet le V8 350 ci (5,7 litres) de 170 ch. C' en est fini des V8 400 et 454 ci, dinosaures qui ont péri par leur appétit.
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:10
En 1978, pas beaucoup de changement. La Caprice et l' Impala vont continuer leur route côte-à-côte.



L' Impala et la Caprice ont quelques petites différences sur les faces de devant et derrière, principalement sur l' aspect des feux. A noter sur les carrosseries "coupé" la vitre arrière à la forme spécifique, donnant un style plus dynamique.

Les moteurs sont strictement les mêmes, puissances maintenues telles quelles.
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:17
1979, du nouveau? Non, rien à signaler! Les Caprice et Impala gardent leur style "parpaing" bien carré, et vont d' ailleurs le conserver encore un bout de temps.



Ah, si... J' oubliais... On se mange un deuxième choc pétrolier parce que ça s' agite au Proche... Non, au Moyen-Orient...Oh, je laisse tomber, c 'est encore le cas de nos jours!

Pour 1979, c 'est toujours le même choix de mécaniques; partant du "6" de 110 ch, au "8" de 170 ch.
bmwenvrac le ven 17 juin 2016 à 22:19
:good: très sympa et instructif , merci deville ;)
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:20
De rien! ;)
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:31
Vous allez me dire "on arrive aux années '80, ça va sûrement changer!"

Et moi, je vous avais dit que les cycles de renouvellement seraient d' au moins 5 ans...

Aller, ça change oui et non.

Oui, on revoit quelques détails. La forme de l' arrière de l' habitacle est plus verticale, la façade reçoit un nouvel ensemble calandre + pare-choc, et les feux arrières sont , comme au début le l' Impala, séparés mais toujours par 3.


Je n' ai pas de photos de ce millésime 1980 dans mes archives, mais il sera du même aspect de 1980 à 1984 inclus.

Voici d' ailleurs des modèles de l' Impala 1981, et Caprice 1982 et 1983:


Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:35
1980 est aussi l' année où Chevrolet va faire son arrivée massive dans les services de la Police et des compagnies de taxi, entrant en compétition contre d' un côté Plymouth et Dodge, et de l' autre Ford. C 'est uniquement l' Impala dans sa finition la plus basique qui obtiendra ce rôle, la Caprice étant sensiblement plus luxueuse.

Combien de films ou de séries américaines avec, à un moment ou un autre une Impala à la forme si connue?
Deville70 le ven 17 juin 2016 à 22:46
De ce fait Chevrolet proposera pour l' Impala un V8 nettement plus puissant que le reste de la gamme "civile".

On démarre avec le 6 cylindres en V (et non plus en ligne) de 229 ci (3,8 litres) de 115 ch, puis le V8 267 ci (4,4 litres) de 120 ch, le V8 305 ci (5 litres) de 155 ch, et pour l' Impala en version "police" (répondant au code 9C1) un V8 350 ci, puissance non communiquée (?). Ce dernier moteur a de quoi propulser l' Impala à l vitesse de 140 mph (225 km/h), quand le reste de la production est bridé à 85 mph (140 km/h).
lesbellesauto le lun 20 juin 2016 à 18:35
Deville70 je ne suis pas venu ici depuis longtemps et c'est un tort,voici donc de la lecture à rattraper . :good: :good:



;) ;)
Deville70 le mer 22 juin 2016 à 21:07
:D
Deville70 le mer 22 juin 2016 à 21:25
Je termine ma petite rétrospective sur les Chevrolet Impala / Caprice.

Durant la décennie '80, les Impala et Caprice garderont le même aspect. La période '80-'84 est celle que je vous ai montré juste un peu plu haut. Pour la période '85-'90, pas de gros changement. Juste un restylage ici ou là sur les feux, la calandre, les rétroviseurs... Et concernant la mécanique, on aura droit au V6 de 229 ci en entrée de gamme (un V6 231 ci est dédié spécialement pour la Californie), le V8 305 ci, et l' arrivée d' un diesel sur la base de l' ancien 350 ci, délivrant... 105 ch. L' injection va peu à peu remplacer la carburation.



En haut de gamme, la Caprice aura droit à la finition "Brougham", reprenant en partie l' aspect d 'une limousine. Le dénominatif "Brougham" est employé (plus ou moins bien!) depuis les années '60s, pour les voitures sensées représenter une finition supérieure. On verra ce mot apposé sur les Cadillac, Mercury, Chrysler, mais aussi sur les marques populaires Ford, Plymouth et Chevrolet.
Deville70 le mer 22 juin 2016 à 21:31
Les Chevrolet Impala seront un best-seller pour les taxis et la police durant toutes les années '80, même si les Dodge Diplomat et Ford Crown Victoria lui grignotent de temps en temps des parts de marché ici ou là.

Au tournant des années '90s, Chevrolet revoit complètement les Impala et Caprice. La carrosserie quitte l' aspect carré de brique, pour des formes plus arrondies, à l' "Européenne".

Deville70 le mer 22 juin 2016 à 21:47
Les dernières photos montrent des modèles de 1991 et 1995. L' évolution de la Chevrolet Impala / Caprice suit son cours durant les années 1990, 2000 et 2010, mais perd peu à peu de sa personnalité originale. Elle a droit à des finitions plus sportives (comme tant d' autres voitures), mais son apparence n' a plus de particularité qui permet de la reconnaître au premier coup d' œil. Les triples feux arrières qui lui étaient si spécifiques ont disparus, remplacés par des blocs plus ordinaires...

Des photos des modèles 1999, 2006 et 2014:




L' Impala reste tout de même un modèle très bien vendu aux USA encore aujourd' hui, elle figure dans le catalogue Chevrolet sans interruption depuis sa création en 1958.
christian76 le mer 20 juil 2016 à 17:04
:love:
christian76 le sam 30 juil 2016 à 16:04
:love:
vincenzo213 le dim 31 juil 2016 à 00:04
J'aime beaucoup la dernière Impala, surtout que celle d'avant était assez laide.
lesbellesauto le mar 6 sept 2016 à 22:48
Bonsoir à tous.

Artcurial mettra en vente le 9 octobre la collection d’André Weber, 80 automobiles pour la plupart américaines, à l’occasion de sa vente "On The Road".
http://www.artcurial.com/fr/asp/searchresults.asp?pg=1&ps=18&st=D&sale_no=3116+++ (Vente N° 3116 - On the road Collection André Weber | Artcurial)

C’est en Normandie, plus précisément à Château-sur-Epte, que Artcurial Motorcars nous donne rendez-vous le 9 octobre prochain pour une nouvelle vente. Baptisée "On The Road", elle présentera une collection de quelque 80 véhicules de collection, tous appartenant à une seule et même personne : André Weber.
........................................................................
Récupérateur de métaux puis agent automobile, il a commencé à collectionner les voitures au début des années 60, notamment les belles américaines. "Cette collection fait voyager dans le bon vieux temps du Rock’n Roll et rend hommage à cet âge d’or de la production automobile" explique Matthieu Lamoure, directeur général d’Artcurial Motorcars. "Nous sommes heureux de partager cette passion et donner au public un peu de rêve américain !"
Des voitures populaires françaises aussi !

Neuf Cadillac, dont la plus ancienne, de 1936, aurait été offerte dans les années 1940 par la Cour Royale de Hollande au Consul général de Hollande à Anvers, huit Chevrolet, trois Chrysler, deux Buick, 12 Ford, dont six Vedette... autant de voitures qui seront proposées pour cette vente "On The Road".

A noter que le modèle le plus ancien de la collection est une Hudson de 1928, estimée entre 8.000 et 14.000€, et le plus récent une Chrysler de 1989 estimée entre 3.000 et 4.000€.

Mais la collection d’André Weber ne comprend pas que des voitures américaines. Elle compte également quelques voitures populaires françaises, notamment des Peugeot, Renault, Panhard & Levassor et autres Talbot Lago.

;) ;)
Deville70 le mer 7 sept 2016 à 06:39
:love: :good:
lesbellesauto le lun 12 sept 2016 à 17:38
Vu vendredi devant le Plaza Athenée,mais est-ce une vraie :?: :?: :?:

En 1966, Hertz propose à ses clients des véhicules sportifs en location, il commande à Shelby 1000 GT350 aux couleurs spécifiques de Hertz, la majorité en noir à bandes dorées, mais il y a eu également quelques blanches, bleues et rouges

.

Autre curiosité rencontrée récemment.....une "Nash-Healey"


;) ;)
lesbellesauto le jeu 29 sept 2016 à 08:48
Jolie duo de Cadillac à Chantilly




;) ;)
christian76 le ven 28 oct 2016 à 10:39
:love:
christian76 le ven 28 oct 2016 à 10:41
:love:
Deville70 le ven 28 oct 2016 à 15:29
Dommage qu'il lui manque l' essentiel: la calandre!
lesbellesauto le lun 14 nov 2016 à 17:45
Il y a une intruse :oh: :love:
Deville70 le lun 14 nov 2016 à 19:50
Une française aux USA: une Facel Vega! :cool:

Ces (dernières) voitures "tricolores" de prestige étaient souvent motorisées par un V8 Chrysler.
Auteur : avec
 Page précédente    1    2      31    32    33    34    35    36    37      45    46   Page suivante 
AutotitreForum AutoDiscussions généralesVoitures américaines classiques   «   34   »   »»            Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Rendez-vous en bas de la dernière page pour répondre à ce sujet.


Actualité autoAlpine A110 Kia Stonic Sony Ford Alfa Romeo Giulia Jeep Renegade Gordon Murray T50 aide Nissan Micra Toyota Yaris Renault Zoe Skoda Octavia Suzuki Swift
MarquesAlpine Kia Ford Alfa Romeo Jeep Gordon Murray Nissan Toyota Renault Skoda Suzuki Mercedes BMW Volkswagen Tesla Audi Mitsubishi Honda
Actuellement, il y a 379 visiteurs en ligne dont 38 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2020 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales