Marche arrière : Le Renault Espace IV 3.5 V6 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoRenaultEspaceMarche arrière : Le Renault Espace IV 3.5 V6           Répondre    
Renault Espace ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
 1 
22 messages
14804 vues
Marche arrière : Le Renault Espace IV 3.5 V6
Autotitre le sam 5 fév à 20:35

Superbus.
Par Arnaud A. pour Autotitre.com

Au commencement, il nait Espace 1, conçu par Matra, fabriqué dans l'usine historique de Romorantin, et utilisant pléthore de matériaux composites pour la coque. On ne refera pas ici l'histoire du premier du nom, c'est pour bientôt, mais il faut placer les bases.

L'engin se vendra à 191000 exemplaires.

Il sera remplacé en 1991 par un Espace II plus mature, moins brut de décoffrage, mais aussi plus ennuyeux.

Renault le dote alors d'un étonnant moteur sous le capot d'un tel engin, le V6 PRV dans sa version 2849 cm3, associé à une antédiluvienne boîte automatique à 4 rapports.

Direction l'Espace III, en 1996, qui lui aussi reçoit un moteur V6, de 3.0 de cylindrée, pour 194 chevaux. Il est le premier Espace à dépasser les 200 km/h, une prouesse compte tenu de la taille et du poids de l'engin. De quoi asseoir l'Espace à la tête de la petite liste des grands monospaces luxueux.

Entre temps, le Scénic a connu un succès populaire incroyable, et a siphonné une bonne partie de la clientèle de l'Espace. Lui, et toute la ribambelle des autres monospaces en cette fin de décennie 90.

Une fin de décennie prolifique pour les transports de troupe, mais qui voit aussi naître un épiphénomène avec ces pseudos 4x4 qui s'embourgeoisent. Ça ne marchera jamais.

Dans le même temps, Renault souhaite rapatrier la production de l'Espace, confiée à Matra depuis le début.

Terminé Romorantin, Terminé les matériaux composites, bienvenue à la tôle d'acier emboutie à Sandouville.

L'engin est bâti sur la plateforme modulaire de la Laguna II et de la Vel Satis.

Une révolution jugée nécessaire par Renault pour permettre à l'Espace de continuer à exister, et surtout, pour enfin en faire une française capable de faire baisser les yeux à toute la concurrence dans son domaine, le monospace de luxe.

Et si l'Avantime laissé à Matra a des arguments, on comprend assez vite son échec lorsqu'on aperçoit cet Espace.

Renault a mis les petits plats dans les grands, avec des tarifs allant de 25000 à 50000€ (de l'époque!), des 4 cylindres, et 2 V6, diesel et essence. Ainsi, ce ne sont pas moins de 25 versions qui sont au catalogue.



Extérieurement, c'est à la fois étrange et réussi. Renault a donné une identité de berline à son bébé, rehaussée d'une plateforme de transport. En tout cas, il ne manque pas de personnalité, et on est bien face à une Renault de cette époque. Les portes à faux sont réduits, les jantes culminent à 18 pouces, les voies sont élargies par rapport à l'espace III, et surtout, il garde sa carrosserie monocorps et son pare-brise panoramique.



C'est finalement plutôt élégant, et ça n'a pas tant vieilli que cela.

A l'intérieur, c'est la claque. Le style est épuré, apaisant, très cocooning, tandis que l'équipement peut être pléthorique et techniquement à la pointe, contrairement à celui de l'Avantime, qui semble plus fait à partie de restes d'Espace III.

Pour les passagers, c'est tout aussi royal, avec des sièges individuels qui pèsent un âne mort, et une absence de tunnel central.



Mais finalement, ce qui nous intéresse le plus se cache sous le capot. Comme la Vel Satis, l'Espace récupère le formidable 3.5 V6 d'origine Nissan, équipant alors la 350Z.



Et autant dire que pour installer une auto dans le haut du panier, c'est parfait.

On sait tous que ça ne se vend pas, d'autant plus aujourd'hui, mais avouez que la Talisman aurait eu de la gueule avec un 3.5 V6 sous le capot.

Ceci dit, même avec un litre de SP plus proche d'1€ qu'aujourd'hui, au début des années 2000, Renault n'espérait pas que le V6 représente plus de 5% des ventes.


Et pourtant, quel engin! 3500cc de cylindrée, 24 soupapes, injection multipoint, 245 chevaux à 6000 tours, pour 6500 tours max, 330Nm à 3600 tours, le tout associé à une boîte automatique à convertisseur à 5 rapports.

Notre lourd bestiau n'amuse pas le chrono, avec des chiffres "sidérants" compte tenu des quasi 2 tonnes en ordre de marche.

0 à 100 en moins de 9 secondes, le kilomètre DA en 29 secondes, et une vitesse de pointe frôlant les 230 km/h, de quoi en faire le deuxième monospace le plus rapide de l'histoire à l'époque, juste derrière le Zafira OPC, moins luxueux, et moins grand.

Les reprises profitent elles aussi des 245cv et de la -très-grosse cylindrée, avec par exemple un 80 à 120 mini en 5 secondes. Papa, il peut doubler, et pas qu'un peu.

Et il n'est pas aidé par sa boîte automatique perfectible.

Mais d'ailleurs, ça donne quoi sur la route?

Au démarrage, on entend qu'il se passe quelque chose. Ce n'est pas hyper perceptible dans cet habitacle bien insonorisé, mais ça ronronne. Levier sur D, nous voilà parti calmement pour faire chauffer le bouilleur nippon.

Il ne faut pas hésiter à appuyer sur l'accélérateur pour décoller la masse, qui fait bien sentir qu'elle est là.

Le grand volant se prend bien en main, et donne l'impression de donner des ordres à une direction un peu collante. L'impression.

Pendant qu'on subit un peu les trépidations d'amortisseurs qui donneront leur plein potentiel à plus vive allure, on se plaît à admirer, respirer, toucher l'intérieur de cet Espace.



Des rangements, il y en a partout. Les coloris sont doux, les matériaux bons à défaut d'atteindre l'excellence, et les sièges sont incroyables, de moelleux, de confort, mais pas de maintien.

Et là, vous vous dites qu'on se moque de ne pas être dans un baquet, puisque c'est un monospace.

Ah oui? Kickdown, la boîte téléphone aux roues avants, qui décrochent ensuite. Au sens propre et au sens figuré.

La voie devient lactée sous les coups de butoir du 3.5, le train avant déborde un peu, mais surtout, la bande son devient tellement en inadéquation avec l'environnement dans lequel on se trouve.

On en redemande, les kickdown pleuvent, transformant le son en frisson, un frisson parcourant l'échine presque aussi vite que le réservoir se vide.

Bon sang, je suis dans un Renault Espace, et je vis, j'exulte, je frissonne de plaisir. Pas tant par la poussée, surtout par ce sentiment de luxe et de volupté troublé par la superbe sonorité caverneuse très munichoise de ce fabuleux 6 cylindres Nissan.

La boîte est lente, mais fait le job.

Oh, un virage, qui permet de se rendre compte que le freinage n'est pas forcément aussi mordant que nous en a habitué Renault, mais dont les disques de 320 à l'avant (étriers 2 pistons!) et 300 mm à l'arrière arrivent tout de même à freiner l'autobus magique.

Lorsque la route se met à tourner, la grâce s'interrompt un instant laissant la ballerine en surpoids s'écraser sur ses pointes. Mais avec grâce tout de même. On est dans un monospace, puissant, lourd, on a le comportement qui va avec, saupoudré de dignité. On connaît quelques autos moins lourdes qui se laisseraient au moins autant aller dans pareil exercice. Mieux, l'amortissement qui se montrait perfectible en usage normal, révèle ici un comportement presque exempte de tous reproches.

On pourrait continuer à secouer l'engin plus que de raison, mais à quoi bon? On a vu qu'il savait freiner et tourner, pas besoin de savoir si c'est une pistard, on connaît déjà la réponse.

Par contre, dès qu'il s'agit de parcourir quelques centaines de kilomètres, évidemment teutons, l'engin montre encore un autre visage.

C'est un TGV.

Rouler vite, il sait faire, et bien, gardant une tenue de cap irréprochable, et s'affranchissant des aspérités de la route avec brio.

C'est tellement grisant de rouler à des vitesses prohibées, tout en ayant encore une réserve de puissance sous le pied.

Rouler vite, il le fait avec brio. Mais pas longtemps.

A l'époque, l'essence coulait à flot, et ça coinçait déjà, aujourd'hui, c'est pire.

Pedal to the metal, l'Espace IV arrivera à engloutir ses 18 litres/100, pour 12 à 13 en mixte.

Des valeurs élevées, mais logiques.

Que l'on peut pondérer en soulignant que ça ne vaut strictement plus rien, et pour cause.

Avec la Laguna et la Vel Satis, il fait partie du triptyque de la mort, qui a quasi coulé Renault au début des années 2000. Le multiplexage a été accouché dans la douleur, et la fiabilité générale est/était catastrophique. Ceux qui roulent encore aujourd'hui ont étés suivis à priori.

Question fiabilité mécanique, on recense quelques cas de BVA cassée, tandis que le moteur en lui même est costaud. A noter la distribution par chaîne.

Coté électronique, ça a été de la folie, avec des bugs incessants, multiples et variés, ayant couté à Renault sa place dans le cœur des français.

Aujourd'hui, il faut compter tout de même un petit billet de 10000 pour un très bel exemplaire d'Espace V6 Initiale, moitié moins pour un exemplaire qui a roulé. C'est à la fois beaucoup, et peu.



Il peut tout faire. Rouler vite, rouler loin, transporter tous vos enfants, plus ceux des autres, votre grand mère, votre chien, et le buffet Louis XV chiné sur leboncoin.

10000€ pour un engin énergivore, lourd et encombrant.

10000€ pour la dernière Renault prestigieuse.

10000€ pour ce qui est toujours aujourd'hui une incroyable voyageuse au long cours.

Le luxe est présent, à sa manière, l'espace à bord est fou, la visibilité incroyable (à noter la possibilité d'avoir un toit panoramique parmi les plus grands de la production automobile, aujourd'hui encore).



Et ce savant mélange de dignité, de luxe, d'existence que lui apporte ce gros V6.

A peine rendu, je n'ai qu'une envie, retenter l'expérience. C'est définitivement une voiture à vivre.



Ce très bel exemplaire est disponible chez Automarcato pour à peine plus que le bonus d'une Tesla Model 3.

Retrouvez ici tous les "Marche arrière"
Klax le sam 5 fév à 20:47
:love:
jujuleterrible le sam 5 fév à 20:55
:love:
dudule le sam 5 fév à 20:56
Bien mieux que le v6 diesel isuzu vendu à la meme époque
olcheval le sam 5 fév à 20:58
j'ai eu le 2.0 T qui envoyait déjà bien. Super voiture mais de loin celle qui coutait le plus cher à faire rouler :D

13l en mixte, pneus 20 000 kms max, etc....
samolo le sam 5 fév à 21:01
Ça donne envie de voyager dedans mais pas d’en être propriétaire :D.
caraddict le sam 5 fév à 21:08
Sympa ce marche arrière, j'aimais pas trop la ligne au début mais elle a bien vieilli, et surtout c'est vraiment le symbole d'une époque révolue, un type de moteur quasiment disparu dans un type de carrosserie quasiment disparu aussi :good:
F7R le sam 5 fév à 21:13
J'en ai connu deux dont un qui a énormément roulé sans gros soucis ( c'était des phase 2 mazout dci 175).

comme toujours c'est les premiers sont toujours à éviter.

J'avais noté la bva lente , le plancher un peu haut pour moi aux places arrières et le porte bagage de toit qui peut générer du bruit sur autoroute selon la position choisie ( faut le mettre en mode " aileron " )

Sinon c'est super pratique et une sacrée auto pour voyager :good:

Avec le 3.5 ça doit être top
Nickgtt le sam 5 fév à 21:33
C'est pas sur ce modèle(ou Velsatis ?) qu'il y avait des soucis de surchauffe des cylindres les plus en arrières du bloc ?
Toniciano le sam 5 fév à 21:41
La meilleure version, en ph2 c'est une super auto que finalement tout le monde voulait en bagnole de service... avec la carte tatol :D
madmax44 le sam 5 fév à 22:54
pour info, Espace 1 également produit à Dieppe ;)

et Espace 3 194 c’est en 2.9l malgré l’appellation commerciale ; le prv 3l est à 170 ch.

Tu pourras faire l’Espace 1.8 Tce 😋
Dernière édition le 05/02/2022 à 23:00 par madmax44, édité 2 fois
SuperZank le sam 5 fév à 23:15
Kickdown, la boîte téléphone aux roues avants, qui décrochent ensuite

:D :idee:
samolo le sam 5 fév à 23:22
C’est magnifique ça. @anhamper

https://www.carforyou.ch/fr/auto/van/renault/espace/20-turbo-initiale-2625484 (Renault Espace 2.0 Turbo Initiale 157798 km pour 13900 CHF - acheter sur carforyou.ch)

2.0 turbo: conso OK
BVM: plus fiable
Euro5: Crit’air 1 !!
ctncrsp le sam 5 fév à 23:32
Conso OK :D
samolo le sam 5 fév à 23:33
Moins pire ? :D
anhamper le sam 5 fév à 23:36
???

Mais ça craint !! :D
samolo le sam 5 fév à 23:37
:D
Ben_92 le dim 6 fév à 07:23
Je retrouve bien les sensations de conduite que j’ai pu avoir

Après le fait d’avoir un âne mort comme moteur le faisait sous virer à mort. De même les contraintes amenées par les perfs et le poids faisaient se dégrader amortisseurs et freins super vite

Bref c’était super fun quand on faisait le con avec en montant dans les tours dans un bruit de sportive. Après il faut reconnaître que le dci 175 a des perfs pas si éloignées et consomme 5 a 6 litres de moins :D
jpcevol le dim 6 fév à 08:29
Le premier réflexe, quand tu vois un nouveau sujet marche arrière
C'est de cliquer dessus, parce que le lire est toujours un plaisir
Le second , c'est la suite à y donner
Deux choix selon moi :
soit malgré la prose tu passes à autre chose
Soit tu dévore lbc car émoustillé

Dans 90%des cas , c est second choix pour moi

C'est le cas ici , syndrome du taxi😁
Bigx le dim 6 fév à 10:17
Exactement la même que jpcevol pour moi.
Ça se termine chaque fois en recherches et en "t'as été c.. de te le refuser à l'époque" ou "et si j'étais ouf la maintenant" :D

Mais bon j'ai déjà des problème de stockage et roulage du parc existant, faudrait faire des arbitrages ...
weber-dc40 le dim 6 fév à 10:23
J'ai jamais compris le principe de la routière qui coûte trop cher à faire rouler donc je vais pas commencer maintenant, mais j'étais content que ça existe en France des voitures telles que les vel satis et espace v6.
Le choix de privilégier à ce point le bien être intérieur au reste était moqué, mais ils ont peut être juste eu raison trop tôt. Ils ont régressé depuis même si sur leur gamme basse ils arrivent encore à créer des ambiances.
Carpe.diem le dim 6 fév à 10:29
A l'époque t'avais pas de cylindrée mid size vraiment quali.

La, l'agrément était complètement dingue.
Auteur : avec
 1 
Renault Espace ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
AutotitreForum AutoRenaultEspaceMarche arrière : Le Renault Espace IV 3.5 V6             Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autotitres de la semaine Mercedes GLB promo Ferrari E85 usine aide Ram circuit Maserati Ghibli BMW Série 2 Hyundai Allemagne
MarquesMercedes Ferrari Ram Maserati BMW Hyundai Land Rover MG Dacia Kia Hennessey Lynk & Co Fiat Great Wall Honda Tesla Volkswagen Skoda
Actuellement, il y a 323 visiteurs en ligne dont 5 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2022 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales - consentement