Marche arrière : La Lancia Kappa coupé 3.0 V6 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoLanciaKappaMarche arrière : La Lancia Kappa coupé 3.0 V6           Répondre    
Lancia Kappa ›   Actualité  Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
 1 
40 messages
2872 vues
Marche arrière : La Lancia Kappa coupé 3.0 V6
Autotitre le dim 7 fév à 12:06

Tipo 838
Par Arnaud A. pour Autotitre.com

1925, naissance de la Martelleria Maggiora. Une carrosserie capable de construire des voitures de haute volée, comme il était coutume à cette grande époque des carrossiers.

Arturo Maggiora, le patron, nouera assez vite des liens étroits avec les constructeurs nationaux, et travaillera avec Fiat et Lancia notamment, à la fabrication des Fiat 1100 Giardiniera et Lancia Flaminia. Il contribua également à l'essor de Abarth et Cisitialia en les aidant dans les process de fabrication.

Dans les années 50, l'entreprise est à son paroxysme, et produit, ou aide à la production, les Glas V8, BMW GT ou encore les Maserati Mistral.

L'entreprise sera même sollicitée pour produire les dernières Delta Integrale.

A l'aube des années 90, Lancia ne va pas bien (l'a-t-il seulement déjà été?) et Maggiora, devenu IRMA, se voit proposer de reprendre une bonne partie du site de Chivasso, qui n'est plus rentable et entraîne inexorablement Lancia vers le fond. Cadeau empoisonné.

La décennie 90 apportera un peu de répit à Lancia, et permettra même le retour des coupés issus de berlines. On pense tous à la 406 coupé, réussite esthétique et commerciale.

Mais l'Italie a enfanté une autre diva.



Bertone présente le concept Kayak en 1995, impressionnant, sublime, élégant... Jusqu'à la présentation de la Kappa coupé au salon de Turin en 1996. Là, c'est la débandade. Lancia n'a pas d'argent, et ça se voit. Le coupé reprend bien trop d'éléments de la berline, et est alors jugé trop pataud, voir même dérangeant de 3/4 arrière.



Sans doute est ce accentué par le profil 3 volumes. On n'est pas en présence d'un coupé racé comme pouvait l'être la 406, ou encore la Volvo C70.

Pour la produire, il fallait trouver une solution. Pendant que Pininfarina était occupé à produire des tonnes de 406 coupé, et deux ou trois Kappa break, quelqu'un se rappela chez Fiat que Maggiora avait sorti une épine du pied de Lancia avec l'usine de Chivasso, et proposa au carrossier de s'en charger. Ça tombe bien, ce n'est pas vraiment la production de Barchetta qui occupe toute la place dans cette usine.


C'est donc ainsi que ce coupé trop proche de la berline sera assemblé de manière semi artisanale, avec des délais faramineux pour les quelques rares acheteurs. Un coupé dessiné à l'économie, et au prix alourdit par une main d'œuvre ultra qualifiée. Une ligne particulière, dotée d'un intérieur d'une rare finesse, et d'un luxe omniprésent. Bref, la parfaite recette d'un échec à l'Italienne, avec seulement un peu plus de 3000 exemplaires produits en 3 ans. Et c'est bien ça qui donne tout son intérêt à ce coupé fin de race.

Et justement, parlons en de ce coupé.



L'exemplaire présenté ici est un coupé phase 1, équipé du fabuleux V6 Busso dans sa version 3.0 24 soupapes.

La ligne est toujours aussi particulière qu'il y a 25 ans, mais dégage quelque chose. Est-ce la rareté, est-ce ce bleu, toujours est-il qu'elle dégage une aura qui me fait de l'effet.



On remarque bien que les proportions sont "spéciales", notamment à cause du style de berline, mais posé sur un empattement plus court.



Soit, entrons dans l'habitacle.

Là, on entre dans ce que l'Italie fait de mieux, un boudoir, une ode aux matériaux de qualité, et au plastique de Panda.

Console en ronce de noyer, cuir Poltrona Frau, moquettes imitant l'Alcantara, et qualité des mousses de siège folle après plus de 20 ans.

On peut d'ailleurs noter que malgré l'empattement raccourci, l'habitabilité est excellente pour 4 adultes, le coffre s'offrant même le luxe de dépasser les 500 litres de capacité.

On revient à la place du conducteur, et on profite de cette première mondiale, la colonne de direction réglable en hauteur et en profondeur. L'équipement est pléthorique, ce qui ajoute encore un peu plus au confort.



On démarre le cœur de la bête, celui qu'on ne présente plus, le Busso.

Un moteur directement entré au panthéon du plaisir automobile, tantôt cantatrice du Hellfest dans les tours, tantôt baryton dans le bas du compte tours. Ce moteur vit, (les mauvaises langues diront qu'il survit), et dégage cette âme que très peu de moteurs peuvent se targuer d'offrir. Si Alfa disposait de la version 226cv de ce moteur, Lancia, marque grand tourisme oblige, n'avait droit qu'à une version dégonflée à 204cv, mais avec le couple disponible 500 tours plus tôt, au bénéfice des reprises et de l'agrément.



A 4 rapports, la boite de notre Lancia n'est autre que la Sportronic Alfa, ici sans dénomination à connotation sportive, classe et confort obligent.

Et elle fait le job, douce, avec des passages de rapport imperceptibles, même à froid.

On se rend vite compte que l'amortissement est quasiment un sans faute. Assez souple, mais pour autant bien amortie, la Kappa est prévenante et rigoureuse. Toutes les qualités d'un bon amortissement piloté.

L'ensemble chaud, il est quasiment impossible de résister à l'appel de la pédale de droite. Le bouilleur se transforme en parc d'attraction, et se lance avec une fougue enivrante à l'assaut du compte tours. 4000, 5000, 6000 pour que la vitesse passe à la limite de la zone rouge, fixée à 6700 tours. La bonne vieille unité à convertisseur passe alors au rapport suivant de manière un peu brute, et pas de la manière la plus rapide.

Ça a réveillé quasiment tous les défauts d'une bonne italienne, à savoir un train avant dépassé par la fougue mécanique, avec des remontées de couple dans la direction, et clairement, ici, avec des 205/55/16, une monte pneumatique complétement dépassée par les 270Nm à 4500 tours.

Et cet espèce d'amalgame typiquement italien, entre des intérieurs qui en font des boudoirs baroques, des voitures lourdes et confortables, et pourtant un moteur tellement charismatique et éloquent qu'on en viendrait presque à se demander ce qu'il fait là!

Sur le 0 à 100, le coupé de 1600 kilos et sa vieille boîte à 4 rapports ne font guère mieux que 9,5 secondes. Pire, le 1000 mètres ne descend pas sous les 30 secondes. Quant au 80 à 120, il faudra compter 5,5 secondes.

Pour les performances, clairement, il faudra privilégier la fabuleuse 5 cylindres turbo.

Mais si notre Kappa n'offre pas le frisson sur le papier, elle dispose de deux armes de choix au moment de décider laquelle il vous faut.

L'art, et la manière.

Parce qu'une fois qu'on a compris que ce n'était pas une sportive, quel pied! La boîte n'est pas si stupide, pouvant à l'envi rétrograder ou maintenir le rapport engagé selon la situation, permettant de contrôler la cathédrale sous le capot presque comme une boîte manuelle.

Et contrôler ce bloc, c'est comme avoir la main sur le débit de l'anti dépresseur.

Parfaitement amortie, empattement raccourci de 12 cm par rapport à la berline, elle offre une agilité de bon aloi. Il ne sera pas question de la secouer dans le Turini, mais de jolies routes du réseau secondaire ne feront pas vaciller notre cantatrice.

En gardant en tête qu'il faut enrouler plutôt que d'arriver sur les freins et de ressortir en kickdown. Parce que le train avant élargira inexorablement, et que les freins lâcheront au bout de deux virages.

Dans cette ambiance cosy, la pédale est d'ailleurs vraiment étonnante, dure, à l'attaque, et peu progressive, avec un freinage qui semble loin d'être à l'avenant des capacités de l'auto.

Un défaut qui doit pouvoir se corriger assez facilement aujourd'hui, ou s'éviter, en ne la prenant pas pour ce qu'elle n'est pas, une sportive.

Si elle est loin d'avoir le brio d'une 406 coupé dans ces conditions, l'utiliser comme une GT la révèle.

Confortable et silencieuse, elle se fait une compagne de voyage de premier choix. Clim automatique calée sur 20 degrés, les bagages dans le coffre spacieux, on se laissera rêver à traverser l'Europe en long en large et en travers, pour finir à Rome, lunettes de soleil sur le nez, puisque de toute manière, tous les chemins y mènent.

Et pour couronner le tout, vous ne devriez même pas tomber en panne. Sorti bien après la berline, le coupé semble fiabilisé. Attention toutefois à ne pas lésiner sur l'entretien du V6, comme d'habitude avec ce moteur. Une vidange tous les 7500 kilomètres, un système de refroidissement régulièrement vidangé, une bonne adresse pour la distribution, et elle vous accompagnera normalement sans coup férir.

Un peu d'huile, des courroies, beaucoup d'amour, et autant d'essence (un bon 12 litres de moyenne), et ce sera la Dolce Vita avec un coupé rare et pas cher, puisqu'il faudra compter moins de 10000€ pour un très bel exemplaire.

Est-ce si cher pour dénoter?

( ©Lancia K Coupé Registro Italiano )

Personnellement, j'aime être au volant et rouler. Pour aller quelque part, ou pas, et celle ci m'a vraiment donné envie de prendre le temps d'aller nulle part, pourvu que ce soit long.

Le coude sur l'accoudoir, le bout des doigts sur le volant cuir bois, les commandes douces, la direction parfaitement calibrée, le vitrage bien isolant, avec pour seul trouble fête, le ronronnement paisible et apaisant du meilleur V6 de la production automobile.



Merci à Autohuysgroenlo chez qui vous trouverez ce très bel exemplaire suivi.
modéré le dim 7 fév 2021 à 13:13
caraddict le dim 7 fév à 13:11
Merci pour cet article très intéressant sur une auto méconnue. Il manque juste un mot après dénommé, on a pas le nom de la BVA Lancia du coup ;)

Sinon j'avais oublié que c'était si moche, faut dire que je suis même pas sûr d'avoir déjà vu en vrai... Et je comprends pourquoi vu le nombre d'exemplaires :oh:
jacquesvabre le dim 7 fév à 13:11
C’est un peu la C140 italienne. Je la trouve à vomir perso mais merci pour la revue :D
Raminagrobis le dim 7 fév à 13:20
Y'a des amateurs ? Ou ca croupit en occasion a quelques milliers d'euros, avec des types desesperes d'arriver a les revendre ?
Ben_92 le dim 7 fév à 13:24
Option 2
Thierry123 le dim 7 fév à 13:40
Sur le papier une Lancia + coupé + super moteurs ça fait envie! Elle aurait mérité une ligne plus fine comme les italiens savent pourtant le faire mieux que personne! :good:
ChatSauvage83 le dim 7 fév à 14:29
Bonjour !
J’ai quelques doutes sur le ronce de noyer,
Mon père avait eu la berline en 5 cylindres 2.4 LS.
De mémoire le placage en faux bois (1ère mondiale elle aussi?) avait été très critiqué lors de la sortie de la voiture.
Pour le reste, la berline avait de l’allure et était d’un luxe remarquable...mais j’ai toujours trouvé le coupé lourd visuellement, à l’arrière inutilement surchargé en chrome, bref, totalement loupé.
Merci pour cet article
ItalianDriver le dim 7 fév à 14:33
Oui là Kappa avait du faux bois, la première je crois oui. Un peu bizarre venant de la Thema et son superbe bois véritable.
Carpe.diem le dim 7 fév à 14:54
En aspect ronce de noyer oui, si vous préférez 😁
jpcevol le dim 7 fév à 15:11
un multipla coupé
jujuleterrible le dim 7 fév à 15:21
En 5cyl turbal bvm ça devait poutrer :love:

J'en ai pas croisé beaucoup, comme la break d'ailleurs...;)
Ben_92 le dim 7 fév à 15:41
J’ai pas souvenir d’en avoir croisé un
reminator le dim 7 fév à 15:57
J'ai le souvenir que ce n'est malheureusement pas de la ronce de noyer sur le tableau de bord mais du plastique.:!:

Edit : j'avais pas vu que vous en parliez avant.
Dernière édition le 07/02/2021 à 15:58 par reminator, édité 1 fois
ItalianDriver le dim 7 fév à 16:17
Les V6 chez Lancia, hors Thesis 3.2, ça ne vaut pas le coup... entre le PRV des premières Thema, le 3.0 dégonflé sur Thema, les 3.0 sur Kappa et Thesis dégonflés aussi... alors que les Thema avaient les Turbo 16v et 8.32, et la Kappa les T16 et T20.
weber-dc40 le dim 7 fév à 16:21
C'est la thesis qui avait de superbes matériaux dans l'habitacle. :love:
Thierry123 le dim 7 fév à 16:29
La Thesis était vraiment chouette oui :love:
ItalianDriver le dim 7 fév à 16:33
Ça manque un peu de pêche une Thesis quand même, dommage de ne pas lui avoir laisser les 250ch du 3.2 voir les 260/265ch du 3.2 « Holden/Alfa ».
spilner le dim 7 fév à 16:35
Lol c'te pignolle :D
Storm le dim 7 fév à 16:42
Je connaissais pas le concept, il a une sacrée gueule :love: On dirait une AMG GT de derrière :D

Dernière édition le 07/02/2021 à 16:43 par Storm, édité 1 fois
turbo1980 le dim 7 fév à 16:44
Oui il était superbe.

@kanter > ça te rappelle des souvenirs ? :)

Je pensais pas qu il y en avait eu si peu.

Je n aime pas la ligne mais elle a l air d en offrir beaucoup pour mes cher ( encore que je trouve que ça a monté )
guillaume7693 le dim 7 fév à 17:09
Je me rappelle en avoir vu deux ensemble chez un garagiste indépendant de la banlieue de Milan chez qui beau papa faisait entretenir ses voitures. Ça a plus d’allure en vrai qu’en photo.
Kanter le dim 7 fév à 17:36
@turbo1980 ouep, c’était la même couleur en plus, non? Mais manuelle
turbo1980 le dim 7 fév à 17:38
Ct une 5 cylindres de mémoire par contre.
turbo1980 le dim 7 fév à 18:17
ah ben non ct un 4 en fait :etourdi: :D

photos tirés de ce topic ( décembre 2003 déja :oh: )

https://www.autotitre.com/forum/turbo-kanter-spid-au-pays-des-teutons-29323p1.htm (turbo,kanter & spid au pays des teutons !!!!!! - Auto titre)





Carpe.diem le dim 7 fév à 18:25
:love:
clionrj le dim 7 fév à 18:27
Citation de Caraddict :

« Merci pour cet article très intéressant sur une auto méconnue ;) »


+1 :good:
turbo1980 le dim 7 fév à 18:27
J'aimais beaucoup l'intérieur en pizza réchauffée copyright @Servietsky

Dommage quand même, on aurait pu ramener un 5 cyl ou un v6 bordel

Je me souviens que ct une super affaire de mémoire, une voiture qu'on ramenait en france trouvée en Allemagne d'origine italienne :D :bad:
Kb993 le dim 7 fév à 20:07
J'ai toujours aimé cette voiture :love:
ItalianDriver le dim 7 fév à 20:07
Elle a une classe folle oui.
Fred le dim 7 fév à 21:12
Citation de ItalianDriver :
« Elle a une classe folle oui. »


@ItalianDriver Faut arrêter de déconner. :D Quand tu vois le profil avec son empattement de Punto avec une longueur de routière c'est affreux de déséquilibre. L'arrière fait ultra lourd et fait passer les roues pour des roulettes et alors le chrome sur le pourtour du coffre, c'est le pompon. Et la berline c'était pas bcp mieux avec ses montants de portes ultra épais façon Ford Sierra du début des années 80.
turbo1980 le dim 7 fév à 21:18
:D
ItalianDriver le dim 7 fév à 22:02
:D
caraddict le dim 7 fév à 22:03
Il voulait écrire une crasse folle, faut l'excuser
ItalianDriver le dim 7 fév à 22:12
:p :D

Les photos ne lui rendent pas justice cela dit.
Carpe.diem le dim 7 fév à 22:12
Comme une bonne italienne, ça se vit irl, même pour le physique.
spilner le dim 7 fév à 22:14
ouais IRL avec un V6 holden :D
Air25 le dim 7 fév à 22:20
Fred> Avec moins de PAF avant et surtout arrière, et avec des vraies roues, ouais, ça aurait pu le faire.
Fred le lun 8 fév à 12:37
C'est fou. J'avais un papa passionné d'automobile. Ce qui impliquait le salon de l'auto tous les ans à Genève depuis tout petit. Et bien ce dont je me souviens, c'est que le physique des hôtesses, choisies par Lancia, étaient au fil des années inversement proportionnel à la beauté de la carrosserie des Lancia.

Et je peux vous dire que les dernières années sur le stand Lancia, les hôtesses étaient des bonasses, style bombes atomiques. La moitié des mâles visiteurs de Palexpo étaient sur le stand Lancia, mais aucun ne s'intéressait aux bagnoles sur le stand.....ou alors faisait semblant de s'intéresser... "Ah oui mademoiselle, c'est intéressant...et on peut avoir quoi comme options ?" :D
da_master le lun 8 fév à 12:43
Ca a toujours été étrange de caser des 2,0 turbo énervés dans des voitures censées incarner le luxe plutôt que le sport.

Le caractère moteur du V6 doit sauver celle-ci, déjà que tu renonces au style (la ligne est "particulière" oui, même si elle doit avoir une certaine présence), que tu renonces au luxe (la ronce de plastique fait vraiment mal), il doit rester le confort, et donc le moteur vivant :good:

Merci pour l'article en tous cas, un bon Marche arrière !
ChatSauvage83 le lun 8 fév à 13:37
Citation de Fred :
« C'est fou. J'avais un papa passionné d'automobile. Ce qui impliquait le salon de l'auto tous les ans à Genève depuis tout petit. Et bien ce dont je me souviens, c'est que le physique des hôtesses, choisies par Lancia, étaient au fil des années inversement proportionnel à la beauté de la carrosserie des Lancia.

Et je peux vous dire que les dernières années sur le stand Lancia, les hôtesses étaient des bonasses, style bombes atomiques. La moitié des mâles visiteurs de Palexpo étaient sur le stand Lancia, mais aucun ne s'intéressait aux bagnoles sur le stand.....ou alors faisait semblant de s'intéresser... "Ah oui mademoiselle, c'est intéressant...et on peut avoir quoi comme options ?" :D »


@Fred

Tellement vrai ! J’ai fait 3 éditions successives avec mon père et mon frère et on appréciait beaucoup les stands italiens ! Bien plus pour les hôtesses chez Lancia et Fiat que pour les bagnoles.
Tout ceci est malheureusement fini... c’était un super salon, je le préférais au mondial de Paris.
Auteur : avec
 1 
Lancia Kappa ›   Actualité  Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
AutotitreForum AutoLanciaKappaMarche arrière : La Lancia Kappa coupé 3.0 V6             Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoAudi Q4 Kia Niro radar Renault Mégane Skoda Octavia Mini Mini Volkswagen T-Roc BMW Série 1 prix borne EuroNCAP BMW iX3 Toyota
MarquesAudi Kia Renault Skoda Mini Volkswagen BMW Toyota Polestar Dacia Nissan Hyundai Lotus Peugeot Bentley Alpine Ford Volvo
Actuellement, il y a 411 visiteurs en ligne dont 35 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2021 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales