Marche arrière : Il était une fois Sir Francis Owen Garbett Williams - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoSport autoMarche arrière : Il était une fois Sir Francis Owen Garbett Williams           Répondre    
 1 
16 messages
1139 vues
Marche arrière : Il était une fois Sir Francis Owen Garbett Williams
Autotitre le dim 5 déc 2021 à 12:45

Concours de circonstances.
Par Arnaud A. pour Autotitre.com

Nous sommes en 1942, Francis Williams né le 16 avril, à South Shields, une ville côtière proche de Newcastle en Angleterre.

Pendant que ses amis se passionnent pour la pêche et le foot, il se passionne pour les automobiles, allant jusqu'à faire de la compétition en amateur dans des épreuves locales.

Plutôt efficace, et intelligent, Piers Courage lui demande de le seconder dans la gestion de son écurie.

Il est assez vif d'esprit pour voir courir des pilotes meilleures que lui, et décide de laisser les gants pour devenir agent de pilotes, notamment de Courage, afin de leur trouver des crédits et des sponsors.

Il n'a que 24 ans lorsqu'il fonde Frank Williams Cars Ltd, un garage qui achète et vend, prépare et répare, des châssis de brabham de Formule 3 et de Formule 2.

Il fait aussi courir ses propres autos, avec des petits jeunes à leur volant, Courage, Rindt, Reutemans ou encore un certain Max Mosley.



3 ans plus tard, il décide d'entrer dans le grand bain de la F1, avec peu de moyens.

Il achète un châssis de Brabham désastreux, ayant quasiment tout perdu la saison précédente, et y met un moteur Cosworth DFV.

Brabham et Ickx pilotent, Courage s'occupent de la maintenance, Williams du reste.

La saison de la jeune équipe est fabuleuse, bien aidée par les performances des fabuleux pilotes. Deuxième à Monaco, deuxième à Watkins Glen, cinquième à SIlverstone et Monza, pour finir deuxième au championnat constructeur! La légende Williams est née.

De quoi attirer De Tomaso, ses millions, et sa Dallara. Un fiasco britanno italien. Avec en point d'orgue, la mort de Courage au Grand Prix des Pays bas.

Il met De Tomaso dehors, er décide de devenir constructeur à part entière dès 1972.

En 1975, ruiné par cette aventure, il se tourne vers Walter Wolf, le dernier à croire en lui, qui propose de s'occuper financièrement de Williams, en échange de 60% de la société.

Les deux hommes ne s'entendent pas, Walter Wolf rachète les derniers 40% de l'entreprise, et Williams redevient libre, et sans écurie.

Mais il est redevenu riche, grâce à la vente de son bébé.

1977, Williams, deuxième. Williams engineering engage Patric Head, tout jeune ingénieur, et engage la FW06 en 1978.

Il ne faudra qu'un an et la hargne d'Alan Jones pour amener la FW 07 de 79 aux avants postes. Williams taille des croupières à ce qui sera sans doute le seul homme qu'il aura jamais admirer, Enzo Ferrari.

1980, 1981, deux titres de constructeurs. Le début d'une série folle. Williams, ce sont 16 titres mondiaux, 9 constructeurs, et 7 pilotes. L'un des plus beaux palmarès de l'histoire de la Formule 1.

La plupart de ces titres, Williams les verra de son fauteuil roulant. De retour des essais privé au Castellet 86, sa voiture quitte la route, et ce grand marathonien en sortira tétraplégique. Nigel Mansell et Nelson Piquet lui offriront le titre constructeur cette année, pour son retour aux manettes.

Cette épreuve affirmera encore plus son caractère. Williams se brouillera avec BMW qui veut racheter son écurie, perdant ainsi son fournisseur de moteurs.

Il s'obstinera à rester indépendant, au milieu des armadas constructeurs. Toyota, Cosworth et Renault motoriseront les Williams dans les années 2000, sans résultat probant.

Il faudra attendre 2012 pour que Pastor Maldonado enregistre la 114e victoires et dernière avant très longtemps de l'écurie Williams.

Ce qui aurait pu être une fin de carrière en apothéose pour Frank, qui devait céder son poste de directeur à sa fille Claire. C'était sans compter le décès de sa femme, Virginia Williams, qui semble presque avoir rendu sa rage à Frank, et qui décide de rester directeur de son écurie pour un petit moment encore.

Il y laissera ses dernières forces, mais verra tout de même ses autos lutter de nouveau avec les meilleures grâce au V6 Mercedes.

Avant de sombrer à nouveau.

Georges Russel lui offrira son dernier podium, au Grand prix de Belgique 2021.

Enfin, presque, puisque l'écurie Williams sera revendue au fons d'investissement Dorilton Capital.

Un rachat qui ne se fera pas sans mal, le fonds d'investissement rencontrant un autre lion. Claire Williams. Il sera hors de question que le nom Williams disparaisse.

Il se murmure dans les milieux autorisés qu'elle acceptera de quitter son rôle de directrice d'écurie juste pour que le nom de son papa continue de flirter avec les deux derniers noms des fondateurs de la F1 moderne. McLaren et Ferrari.

Williams laissera un vide dans le paddock. Malgré sa tétraplégie, il ne lâchera jamais son écurie. Il voyagera dans le monde entier. Souvent en faisant passer son écurie avant tout le reste. Sa famille, ses pilotes, lui même.

Froid, sérieux, précis, éduqué, si il ne montre jamais ses émotions, il n'en est pas pour autant un vrai gentleman. Les pilotes en parlent avec des étoiles dans les yeux, il faisait encore partie de ces chevaliers de la F1 d'hier, qui ont fait la F1 d'aujourd'hui.

Rarement un homme aura autant dévoué sa vie à son œuvre.

Il va enfin pouvoir discuter de vive voix avec celui qui l'a changé, celui qui a fait de lui un homme capable de parler -parfois-, d'autres choses que son écurie. Le dernier pilote qui l'a fait verser une larme, et pour cause, Ayrton Senna.

Merci pour votre dévotion Sir Frank Williams.



https://www.youtube.com/watch?v=kSoQtwbpcGU&ab_channel=FORMULA1
YouTube 4:18
Lewis Hamilton and Frank Williams: A Very Special Hot Lap


Retrouvez ici tous les "Marche arrière"
stinger le dim 5 déc 2021 à 12:51
Bel hommage :good:
jpcevol le dim 5 déc 2021 à 12:56
👍
turbo1980 le dim 5 déc 2021 à 13:28
Super 🥰
caraddict le dim 5 déc 2021 à 13:47
Très bel article oui :good:
maxz318is le dim 5 déc 2021 à 14:17
Top :good:
Zoleran le dim 5 déc 2021 à 14:24
Top:good: un bel hommage.

Petit faute après De Tomaso;)
MadMax le dim 5 déc 2021 à 14:29
Superbe ! 👍
jujuleterrible le lun 6 déc 2021 à 09:50
:good:
Kseedee le lun 6 déc 2021 à 10:43
Très bel hommage. :good: :good:
Bérangère le lun 6 déc 2021 à 11:31
Intéressant 👍🏻
lesbellesauto le lun 6 déc 2021 à 12:03
Bonjour à tous ;)

Trouvaille du net :





:( :( :(
lesbellesauto le lun 6 déc 2021 à 12:12


@lbad
lbad le lun 6 déc 2021 à 12:21
;) :good:
bagaço le lun 6 déc 2021 à 19:52
:good: :good:
lesbellesauto le lun 3 janv à 21:45
Bonsoir à tous ;)

Sport-Auto janvier 2022.



Hommage à Sir Franck Williams

.... ]

:good: :good:
Auteur : avec
 1 
AutotitreForum AutoSport autoMarche arrière : Il était une fois Sir Francis Owen Garbett Williams             Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoVolkswagen Taigo Peugeot 2008 Voiture de l'Année Tesla Cybertruck Cupra Leon Mini Nissan Micra citadine Maserati Grecale marché KTM X-Bow Audi Q6 Mercedes GLE
MarquesVolkswagen Peugeot Tesla Cupra Mini Nissan Maserati KTM Audi Mercedes Dacia Renault Alfa Romeo Land Rover Ford Porsche Suzuki BMW
Actuellement, il y a 300 visiteurs en ligne dont 22 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2022 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales - consentement