Marche arrière : L'Opel GT mk2 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoOpelGTMarche arrière : L'Opel GT mk2           Répondre    
Opel GT ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
 1 
21 messages
2433 vues
Marche arrière : L'Opel GT mk2
Autotitre le dim 7 mars à 15:03

Coup de foudre.
Par Arnaud A. pour Autotitre.com

Quand on parle d'Opel, on pense tout de suite à la Commodore du grand père, à la Vectra de maman, ou au Zafira des voisins. Des voitures ennuyeuses, grises.

Et ce n'est pas faute d'avoir essayé.

On se souvient de l'Opel GT, une mini Corvette sortie en 1969, du badge GSI collé ici et là, sur des voitures aux performances détonantes. Il y a eu la Calibra, sortie du purgatoire aujourd'hui, les plus récentes OPC, parmi lesquelles le pire côtoie l'encore plus pire.

Ces autos partagent presque toutes la même recette. Des pompes à feu installée sous les capots d'autos sorties à la va vite, avec des châssis à la ramasse, avec pour seul but de faire oublier la Commodore de grand père, la Vectra de maman, ou le Zafira du voisin.

Echec.

A l'aube des années 2000, pourtant, un fax débarque dans un sombre bureau d'Hethel, en Angleterre. C'est monsieur Opel qui commande la Speedster à Lotus.

Ça donnera naissance à ce qui est pour beaucoup la plus fabuleuse Opel jamais produite, un produit qui a débarqué en concession comme un cheveu dans la soupe, quasiment aussitôt rejetée par un réseau qui ne savait pas trop quoi en faire. Une Lotus Elise fiable, équipée du 2.2 Ecotec, ou du 2.0 Turbo OPC. L'auto sera vendue pendant 4 ans, à 7200 exemplaires.

Si le réseau n'en fera rien, la presse s'en donnera à cœur joie, tandis qu'un noyau de fan se créera, pour le coté image, c'est réussi.

Opel continuera sur sa lancée, et ira piocher dans le catalogue de GM.

Ça tombe bien, on y trouve une plate forme de véhicule compact et sportif, dont le concept car Solstice est la représentation originelle. Suivra la Vauxhall VX Lightning, dessinée à Coventry.

Ça donnera la Pontiac Solstice de série, ainsi que la Saturn Sky. Opel décide de partir de la base de la Saturn, et envoie les planches à dessin aux centres de style de Detroit et de Russelsheim, fief d'Opel Europe.

Des centres qui donneront naissance à la sculpturale Opel GT.



Il n'y a rien de plus subjectif que le design, mais je vois mal comment on ne peut pas tomber en admiration devant cette représentation parfaite du roadster GT.

Des lignes acérées, un arrière tronqué, un capot long comme un jour sans brûler du SP, plongeant, le double bossage dans la continuité des appuie-tête, des flancs travaillés, des grosses jantes à 5 bâtons, simples, et surtout, grises.



Capoté, c'est beau, décapoté, c'est l'extase, avec ses airs de voiture de cartoon, qu'aurait pu dessiner Tex Avery.

S'installer à bord demande un peu de gymnastique. Elle est basse, très basse. Une fois à bord, on s'étonne de trouver une position de conduite parfaite, jambes tendues, bras pliés, le petit levier de vitesse tombant parfaitement sous la main.



Passé la surprise de l'excellente position de conduite, on se rend bien compte que le siège n'est pas si GT que cela. Ça semble ferme en statique, avec relativement peu de mousse sous les fesses.

On s'attarde sur l'habitacle. La présentation est correcte, les ajustements sont plutôt bons, mais les plastiques fleurent bon le made in USA, et globalement, on a pas du tout l'effet wahou de l'extérieur.



Mention spéciale au bas de la console centrale, dont l'incroyable largeur est censée amincir le trop large tunnel de transmission.

La capote dispose d'une vitre en verre, mais est manuelle.



Plus on y passe du temps, et plus on se rend compte qu'elle n'est pas si GT que cela.

Il suffit d'aller voir le coffre pour comprendre que partir en week-end sera compliqué. Donné pour 157litres capote en place, il tombe à 66 litres décapoté. Plus que des chiffres, il est clairement inexploitable, c'en est pathétiquement drôle.

Bon, il est temps de démarrer le bouilleur. Opel a fait simple, il a pioché dans la banque de pièces du groupe.

Mieux, si il a jeté son dévolu sur le 2.0 de l'Astra OPC, il ne s'est pas contenté de le jeter tel quel sous le capot.

Un capot dont l'articulation à elle seule mérite le détour.



Le bloc s'est vu ajouter une culasse alliage avec des arbres contrarotatifs, censés donner plus de rondeur à un roturier 4 cylindres. Mieux, ou pas d'ailleurs, le bloc gagne l'injection directe. C'est bon pour la puissance, c'est bon pour la consommation, et donc la pollution, mais ça fait un bruit de diesel. C'est dommage.



Le bloc gagne ainsi 24 chevaux, et dispose donc de 264 chevaux, à 5300 tours, et de 353Nm dès 2500 tours, et qui restent disponibles pendant 2500 tours!

132cv/litre, 177Nm/litre, excusez du peu.

La cavalerie est transmise aux roues arrières par le biais d'une boîte à 5 rapports, et d'un autobloquant mécanique!

Une boîte dont le maniement est bien "mécanique", avec un débattement court, et des verrouillages francs.

Ça donne un chrono fier d'afficher les chiffres.

0 à 100 en à peine plus de 6 secondes, le kilomètre départ arrêté en 26 secondes, et des reprises ébouriffantes, avec un 80 à 120 en 3.8 secondes.

Plus que l'art, il y a la manière.

Dans cette américaine, on retrouve la touche Opel, le moteur est une véritable pompe à feu. Rond mais quelconque sous les 3000 tours, une pleine charge le réveille comme si on venait de mettre un grand coup de pied dans les valseuses d'un boxeur poids lourd.

On passe d'un gentillet moteur 4 cylindres avec un pantalon en velours côtelé et une chemisette Armand Thierry, à un bloc qui aurait la même dégaine qu'après 3 jours de Hellfest. Mais si, avec le tshirt troué, l'odeur de bière et les yeux écarquillés.

Un bruit assourdissant envahit l'habitacle, assourdissant, mais pas désagréable, tandis que la wastegate érupte de plaisir.

On y reviendra, parce qu'avant d'affoler le chrono, il faut faire chauffer l'ensemble.

Les premiers tours de roues montrent que le Speedster est oublié. On sent que cette presque barquette soi disant GT est lourd, avec 1400 kilos sur la balance, et des grosses roues de 18 pouces.

On confirme assez vite que les sièges avaient plus leur place dans un Speedster que dans une Opel GT, d'autant plus qu'ils ne sont pas aidé par l'amortissement.

La marque au Blitz s'est pourtant fendu de suspensions à double triangulation à l'avant ET à l'arrière, c'est en général bon signe, mais ça manque ici de développement.

L'auto rebondit sur la route, pire, les amortisseurs, avec un débattement beaucoup trop grand, arrivent tellement facilement en butée. Je ne pensais pas que c'était possible de trouver une autre voiture aussi mal amortie qu'une Abarth 595.

Et forcément, chaque tressautement, chaque secousse se sent dans le dos, le siège n'isolant que peu des aléas de la route.

Pourtant, quand la route se fait propre et lisse, l'auto devient impériale, se calant sur ses appuis sans broncher, mais en prenant un maximum de roulis, l'autobloquant permettant de mettre du gros gaz sans perte de motricité, faisant de chaque sortie de courbe un catapultage.

Dans une bande son incroyable pour un simple 4 cylindres. La mise en vitesse est toujours folle, et presque dangereuse tant le freinage, pourtant généreux, présente des lacunes. Le poids se sent, encore une fois, un peu trop, la course de la pédale n'arrangeant rien.

Ici, les premiers centimètres créent une décélération, tandis que le vrai freinage n'intervient que lors d'un appui franc, qui aura vite fait de déclencher l'abs, voir de faire bouillir le liquide un peu vite.

Pourtant, on a 30 centimètres de disques ventilés à l'avant et 28 centimètres de disques pleins à l'arrière.

On est en plein dans le dilemme de cet échec commercial.

Avec 500 kilos de plus sur la balance, et le nom qui évoque le grand tourisme, cette Opel GT rate complétement sa cible.

Comment expliquer qu'en affichant ce poids, on se passe d'une capote électrique (on passera outre son isolation catastrophique), de coffre, de rangement dans l'habitacle, de confort tout simplement?

On ne peut pas l'expliquer, par contre, on peut expliquer pourquoi elle n'a pas l'efficacité d'un Speedster, malgré des performances de folie. Les 500 kilos de plus sont le pire ennemi d'une voiture de sport. Ajoutez à cela un châssis qui se désunit complétement sur chaussée dégradée, et un lancement entaché d'un malheureux décès, et vous obtenez l'explication de l'échec.

Pourtant, elle avait un marché. De niche, certes, mais le marketing s'est complétement planté. Afficher GT sur une auto ne suffit pas à en faire une.

Mais qui aurait pu croire que pour 30 000 € (!) lors de son lancement, on obtenait un cabriolet GT de 264 chevaux?

Il fallait vendre de l'esbrouffe, des performances pures, il fallait assumer son caractère de Viper du pauvre, de S2000 de sous ingénieur.

Parce que cette auto, c'est ce qu'elle est. Une démonstration de savoir pas faire, ou plutôt, de maîtrise de la poutre.

C'est une Opel, une vraie, de celles qui essayent déjà de nous vendre autre chose que de l'ennui. Elle est une descendante des GSi, des OPC. Un moteur et rien d'autre. Rien d'autre? Une double triangulation, un châssis poutre (!), et surtout, une absence de toit, pour des sensations encore plus pures.

Ne l'achetez pas pour faire le tour des châteaux de la Loire avec maman, elle vous détestera, elle vous conchiera, et surtout, elle fera le choix entre ses valises et vous.



Ne l'achetez pas pour pister, ou très occasionnellement, avec son ESP non déconnectable.

Ne l'achetez pas pour être discret.

Achetez la pour en prendre plein la gueule, achetez la pour vous faire peur, achetez la si vous n'entrez pas dans un speedster, achetez la pour son caractère, achetez la pour sa ligne, pour sa rareté.

Au pire, achetez la parce qu'elle est étanche.

Surtout, achetez la pour son prix. Cette auto peut se trouver proche de l'état neuf pour 15000€. 15000€ pour une batmobile de 264 chevaux. Qui n'affiche pas des kilométrages indécents, qui ne coute pas très cher à faire rouler, et qui vous collera à la peau comme une moule colle à son rocher.

L'utiliser au quotidien est possible si votre corps le supporte, la consommation pouvant baisser à des niveaux assez bas, grâce au moteur moderne.

Elle peut vous apprendre à vous cracher dans les mains, elle nécessite d'assimiler son mode de fonctionnement avant de se donner. Et en cela, elle est gratifiante.

Cette Opel GT, c'est du défi en permanence.



Merci à Opel Deker chez qui vous trouverez ce superbe exemplaire

Retrouvez ici tous les "Marche arrière"
Ben_92 le dim 7 mars à 15:15
Une formidable réussite :D
Bobal le dim 7 mars à 15:17
Oui, ça résume assez bien le produit :D
turbo1980 le dim 7 mars à 15:58
:D

Incroyable l ouverture du capot , une voiture dont le capot s ouvre dans le bon sens ne peut pas être mauvaise @Servietsky :D

Combien d exemplaires ?
ctncrsp le dim 7 mars à 18:16
Si c'est juste l'amortissement qui est problématique, ça doit pouvoir se corriger facilement non ?
Bobal le dim 7 mars à 18:30
C’est ensemble.
C’est lourd, mal amorti, certainement pas assez rigide...
Zoleran le dim 7 mars à 18:30
Citation de Autotitre :
«
Coup de foudre.
Par Arnaud A. pour Autotitre.com


Au pire, achetez la parce qu'elle est étanche.


Retrouvez ici tous les "Marche arrière" »


@Autotitre

Dedi a @turbo1980 :D :!:
turbo1980 le dim 7 mars à 18:50
:ouin: :D
caraddict le dim 7 mars à 19:24
Le texte est très sympa et donnerait presque envie :good:
ctncrsp le dim 7 mars à 19:33
Non :D
remwar le dim 7 mars à 19:48
Que de souvenir cette voiture ! Mon frère l'a eu, en gris claire, acheté neuve via mandataire pour 25 000€. il avait effectué quelques modifications, ligne complète avec cata sport, double admission, échangeur, et reprog pour 317ch et 480nm au banc. Il avait également modifié les jantes, amortisseurs et ressorts, ainsi que les plaquettes et disques.. Elle marchait vraiment bien et tenait ma 3 mps stage 2. Il avait mise à 284 gps, le compteur était gradué jusque 260. Je me souviens également de rapport de boite très long (175 en 3 et 260 compteur en 4). Vraiment une belle voiture. Bien qu'il la revendu pour acheter une civic type r FN8, il l'a longtemps regretté, car il pouvait se ''promener'' et apprécier le soleil le long des côtes avec l'opel GT, chose presque impossible avec la type R qui ne demande qu'à être ''cravaché''.
Dernière édition le 07/03/2021 à 20:36 par remwar, édité 1 fois
concombremaske le dim 7 mars à 22:22
Que c’est beau
Raminagrobis le dim 7 mars à 22:28
Les essais d'epoque n'etaient pas glorieux deja de memoire. Et 0 cote pratique...
concombremaske le dim 7 mars à 22:42
C’est souvent une 3 eme caisse, donc le côté pratique...
Carpe.diem le dim 7 mars à 22:45
C’est le genre de caisse avec laquelle tu as envie d’aller flâner sur la côte d’opale, ou arsouiller dans les Vosges. Bein c pas possible à deux.
Ben_92 le dim 7 mars à 23:31
Y a pas de quoi mettre un porte jarretelle et deux strings ?
weber-dc40 le dim 7 mars à 23:42
L'epoque où on se moquait d'un roadster. :D

Ca donne envie d'essayer en tous cas.
Bobal le dim 7 mars à 23:42
Guère plus.
Faut bien comprendre que la capote occupe TOUT l’espace coffre :D
stinger le dim 7 mars à 23:43
Je savais que tu allais en faire un article marche arrière :D :love:
maxz318is le lun 8 mars à 01:08
Même avec la meilleure volonté de brûler n'importe quoi...
"esp non déconnectable" :ouin:
MadMax le lun 8 mars à 09:41
pas moyen de virer le fusible ou le relais de l'ESP? :D
elle ferait bien envie malgré ses défauts en caisse du week end pur égoïste...
Auteur : avec
 1 
Opel GT ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
AutotitreForum AutoOpelGTMarche arrière : L'Opel GT mk2             Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoAudi Q4 Kia Niro radar Renault Mégane Skoda Octavia Mini Mini Volkswagen T-Roc BMW Série 1 prix borne EuroNCAP BMW iX3 Toyota
MarquesAudi Kia Renault Skoda Mini Volkswagen BMW Toyota Polestar Dacia Nissan Hyundai Lotus Peugeot Bentley Alpine Ford Volvo
Actuellement, il y a 382 visiteurs en ligne dont 34 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2021 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales