Ici c'est le forum des pro de la Lambo.... - Page 341 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoLamborghiniIci c'est le forum des pro de la Lambo....   «   341            Répondre    
Lamborghini ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
 Page précédente    1    2      332    333    334    335    336    337    338    339    340     341  
17048 messages
468465 vues
Ici c'est le forum des pro de la Lambo....
ferry400 le lun 25 avril à 21:31
Blue night...
turbo1980 le lun 25 avril à 21:43
Superbe :oh: :love: :love: :love:
lesbellesauto le lun 25 avril à 21:45
Bonsoir à tous

Citation de ferry400 :
« Oui j'ai repris une Gallardo Spyder en E-gear (plus facile pour les conditions de roulage ici au Québec) pour dire d'avoir une Lambo moderne à coté de mes Vintage... »


@ferry400

Ferry400 merci à toi pour les photos de la Gallardo :good: mais soit gentil stp,fais nous baver avec tes "Vintages" :love: :love:

En attendant voici mon lot de trouvailles du net : :oh:

Lamborghini Miura Jota



1972 Lamborghini AMS Racecar



1981 Lamborghini Miura SVJ Spider



Lamborghini Uracco V8 Bob Wallace



(je l'ai déjà posté celle-ci avec son historique mais cette photo est splendide par son contexte et l'ambiance qui s'en dégage)

Countach décapsulée au Kansas



:D :D :D
ferry400 le lun 25 avril à 21:54
ma Lp 560 n'était marrante que parce qu'elle avait la boite mécanique... du plaisir pendant un an et demi et puis le suivant l'a éclatée sur circuit

ferry400 le lun 25 avril à 22:08
En dernière date, fin 2021...

J'ai acheté l'Islero GT #6243 qui est apparue dans le film court métrage "la Diva" => https://www.youtube.com/watch?v=3lOxP12GiVI
YouTube 2:38
Islero in: 'Vedo nudo' (1969)


Depuis, mon ami Iain Tyrrell qui la stocke chez lui avant la grande traversée (pour le Quebec) a fait la mise au point des carbus à l'ancienne... voyez la video, à partir de la 9min => https://www.youtube.com/watch?v=Yx5WPGL7kTI
YouTube 17:30
Lamborghini Islero - more than meets the eye with this little known GT | Tyrrell's Classic Workshop


Très belle restauration, j'ai hâte de la rouler...

lesbellesauto le lun 25 avril à 22:42
MAGNIFIQUE :love: :love: :love: :love:

Je ne parle pas en mots d'Anglais mais cela ne m'a pas empêché de me régaler,j'adore l'Islero,une auto que l'on ne voit que très rarement.
Impressionnant le garage de ce "Iain Tyrrell",un homme forcement bien puisqu'il y a même une SM :)
Il a un lien de parenté avec le grand Ken Tyrrell :?:

MERCI POUR LE PARTAGE :good: :good: :good: :good: :good:
turbo1980 le lun 25 avril à 22:54
L intérieur :oh: :love:

C est très original comme Lambo :oh: pourquoi ce choix ? Une occasion ou vraiment la volonté d avoir ce modèle :?:

Sympa la déco gulf sur la Gallardo :good:
Dernière édition le 25/04/2022 à 22:55 par turbo1980, édité 1 fois
weber-dc40 le lun 25 avril à 23:00
Putain c'est beau :good: :good: :love:
ferry400 le lun 25 avril à 23:07
Merci pour l'Islero GT.

J'ai déjà eu la #6300 exEdmondo Lamborghini, mais je voulais retrouver celle des 24h du Mans du livre de Serge Bellu.... ce qui est finalement arrivé en 2008 après 20 ans de recherches... la fameuse #6009



Donc c'est ma 3ieme Islero GT car j'adore son design, sa rareté et puis le fait que ce fut l'un des modèles préférés de Ferruccio juste après la Jarama, ensuite la Miura et la Countach...

Iain Tyrrell est un parent éloigné de Ken Tyrrell effectivement.

Iain a un atelier superbe, j'y ai toutes mes Lambo en attendant de les récupérer ici.
turbo1980 le lun 25 avril à 23:17
Un choix de connaisseur donc :good: :good:
lesbellesauto le lun 25 avril à 23:20
Citation de ferry400 :

« mais je voulais retrouver celle des 24h du Mans du livre de Serge Bellu.... ce qui est finalement arrivé en 2008 après 20 ans de recherches »


Il me semble qu'elle est passé entre les mains de "Rémi Leduc" de l'"Atelier de Forme Auto" à Joué-lès-Tours il y a quelques années ;)

:?: :?:

;) ;)
Dernière édition le 25/04/2022 à 23:26 par lesbellesauto, édité 2 fois
ferry400 le lun 25 avril à 23:26
Oui c'est exact, je l'avais envoyée chez Rémi pour la remise en état châssis et carrosserie... il l'a sablée et puis au tournebroche...

lesbellesauto le lun 25 avril à 23:29
Cette auto à vraiment toute une histoire,presque un mythe :D
ferry400 le lun 25 avril à 23:51
C'est une légende de part son histoire à rebondissements... à découvrir un jour dans l'encyclopédie que j'écris...

Bonbonmaster le mar 26 avril à 00:47
La vache, c'est superbe :good:
lesbellesauto le mar 26 avril à 14:35
Bonjour à tous ;)

Pour ceux que cela intéresse,voici un peu de lecture ;)

Le Mans 1975 - Lamborghini Islero n°34 de Paul Rilly

Écrit par Olivier Nameche

Source : http://www.les24heures.fr/1975/208-1975-voitures/282-1975-34-lamborghini-islero-rilly (1975 34 Lamborghini Islero Rilly)

Retour en 1975, les 24 heures du Mans doivent faire face aux premiers conflits internes. Pour répondre à la crise pétrolière internationale et bien que le règlement technique soit défini par la FIA, l’Aco qui est l’organisateur de la course, décide de restreindre la consommation de carburant.

En désaccord avec la FIA, l’Aco va limiter les quantités de carburant dans chacune des catégories.

Une équipe locale française s’engage dans la catégorie GTX (Voiture de production). Paul Rilly et son ami Robert Levève ont un rêve commun: participer aux 24 heures du Mans une fois dans leur vie.

Dans un premier temps, Paul Rilly avait prévu d’engager sa Ferrari Barchetta, mais son moteur a explosé au mois de mars. Il décide donc de tenter sa chance avec une Porsche 911, le formulaire d'inscription ACO # 16086 est signé le 7 avril 1975.

Auparavant, courant février 1975, Paul Rilly avait acheté une Lamborghini Islero au Garage Europ Sport, près du circuit de Monthléry (sud de Paris). De couleur argent métallisé, et équipée d’un intérieur en cuir noir, elle est destinée à son usage quotidien. Bien qu’ayant fait une demande pour une 911, il rêve de courir Le Mans avec sa Lambo. Cette idée l’amène à contacter l'importateur français Lamborghini, le Garage Thépenier à Paris.

Enthousiasmé par le rêve de Rilly, Thépenier l’invite fin avril à l'usine Lamborghini. Rilly demande à Ubaldo Sgarzi s'il pouvait préparer une voiture de course. Comme chacun sait, la réponse fût "non" car l’usine Lamborghini ne construit pas de voitures de courses. Mais, Sgarzi propose de louer à Rilly un kit frein et un kit de suspension sport pour améliorer les performances de l'Islero, en échange d'une caution de 15.000 FFR (environ 12.000 euros ou 16.800$ valeur 2007).

De retour en France, Rilly commence à assembler son puzzle Lamborghini. La couleur argentée n'est pas suffisamment attrayante à son goût, elle sera repeinte en orange, une teinte de BMW 2002 Ti. Le moteur est refait, mais la catégorie GTX permet peu de modifications: un arceau, un réservoir de 100 litres, un harnais, un éclairage pour le numéro de course collé sur la portière, des attaches rapides pour le capot, des freins améliorés et enfin les suspensions.

Rilly demande à rectifier son inscription pour engager l'Islero, l’engagement ACO Document # 27251 est signé le 2 juin 1975. L’Islero portera le N ° 34.

Les tests officiels préliminaires débutent le 11 juin. Bien sûr, Rilly et Levève s'attendent à se qualifier, mais ils vont rencontrer quelques problèmes.

Tout d’abord, la voiture est instable au freinage violent qui suit la longue ligne droite des "Hunaudières". Lors de la deuxième séance d’essai, Edmond Ciclet (Chef mécanicien chez l’importateur Thépenier) modifie l’arrivée d’air afin d'augmenter le flux d'air frais et adapte le réglage des carburateurs Weber. Le lendemain, Rilly souhaite augmenter la puissance du moteur en remplaçant le pot d'échappement d'origine par celui plus court d’une Ford Capri RS!

L’adaptation est faite sans aucune autre modification. Finalement, l'Islero a perdu 1600 tr / min en cinquième dans le Hunaudières. Rilly appelle alors l’importateur Thépenier et Edmond Ciclet, qui vont lui donner par téléphone les instructions pour régler correctement la carburation afin d'enrichir le mélange.

La vitesse maximale augmente à environ 265 km / h mais un nouveau problème apparait. Equipée de pneus de course au profil très bas et d’une suspension sport, l’échappement touche la piste dans les courbes. Là encore, la petite équipe française va perdre beaucoup de temps. Comme vous pouvez l'imaginer, d'autres concurrents dans la catégorie GTX sont beaucoup plus compétitifs et l’écart de performances entre l’Islero et les autres voitures ne cesse de croître.

Vendredi après-midi, Rilly cède le baquet de l’Islero à un Pilote de Formule 2 espérant améliorer les chronos lors des qualifications.

Tout d'abord, les chronos ne s'améliorèrent pas beaucoup mais surtout, le pilote heurte les barrières de sécurité.

Rilly est effondré. Les mécaniciens vont tenter de réparer sans succès la voiture. En fin d’après midi, la voiture est dernière sur la feuille des temps avec un meilleur tour en 5:28.00. Officiellement, l’Islero ne prendra pas le départ des 24 heures du Mans. Rilly quitte Le Mans et rentre chez lui avec son Islero sur une remorque, tandis que ses mécaniciens rangent les outils.

Luigi Chinetti, responsable de Ferrari NART a engagé 3 voitures mais malheureusement l'une de ses Ferrari n’est pas qualifiée: N ° 17 308 GT4 - catégorie S, avec un temps de tour de 4:32.90. Il demande aux commissaires de l'ACO d'admettre sa Ferrari et menace de retirer toutes ses voitures NART. L'ACO a refusé et Chinetti retire toutes ses voitures en piquant une grosse colère.

Aucunes des Ferrari du NART ne prendra le départ:

- N ° 45 365 GTB / 4 dans la catégorie GTS

- N ° 46 365 GTB / 4 et N ° 99 365 GT4 BB dans la catégorie GTX.



Pour combler les places vides suite au retrait de l’écurie de Luigi Chinetti, les commissaires de l'ACO passent en revue les voitures non qualifiées et décident de repêcher l'Islero dans la catégorie GTX.

Le stand de Paul Rilly est informé du repêchage. Un de ses amis tente de le joindre à son domicile, mais à l’époque les téléphones mobiles n’existaient pas… personne pour décrocher. Le samedi matin, enfin, Paul Rilly est informé, mais il est déjà trop tard pour ramener la voiture au Mans. Le warm up est terminé et une autre voiture a pris la place de l’Islero.

L’Islero de Paul Rilly aurait pu être la première Lamborghini à prendre le départ des 24 heures du Mans. Aucun doute sur le sujet, l’information est d’ailleurs confirmée par un des responsables de l’Aco, Hervé Guyomard.

Notre cher collègue Lou Herrin, fait des recherches depuis plus de 25 ans sur l'histoire de cette Islero. De mon côté, depuis la sortie du livre ‘Lamborghini’ de Serge Bellu paru aux éditions EPA, je collecte toutes les informations sur le sujet, notamment de revues françaises. Les journalistes à l’époque étaient très critiques, citant son âge de 6 ans, sa lourdeur : 1443 kg et surtout le fait qu’elle ne soit pas adaptée à une course d’endurance.

Début 2007, j’ai appris que Lou Herrin enquêtait sur le sujet et nous avons échangé nos informations.

Le but étant d’identifier le numéro de châssis de l’Islero car le formulaire d’engagement ne mentionne pas ce numéro. Depuis des mois nous enquêtons. Je ne vous raconterai pas toutes les difficultés ou toutes les déceptions que nous avons rencontrées. Au cours de mes recherches, j’ai donc rencontré énormément de monde, dont notamment Paul Rilly et Edmont Ciclet et j’ai pu m’entretenir avec Hervé Guyomard.

Voici à ce jour (12/2007) son histoire complète

La voiture de Paul Rilly fût la première Islero livrée en France. En juin 1968, elle arrive chez l'importateur français VPM (Voitures Paris Monceau).

La première immatriculation française date du 12 juillet 1968.

Le Journaliste français José Rosinski réalise un essai en juin 1968 alors qu'elle a 4000 km au compteur. L’article est publié en juillet 1968 dans la revue Sport Auto. Il y fait mention que l’Islero est un prototype et qu’il teste l’une des premières voitures produites. L’extérieur est vert pâle, l’intérieur est habillé de cuir noir et la voiture n’est pas équipée de l’option air-conditionné. José Rosinski se plaint d’un freinage mal réglé. M. Lamy (Directeur commercial de VPM) demande alors à son chef mécanicien Edmont Ciclet de vérifier ce point. Au cours de l’essai sur route, Ciclet endommage la voiture. La voiture devant être présentée en octobre au salon de Paris 1968, Ciclet va passer trois semaines à l’usine pour réparer la voiture. Il s’agit de la première présentation au public français de l’Islero. Après le salon, la voiture a été vendue et Edmont Ciclet n’en a plus jamais plus entendu parlé depuis les 24 Heures du Mans 1975.

Le second propriétaire, une personnalité résidant dans le sud de la France, immatricule le véhicule le 14 octobre 1971. Visiblement, le vert pâle n’a pas du lui plaire car il fait la fait repeindre en couleur argent. À la fin de 1974, l’Islero est revendue à Europ Sport Garage près de Monthléry. En décembre 1974, Paul Rilly, homme d’affaire qui possède un garage, la voit et l’achète immédiatement.

Paul Rilly l’utilise pour son usage quotidien. Il n’y a pas de nouvelle immatriculation, puisqu’il conserve les plaques de l’ancien propriétaire.

Depuis, à notre connaissance, la voiture est toujours de couleur orange. Paul Rilly conservera la configuration vue durant les essais du Mans avec son échappement spécifique…. Jusqu’à ce qu’il prenne un PV pour nuisance sonore. Il sera obligé de l’immatriculer à son nom fin 1975.

La voiture fût ensuite revendue à fin du premier trimestre 1977 à Europ Sport Garage.

L’Islero fut à nouveau revendue à une personne nommée David vivant dans la région parisienne en 1977. Ce jeune homme a gardé l'immatriculation. Un ou deux ans plus tard, il est revenu au garage pour acheter une Jaguar ou une Porsche, ayant déjà revendu l'Islero. Le jeune homme s'est suicidé à la fin des années 80. À ce partir de ce moment là, l’enquête devient très difficile.

Toutefois, au cours de mes recherches, j'ai découvert une autre Islero 400 GT orange aux Pays-Bas. J’ai émis l'hypothèse que c'était peut-être la même voiture. Elle a eu par le passé une peinture argent, possède un intérieur cuir noir et à l'évidence elle revient de France. Cependant, j'ai été déçu de constater qu’il n’y avait aucunes traces de préparation course. Selon ses papiers français, elle vient de la région du Mans. Son numéro de châssis est le # 6348.

En fait, le médecin qui l'a achetée en décembre '74 avait vu la voiture de Paul Rilly lors des qualifications des 24 heures du Mans 1975 et la ressemblance avec la voiture de compétition fût l’une des raisons qui le poussa à la repeindre en orange. Il revendra par la suite cette voiture à un spécialiste automobile à Dijon, M. Lalane. C’est à ce moment qu’un collectionneur Belge, M. Perry la racheta pour l’emmener en Belgique. La voiture sera une nouvelle fois revendue, à un aristocrate Belge, M. Genarolli qui la conservera dans sa collection pendant 29 ans. Assez confus, non?

Maintenant, vous vous demandez peut-être comment puis-je être sûr à 100% du numéro de châssis de l’Islero du Mans 1975.

Parmi toutes les pistes et les informations recueillies, j'ai notamment reçu un courrier officiel émanant des autorités françaises. Cette lettre confirme l’immatriculation, reprise sur l’un des nombreux documents ACO, correspondant au châssis no # 6009.

Paul Rilly m'a beaucoup aidé en me fournissant les copies de tous les documents ACO qu’il possède toujours.

Nous aurons une pensée pour son ami, Robert Levève, décédé malheureusement en 1994 dans un accident de voiture.
Ma quête n'est pas terminée aujourd'hui. Je suis toujours à la recherche de l’Islero # 6009 parce qu'elle a croisé "ma route" un jour…

Mon père possédait une Lamborghini Jarama GTS en 1977 et lors d’un périple en France, nous avions rencontré Paul Rilly et son Islero, sans savoir ce que Paul avait fait auparavant en 1975.

Le jeune enfant que j’étais alors n’aurait jamais imaginé être à la recherche de cette voiture 30 ans plus tard. Avec mon expérience de la course, mon objectif est de la faire participer à des compétitions historiques comme Le Mans Classic.

Si quelqu’un peux m’aider à la localiser au cas où elle existerait encore (région Parisienne ?), ce serait fantastique.

Si par contre, quelqu’un peut me confirmer qu’elle fut détruite autant le savoir et clore le sujet.

Olivier NAMECHE

(1) Suite à la crise pétrolière, l'Aco a imposé des nouvelles règles concernant la consommation de carburant. Il faudra boucler 20 tours avant de ravitailler. Suite a cette initiative, la fédération internationale a immédiatement exclu l'épreuve du championnat du monde.

(2) A quelques heures du départ, Luigi Chinetti est mécontent. Sa Dino 308 GT n'est pas admise au départ et on lui refuse de recomposer les équipages des 3 autres Ferrari du Nart. De colère, il retire ses voitures. Pour des raisons techniques, l'écurie Pozzi déclare forfait. L'Aco repêche au dernier moment la Sigma, la Datsun et une 911. C'est la grosse confusion, la Porsche des équatoriens Merello, Madera, Marrea en profite pour se faufiler sur la grille. La voiture prendra le départ et va effectuer 3 tours avant que les officiels ne découvrent la supercherie et stoppent la voiture.

(3) Islero est le nom du taureau de la ganadería Miura de 495 kilos qui encorna mortellement le célèbre torero Manolete. Islero était le cinquième taureau (le second pour Manolete) de la corrida tenue le 28 août 1947 dans les arènes de Linares, en Andalousie. Manolete avait déjà donné l'estocade à Islero quand celui-ci lui porta un coup de corne à la cuisse. (Wikipedia.fr)

En allant sur le lien vous pourrez voir quelques photos :love: :love: :love:

Dernière édition le 26/04/2022 à 14:43 par lesbellesauto, édité 1 fois
ferry400 le mar 26 avril à 16:09
C'était avant de l'avoir découverte, car #6009 mon 2ème "Barn Find"... sortie de grange si vous préférerez... sur les 3x Barn Find que j'ai eu le privilège de concrétiser...

Elle était endormie depuis 1981... retrouvée fin 2008...


lesbellesauto le mar 26 avril à 17:07
Ne serait-elle pas passée depuis cette date entre les mains expertes de Tony de TS automobiles :?:
ferry400 le mar 26 avril à 17:25
Je l'ai vendue voici qq années à un ami, depuis Tony-TS a assuré le remontage des pièces que j'avais fait restaurer, pour l'instant il est sur le remontage du moteur, quel chemin parcouru depuis la dépose...

mais je garde un oeil sur "le dossier"...

!
lesbellesauto le mar 26 avril à 17:40
Merci :good: :good: :good:

Nous aussi nous gardons un oeil sur tes prochains posts à défaut de pouvoir approcher la chose :D :D
lesbellesauto le ven 29 avril à 19:11
Bonsoir à tous ;)

Trouvaille du NET

Lamborghini Countach LP400 - Japan, mid 70’s :love: :love: :love:



;) ;)
I'll-be-back le dim 15 mai à 23:18
Photos : 2022/05



ferry400 le lun 16 mai à 12:33
Un petit cours d'histoire... La Ferrari qui engendra les Lamborghini... et la Légende commença...


https://www.youtube.com/watch?v=-4n9EeiKhCA
YouTube 22:19
Unearthing a 60 Year Hidden Treasure - THE Car that unleashed the Raging Bull Pt1 - World Exclusive!
Zorgol le ven 20 mai à 09:43
https://youtu.be/2YMaw-CMmY0
YouTube 25:05
Lamborghini Countach Review // Wolf Of ALL Streets

:love:
lesbellesauto le sam 21 mai à 21:52
Bonsoir à tous

@ferry400 & @Zorgol :good: :good:

Retour d'une de mes obsessions :la COUNTACH :love: :love:

Historique du châssis 1120262


Le châssis 1120262 était l'un des 157 Countach construits par Lamborghini selon la spécification LP400 d'origine. Parmi ceux-ci, environ 20 ont été réalisés en conduite à droite.

Fini à Rosso avec un intérieur marron tabac, le châssis 1120262 a été expédié de l'usine le 14 juin 1977 et exporté en Australie pour le compte du concessionnaire Lamborghini du pays, Tony De Fina.

La voiture a trouvé un acheteur chez le chanteur et compositeur de rock britannique Rod Stewart, qui était en tournée en Australie à l'époque. Stewart avait possédé un trio de Miuras et 1120262 était le premier de plusieurs Countach qu'il a achetés.

Après avoir passé une courte période au Royaume-Uni, la voiture a été transportée par avion au domicile de Stewart à Beverly Hills, Los Angeles. Ici, il a été immatriculé sur la plaque d'immatriculation californienne "RIVA 1" et a reçu une légère personnalisation. Stewart a d'abord fait installer un ensemble de larges roues Gotti et un mini-spoiler arrière monté derrière le toit.

La voiture a ensuite été améliorée avec des spoilers avant et arrière, des extensions de passage de roue et des roues Campagnolo Teledial inspirées de la Widebody Countach S. Ce travail a été réalisé par Executive Coachcraft de Giacabone pour le compte d'Albert Mardikian Engineering (AME).

AME était une usine de services automobiles, de style et de conformité à Costa Mesa qui se présentait comme «le plus grand centre de conformité au monde».

Grâce à Giacobone, Mardikian a proposé toutes sortes de conversions de corps haut de gamme. Son entreprise a fourni à des clients fortunés des modèles indisponibles chez le constructeur et a fait un commerce fulgurant de Ferraris, Mercedes-Benz et Rolls-Royce à toit ouvrant.

En 1984, AME a converti la Countach de Stewart en Targa. Dans le même temps, le cockpit a été retapissé avec un nouveau cuir beige.

En plus d'AME, Albert Mardikian possédait également la salle d'exposition Trend Imports à cinq miles sur la route à Newport Beach. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, Mardikian était considéré comme le plus grand importateur de voitures de luxe européennes du marché gris aux États-Unis. Cependant, tout s'est mal terminé lorsque AME et Trend Imports ont été accusés d'avoir vendu 2000 voitures européennes avec des documents falsifiés de l'Agence de protection de l'environnement.

....



Plus tard dans les années 1980, le châssis 1120262 est revenu au Royaume-Uni.

On la voit ici au Italian Car Centre sur Kimber Road, Londres, en 1989.

Après cela, la voiture a été exportée vers l'Europe et convertie en conduite à gauche. Il a depuis été restauré selon les spécifications LP400 d'origine.

Source : https://supercarnostalgia.com/blog/rod-stewarts-custom-lamborghini-countach-lp400-chassis-1120262 (VIN: Rod Stewart's custom Lamborghini Countach LP400 chassis 1120262 — Supercar Nostalgia)

;) ;)

Dernière édition le 21/05/2022 à 22:35 par lesbellesauto, édité 1 fois
lesbellesauto le sam 21 mai à 22:19
Suite de l'historique de 1120262

Voici le descriptif qu'en a fait Artcurial lors de sa vente à Retromobile en 2020

Cette voiture présente une histoire incroyable. Il s'agit au départ d'un désirable modèle "periscopio", ainsi nommé à cause de la rainure ménagée dans le toit pour un rétroviseur "périscope". Par ailleurs, cette voiture a été livrée neuve à Rod Stewart, rock-star emblématique des années 1970 et 1980 dont la popularité n'était pas loin d'égaler celles de groupes comme les Rolling Stones ou les Beatles. Ses tubes "Da Ya think I'm Sexy" ou "Sailing" ont fait le tour du monde et le succès rencontré après plusieurs années d'errance lui ont donné les moyens d'un train de vie dont les excès passaient naturellement par les voitures de sport les plus puissantes de l'époque. En ces années de liberté, de fêtes et de succès planétaire, Lamborghini faisait partie de ses marques de prédilection et Rod Stewart a notamment possédé deux Miura, une Diablo et, plus récemment, une Murcielago et un spider Gallardo. Notez que Rod Stewart a été anobli en 2016 par le prince William.

La présente Countach lui a été livrée par l'usine directement en conduite à droite, rouge, intérieur cuir tabac, le 14 juin 1977, à Sydney, en Australie, où il était basé et où il a enregistré l'album Blondes have more fun, sorti l'année suivante. Il conserve même pendant deux semaines la voiture à l'intérieur de son studio d'enregistrement ! Cette précision apparaît dans son autobiographie, avec une photo où on aperçoit la voiture entourée de personnes à l'allure et à la mine fort joyeuse, très probablement lors d'une fête.
A la fin des années 1970 lorsque la rockstar part ensuite s'installer aux États-Unis, il emporte avec lui certaines de ses supercars dont la Countach. Afin de pouvoir l'utiliser sur les hauteurs d'Hollywood il fait convertir la direction de la voiture en conduite à gauche. C'est là qu'il fait la connaissance d'Albert Mardikian, importateur sur la côte ouest de voitures européennes haut de gamme, connu notamment pour faire entrer des Lamborghini en prenant quelques libertés avec la règlementation. Son personnage aurait inspiré celui tenu par Tom Cruise dans Rain Man, où l'acteur partageait l'affiche avec Dustin Hoffman et où on le voyait au début du film importer des Lamborghini.
Al Mardikian était réputé également pour ses préparations et customisations, transformant par exemple certaines Ferrari en spider, il transformera certaines voitures pour la série Miami Vice notamment. C'est le traitement qu'il a réservé à la Countach de Rod Stewart, dont le toit a été déposé, la carrosserie renforcée et les portes et vitres latérales modifiées. Parallèlement, les ailes ont été élargies dans le style des LP 400 S mais de façon plus fluide, les extensions étant intégrées sans donner l'impression d'être rapportées comme sur la version d'usine. La suspension a été modifiée de façon à recevoir des jantes et pneus plus larges. Les travaux ont été réalisés en collaboration avec Giacobone, d'Executive Coachcraft. Albert Mardikian aurait réalisé trois spiders de ce type sous l'appellation "Countach SS", tous de teinte rouge, dont un pour son usage personnel. Celui de la star serait le troisième produit.

Cette voiture est ensuite repartie en Angleterre, où elle est restée jusqu'en 2002, sous l'immatriculation RMK 651 R (le suffixe R correspondant aux numéros délivrés entre août 1976 et juillet 1977). C'est à cette date qu'elle a été achetée par son deuxième propriétaire, qui a fait restaurer le moteur et a conservé la voiture telle qu'elle, car elle n'avait que très peu roulé. En effet le compteur affichait alors 11 800 miles (18 990 km), ce qui était très probablement le kilométrage d'origine.
Cette Countach extraordinaire est passée quelques années plus tard entre les mains d'un négociant parisien, où son actuel propriétaire en a fait l'acquisition en 2013 lors du salon Retromobile. Conscient de la provenance historique de la voiture, Il a décidé de lui rendre sa configuration coupé d'origine, mais en conservant la conduite à gauche. Il a confié les travaux aux meilleures spécialistes italiens de la marque : les ateliers Battaglia e Bolognesi, de Ferrara, pour la carrosserie, Bruno Paratelli pour la sellerie et Top Motors, de Nonantola, pour la mécanique. La teinte rouge est conforme à l'origine et le moteur est celui d'origine. La voiture a retrouvé la forme du toit "periscopio". Livrée avec un deuxième volant plus petit pour faciliter la position de conduite, elle n'a parcouru que 161 km depuis sa remise en état complète.

Quand on parle de Lamborghini Countach, il est difficile de ne pas verser dans les superlatifs, tant cette voiture est étonnante. Ferruccio Lamborghini la voulait plus rapide, plus radicale, et techniquement plus avancée. Elle adoptait un moteur longitudinal arrière (d'où l'appellation LP, Longitudinale Posteriore), mais avec une boîte de vitesses située devant le V12, grâce à une architecture astucieuse due à Paolo Stanzani. Dans les ateliers Bertone, Marcello Gandini, déjà auteur de l'époustouflante Stratos Zero, a tracé un arc continu de la pointe avant au pan coupé arrière, définissant ainsi la forme générale. Il a doté la voiture de portes en élytre, formule encore jamais utilisée. Légère et puissante (son moteur 4 litres développait 375 ch), annoncée pour 315 km/h, elle a stupéfié les visiteurs du Salon de Genève 1971 où elle était présentée sous forme de prototype. C'est en 1973 qu'est apparue la version définitive, commercialisée à partir de l'année suivante.

Avec son appartenance prestigieuse et son histoire riche, l'exemplaire que nous présentons fait partie des plus désirables Countach LP 400 du marché.

Source : https://www.artcurial.com/fr/lot-1977-lamborghini-countach-lp400-periscopio-3980-134 (Rétromobile 2020 | Vente n°3980 | Lot n°134 | Artcurial)

;) ;)
lesbellesauto le dim 22 mai à 08:13
Bonjour à tous ;)

Voici une autre Countach passée entre les mains de Rod Stewart

Historique du châssis JLA12256



Parmi les 17 Countach Quattrovalvoles à conduite à droite équipés de jupes latérales, le JLA12256 était unique. Peint Bianco Polo Park avec un intérieur en cuir bleu et un passepoil blanc, il était exceptionnellement spécifié sans l'option coûteuse d'aileron arrière.

La voiture a été commandée par l'homme d'affaires britannique Nick Asher, qui a également piloté des bateaux à moteur offshore de classe 1. Asher a récupéré la voiture à l'usine au début de 1988. Il l'a ramenée au Royaume-Uni sur des plaques d'exportation, après quoi elle a été immatriculée E440 MYL.

Plus tard dans l'année, JLA12256 est apparu lors de quelques jours de piste, dont un à Castle Combe (illustré ci-dessus).

Nick Asher a gardé le QV pendant environ un an. Il a été vendu pour faire place à un 25e anniversaire. Bien qu'il ait payé environ 90 000 £ pour la nouvelle voiture en 1988, les conditions du marché en 1989 ont permis à Asher de vendre pour 135 000 £.

L'acheteur n'était autre que Rod Stewart, qui possédait une flotte de Lamborghini au cours des deux décennies précédentes.



Stewart a fait équiper le QV d'un aileron arrière et l'a conservé jusqu'en novembre 1992, date à laquelle il a été vendu via ADT Auctions au promoteur immobilier de Glasgow, David Bennett. À cette époque, le marché des moteurs exotiques s'était effondré et Bennett a acheté la voiture pour un peu plus de 61 000 £.

;) ;)
ferry400 le dim 22 mai à 12:54
#112.0262 avait été acquise par mes amis, les frères Lévy du garage Autodrome à Paris, ils l'ont vendue à ce collectionneur allemand (que je connais aussi bien) qui a entrepris de la restaurer et de la vendre ensuite par le biais d'Artcurial...


lesbellesauto le dim 22 mai à 14:08
Citation de ferry400 :
« #112.0262 avait été acquise par mes amis, les frères Lévy du garage Autodrome à Paris, ils l'ont vendue à ce collectionneur allemand (que je connais aussi bien) qui a entrepris de la restaurer et de la vendre ensuite par le biais d'Artcurial...

»



@ferry400

Ah le garage Autodrome........................jamais fréquenté personnellement mais que de merveilles offertes à notre regard grâce à leur site,si vous avez un coup de blues ,un passage par cette caverne d'Ali Baba vous redonnera tout de suite le sourire......:love: :love:

Par contre #112.0262 lui rendre son aspect d'origine,est-ce une bonne chose ou pas :?:
Qu'en pense un propriétaire potentiel qui aura certainement un avis plus pertinent que beaucoup de nous ici :?:

Autre trouvaille du net

Spider Australien,vraie ou fausse Countach :?:



;) ;)
ferry400 le dim 22 mai à 14:33
Personnellement, je n'aurais jamais restauré #112.0262, elle avait une belle histoire avec Mardikian & Rod Stewart, cette identité est perdue maintenant, je trouve cela regrettable...

De plus, la qualité de la restauration laissait à désirer sur des petits détails (oui j'exagère) lors de sa présentation Artcurial à Rétromobile 2020.... mais c'est pour cela qu'elle ne s'est pas vendue à Paris avec un bid max 700.000 € en dessous du prix de réserve.

RM auction a eu plus de chance de lui trouver un amateur en 2021 à la vente en ligne de Paris à 775.6225 €.... ce qui reste bien en dessous de la valeur marché pour une très belle Periscopio... en mars 2021 j'ai vendu #112.0200 unique dans ses coloris orange/bleu pour 1.200.000 € tout compris.



Dernière édition le 22/05/2022 à 14:34 par ferry400, édité 1 fois
lesbellesauto le dim 22 mai à 20:25
Quelle revanche de la Countach sur la génération 365 GT4/BB de chez Ferrari en terme de valeur marchande maintenant.

Le premier propriétaire de la #112.0200 était couillu de l'avoir commandé de cette couleur :good: :good:

Elle a toujours gardé ce colorie :?:
I'll-be-back le dim 22 mai à 21:20
Vue ce jour à Marseillan (34).
Photos : I'll be back, 2022/05

Dernière édition le 22/05/2022 à 21:23 par I'll-be-back, édité 1 fois
ferry400 le lun 23 mai à 13:30
Citation de lesbellesauto :
« Quelle revanche de la Countach sur la génération 365 GT4/BB de chez Ferrari en terme de valeur marchande maintenant.

Le premier propriétaire de la #112.0200 était couillu de l'avoir commandé de cette couleur :good: :good:

Elle a toujours gardé ce colorie :?: »


@lesbellesauto


#112.0200 a eu plusieurs vies.... elle a été jaune en Belgique appartenant à un copain fin des années '80 début '90s... il avait les 3x de la photo !

Ensuite, elle a été restaurée en 2011-2012...



Oui c'est une belle revanche de la Countach, et la Miura remonte tout doucement pour cibler la 275 GTB...

/
lesbellesauto le lun 23 mai à 23:21
Bonsoir à tous ;)

Trouvaille du NET

DUEL :love: :love:
en "gris acier" elle ressemble encore plus à une lame de couteau.

@ferry400 :good:

Merci pour les infos et les photos,mais la Countach jaune c'est bien #112.0200 :?:
Si oui quel dommage de l'avoir affublé de la sorte pour lui donner un coup de jeune..... mais à la fin des années 80 les premières Countach ne devaient plus faire rêver :?: ;)


(photo du net)

;) ;)
ferry400 le mar 24 mai à 13:08
Citation de lesbellesauto :
« Bonsoir à tous ;)

Trouvaille du NET

DUEL :love: :love:
en "gris acier" elle ressemble encore plus à une lame de couteau.

@ferry400 :good:

Merci pour les infos et les photos,mais la Countach jaune c'est bien #112.0200 :?:
Si oui quel dommage de l'avoir affublé de la sorte pour lui donner un coup de jeune..... mais à la fin des années 80 les premières Countach ne devaient plus faire rêver :?: ;)


(photo du net)

;) ;) »


@lesbellesauto


Oui c'est bien 112.0200 en jaune, et relookée LP 400 S... tout cela a bien été corrigé maintenant...
lesbellesauto le mer 25 mai à 22:33
Bonsoir à tous ;)

@ferry400 :good: :good:

Quelques photos de l'édition 2022 de Retromobile


Vente Artcurial



Lamborghini Murciélago 2003

Estimation 130 000 - 160 000 €

Vendu 250 320 €


Titre de circulation monégasque
Châssis n° ZA9BC10E03LA12479




- Première main, 10 905 km d'origine
- Vendue neuve à Monaco, carnets
- Rare boîte manuelle
- Superbe couleur " Blu Hera "

"Chauve-souris" : c'est la signification de "Murciélago". Cette Lamborghini revendiquait dès son lancement le prestigieux passé de la marque : elle faisait partie des supercars les plus rapides de son époque, dépassant 330 km/h grâce à un V12 de 6,2 litres et 580 ch. La forme était elle aussi innovante, Luc Donckervolke réussissant à imprimer un style très personnel et qui se poursuit sur les Lamborghini actuelles. La Murciélago fait partie de la dernière génération de supercars que l'on pouvait commander de série avec la boîte manuelle. La boîte E-Gear étant une option disponible à l'arrivé de la LP640 en 2006.
Sensible à l'esthétique de cette nouvelle née, au point d'accepter une Lamborghini au milieu de ses Ferrari, notre collectionneur passa commande d'un exemplaire neuf chez SAM Twelve à Monaco. Ce dernier voulu changer du rouge de ses Ferrari et, opta pour une sobre teinte "Blu Hera" associée à un intérieur cuir noir. La Murciélago lui fut livrée le 8 août 2003. La première révision des 2500 km fut effectuée par Global Garage le 30 mars 2004, puis, le 21 juillet 2016, la voiture était confiée à Lamborghini Menton alors qu'elle totalisait 10866 km. Aujourd'hui, elle n'affiche que 10905 km d'origine et s'avère dans un état de préservation exceptionnel, rare pour le modèle. Elle dispose de l'ensemble de ses carnets, incluant le carnet d'entretien tamponné. La trousse à outils, la paire de gants estampillés " Lamborghini " encore sous plastique, la boîte d'ampoule d'origine et le kit anti-crevaison se trouvent toujours dans le coffre avant. Aujourd'hui, la Murciélago représente une intéressante synthèse entre collection et avant-garde, en somme le meilleur des deux mondes!

Descriptif : Catalogue Artcurial : https://www.artcurial.com/fr/lot-2003-lamborghini-murcielago-4134-167 (Rétromobile 2022 by Artcurial Motorcars | Vente n°4134 | Lot n°167 | Artcurial)

LAMBORGHINI AUTOMOBILI
Enseigne lumineuse

Estimation 1 000 - 1 500 €

Vendu 1 443 €


(photo Artcurial)

Simple face, caisson et façade en plexiglas, système lumineux à revoir ; petits accidents aux angles
40 x 40 cm. (15 3/4 x 15 3/4 in.)

Source : https://www.artcurial.com/fr/lot-lamborghini-automobili-enseigne-lumineuse-4009-543#popin-active (Racing, Flying & Yachting Rétromobile 2022 | Vente n°4009 | Lot n°543 | Artcurial)

Vitrine d'un marchand :love:



;) ;)
lesbellesauto le mer 25 mai à 22:48
TOUR AUTO 2022 : LA VENTE OFFICIELLE
lundi 25 avril 2022 16:00
Porte de Versailles l Pavillon 6


Lamborghini Murcielago Roadster LP 580 « Boîte mécanique » 2005

Estimation : 320000 - 380000 EUR

Résultat : 363 800EUR


Carte grise française

Châssis n° ZHWBE26M05LA01466




À collectionner d’urgence !

Rarissime boite mécanique, moins de 20 exemplaires produits

Européenne, carnets, triple des clefs, factures d’entretien

Jamais accidentée, historique limpide, toujours entretenue dans le réseau

Troisième main, moins de 30 000 km


«Extrême, décalée et provocante, la Murcielago Roadster respecte rigoureusement la philosophie de Lamborghini. Et, cerise sur le gâteau, son côté radical n'empêche pas une réelle facilité de prise en mains. » Tels étaient les propos des journalistes du magazine SportAuto après leur essai en septembre 2004 de la dernière-née de Sant'Agata Bolognese.

Sublime et exubérante, la Lamborghini Murcielago roadster fait incontestablement partie des monuments de la haute couture automobile. Dérivée du coupé du même nom, elle fut présentée en 2004 au salon de Genève et est entrée en commercialisation en fin d’année à l'occasion du salon de Paris, où elle trônait, seule, sur le stand de la firme italienne. Grâce à son design très travaillé réalisé par Luc Donckerwolke, elle conserve des lignes acérées comme celles d'un avion furtif, perpétuant ainsi des valeurs propres à Lamborghini. Le pare-brise et les vitres latérales présentent une ligne de toit très basse et droite, permettant un déploiement aisé de la capote qui s'intègre alors parfaitement avec la ligne du roadster dont les éléments aérodynamiques ne se découvrent qu'en cas de nécessité, soit pour refroidir le bouillant V12, soit pour ajouter de l'appui à grande vitesse. Le capot moteur est également inédit et vu de dessus, sa forme fait penser à une aile d'avion. On note également la présence de nouvelles jantes de même qu’une double sortie d'échappement centrale inédite avec une section plus grande que sur le coupé. Le modèle que nous présentons fut vendu neuf équipé de la rarissime boite de vitesses mécanique à six rapports par la concession Lamborghini de Stockholm en Suède le 25 mai 2007 dans une teinte Grigio Avion avec en option la sellerie intégrale en cuir gris foncé ton sur ton en lieu et place de la finition en alcantara et le filet anti-remous lui aussi optionnel. Autre commande spéciale ajoutant à l’exclusivité du modèle, l’ensemble du treillis du châssis est en carbone en remplacement d’une finition standard en acier. L’ossature en carbone encadrant le moteur est une pièce d’orfèvre exceptionnelle qui mérite d’être admirée. Produit à seulement 899 exemplaires dans le monde, on estime à seulement 2 % le nombre de Murcielago roadster livrés avec la boite mécanique, soit 18 exemplaires ! Ce roadster fut ensuite acheté par son second propriétaire en France en janvier 2009 alors qu’il comptabilisait 7 000 km. Collectionneur attentif et méticuleux, il prit bien soin de toujours l’entretenir au sein du réseau de la marque avec notamment le changement préventif de l’embrayage en mai 2015 lorsque la voiture comptabilisait 27 293 km. Présentée dix ans plus tard aux enchères chez Aguttes, la voiture comptabilisait 28 200 km et fut vendue à un collectionneur français tombé en extase devant les lignes de cet avion furtif! Un check-up de la mécanique fut réalisé juste après l’achat chez Lamborghini Paris. Depuis, près de 1 000 km ont été parcourus, toujours cheveux au vent.

Sublimissime, la voiture est en parfait état de présentation. Les éléments de carrosserie sont impeccables et en peinture d’origine. Dans l’habitacle, sobre et bien fini, la planche de bord présente une ergonomie qui trahit les influences d'Ingoldstat. L'instrumentation est claire, précise tout comme la position de conduite, bien plus adaptée et confortable que celle de la Diablo. Il est important également de préciser que la boite de vitesses est très facile à manipuler. Oubliez les changements de rapports difficiles à froid (surtout sur le deuxième rapport) des productions de Maranello, nous sommes ici en présence d’une supercar conçue pour rouler. Disposant de la suspension avant ajustable de 45 mm à basse vitesse, la Murciélago roadster peut évoluer assez facilement en circulation urbaine et sur nos vieilles routes d'Europe... Un must en rapport avec sa tenue de route et ses performances éblouissantes, confirmant ainsi le renouveau de la marque entamé en 2001.

Avec une cylindrée totale de 6 192 cm3, développant la puissance faramineuse de 580 cv le tout bien géré par la gestion électronique intégrale Lamborghini L.I.E. – la Lamborghini Murcielago roadster passe de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes et peut atteindre les 320 km/h cheveux au vent. Aussi performante que le coupé, mais avec des sensations totalement décuplées, produit à une petite vingtaine d’exemplaires seulement avec la boite mécanique, les Murcielago roadster en boite mécanique sont rarissimes à la vente, précieusement conservées dans les garages des plus grandes collections du monde.

Source : https://www.aguttes.com/lot/122343/17827773? (2005 Lamborghini Murcielago Roadster LP 580 « Boîte mécanique »)

;) ;)
Turbo1980 le sam 28 mai à 16:12
Originale la config de la countach orange 🍊 intérieur bleu :oh:
ferry400 le sam 28 mai à 16:28
Citation de Turbo1980 :
« Originale la config de la countach orange 🍊 intérieur bleu :oh: »


@Turbo1980


très réussie...

Turbo1980 le sam 28 mai à 16:29
Très sympa l intérieur :oh:
fred3000gt le lun 30 mai à 20:16
De nos jours c’est plus genre vaisseau spatial…
Turbo1980 le lun 30 mai à 20:47
C plus sombre par contre
fred3000gt le mar 31 mai à 07:46
Mais ils ont bien conservé la boite à gants pour mettre… une feuille… et dans les portes, l’absence de rangement est toujours respecté :)
lesbellesauto le lun 20 juin à 22:06
Bonsoir à tous ;)

A vendre dimanche prochain par la maison Aguttes

LAMBORGHINI COUNTACH 25e anniversaire 1989 ex Gerhard Berger

Carte grise française

Châssis n° ZA9C005A0KLA12818

Estimation : 350 000 - 450 000 EUR


Supercar mythique, monstre sacré des années 1980, look radical unique

Design signé Horacio Pagani, châssis revu par Sandro Munari

Moteur V12 5,2 l de 455 ch

Dernière Lamborghini construite à la main

La meilleure des Countach

Seulement 650 exemplaires fabriqués

Achetée neuve par le pilote de F1 Gerhard Berger

Deuxième main, à peine plus de 40 000 km, historique et entretien parfaitement documentés



Pour fêter les 25 ans de la marque, Lamborghini présente en 1988, à l’occasion du Grand Prix de F1 de Monza, la 25 Anniversaro, une 5000 QV dans l’ère du temps, avec quelques appendices stylistiques très «américains» (parechocs homologués US). Cette dernière Countach sera produite jusqu’en 1990 à 650 exemplaires.

La 25e Anniversaire est l’aboutissement de la lignée, avec de subtiles améliorations esthétiques et techniques. Horacio Pagani, qui travaille pour l’heure chez Lamborghini, a notamment modifié les prises d’air pour permettre un meilleur refroidissement des freins à disques en carbone, les jupes latérales pour optimiser le flux d’air vers les radiateurs moteur, et opté pour de très belles jantes OZ en aluminium démontables. Avec des sièges et de vitres électriques et une climatisation perfectionnée, le confort faisait également un sacré bond en avant.

En 1989, Gerhard Berger, 3e de du Championnat du monde F1 1988 (et vainqueur du Grand Prix d’Italie, pilote encore une Ferrari. En 1989, Gerhard Berger, 3e du Championnat du monde F1 1988 (et vainqueur du Grand Prix d’Italie quelques jours après le décès du Commendatore), pilote encore une Ferrari. Mais la monoplace rouge est en retrait des McLarenHonda, et après un spectaculaire accident puis une victoire au Grand Prix d’Imola, il annonce son passage chez McLLaren. C’est exactement à ce moment-là, alors qu’il ne reste que trois Grand Prix à courir chez Ferrari, qu’il passe commande de sa Lamborghini Countach (il a déjà possédé une 5000 QV avant d’intégrer la Scuderia en 1987). L’important dossier qui accompagne la voiture comporte la facture d’achat de la voiture au nom du célèbre pilote de F1 et une autre facture à son nom pour le montage d’une alarme. Le carnet d’entretien est tamponné pour une révision en 1990, alors que la voiture totalise 2 183 km. La voiture sera ensuite achetée par son actuel propriétaire au cours de l’été 2002, avec 11 000 km au compteur. Elle sera alors régulièrement entretenue, notamment par le spécialiste lyonnais Calderoni (nombreuses factures jointes au dossier, et contrôles techniques depuis 2002). En 2016, le remplacement des jantes et quelques travaux de cosmétiques à hauteur de 40 000 € seront effectués sur facture. (rapport d’expertise à l’appui). Nous vous offrons ici l’occasion d’acquérir l’une des plus mythiques des supercars des années 1990, dans un état d’usage stupéfiant et ayant été la propriété pendant plus de 10 ans de l’un des meilleurs pilotes de F1, coéquipier de Senna, Mansell et Alesi, et 3e du Championnat du Monde en 1988 et 1994… Une opportunité unique de combiner mythe et pedigree de premiers choix !

Source : Catalogue "Aguttes" : https://www.aguttes.com/lot/121185/18524447-1989-lamborghini-countach-25e (1989 LAMBORGHINI COUNTACH 25e anniversaire ex Gerhard Berger)

;) ;)

Dernière édition le 21/06/2022 à 14:22 par lesbellesauto, édité 1 fois
turbo1980 le lun 20 juin à 22:12
:love:
lesbellesauto le mar 5 juil à 16:42
Bonjour à tous

Citation de bedpp :
« Fiat 238 sav tracteurs Lamborghini: du net.

»


@bedpp

;) ;)
bedpp le mar 5 juil à 18:56
@lesbellesauto;) :good: :good: :D

Cette marque de tracteur existe toujours https://www.lamborghini-tractors.com/fr-fr/ (Home - Lamborghini Trattori - Tracteurs - Lamborghini Trattori) fait partie du groupe SDF https://www.sdfgroup.com/en/ (Home - SDF) avec Same, Deutz Fahr ...

ferry400 le mar 5 juil à 19:10
Une très belle gamme de tracteurs, et SDF Group est libre d'utiliser le nom de marque "Lamborghini" et le sigle du Taureau au grand dam de VW....

Les origines.... bien avant les Automobiles Lamborghini....

Auteur : avec
 Page précédente    1    2      332    333    334    335    336    337    338    339    340     341  
Lamborghini ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
AutotitreForum AutoLamborghiniIci c'est le forum des pro de la Lambo....   «   341              Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoOpel Astra radar Mercedes Classe E jeu vidéo Jaguar Renault statistique loi ZFE Piaggio MP3 Mazda 2 Polestar prix
MarquesOpel Mercedes Jaguar Renault Piaggio Mazda Polestar Peugeot Citroën DS Ford Cupra Porsche Volkswagen Alfa Romeo BMW Skoda Suzuki
Actuellement, il y a 178 visiteurs en ligne dont 0 autotitreur Statistiques
Copyright © 2001-2022 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales - consentement