Ici c'est le forum des pro de la Lambo.... - Page 327 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoLamborghiniIci c'est le forum des pro de la Lambo....   «   327   »   »»            Répondre    
Lamborghini ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
 Page précédente    1    2      324    325    326    327    328    329    330      335    336   Page suivante 
16785 messages
456506 vues
Ici c'est le forum des pro de la Lambo....
maxou-w8tt le mar 31 oct 2017 à 09:39
c'est celui de Devidehem ...
Meher le lun 6 nov 2017 à 23:38
Nouveau concept-car
http://www.carscoops.com/2017/11/lamborghini-terzo-millennio-concept-is.html (Lamborghini Terzo Millennio Concept Is A Supercar For The Third Millennium)

Edit Autotitre : Lamborghini Terzo Millennio concept :

maxou-w8tt le mar 7 nov 2017 à 10:26
roohhhhhhh . j'adore :love: :love: :love:
Meher le mer 8 nov 2017 à 00:09
https://youtu.be/Xi4RrjvZA7w (Designing the future: Lamborghini Terzo Millennio - YouTube)
YouTube 0:58
Designing the future: Lamborghini Terzo Millennio
derivaji le mer 8 nov 2017 à 09:11
Le coup de crayon est impressionnant, difficile de trouver cette voiture laide ou insipide..
Mais ... Electrique ! :oh:

le rugissement dans la video, c'est du Bose il me semble :bad:
Meher le ven 10 nov 2017 à 16:26
https://youtu.be/mjDLL6c1l8Y (Mitja Borkert Introduces the Terzo Millennio design concept - YouTube)
YouTube 1:22
Mitja Borkert Introduces the Terzo Millennio design concept
ferry400 le jeu 16 nov 2017 à 17:53
Citation de Lesbellesauto :
« Moi je ne m'en lasse pas :love: :love: :love: :love:




(photos Facebook) »


@Lesbellesauto

c'est chez mon extôlier Leduc...
Lesbellesauto le lun 20 nov 2017 à 17:08
Citation de Ferry400 :

« Le jeu 16 nov
@Lesbellesauto

c'est chez mon extôlier Leduc... »


Le Duc du métal,que cela soit sur quatre roues ou en bandoulière il connait la musique visiblement l'artiste ;)
Son antre regorge de pépite à se que j'ai vu.........
Il y a quelque temps et peut être même encore en ce moment y séjournait pour des soins cosmétiques une belle de Sant'agata "unique" par son histoire mais dont le propriétaire visiblement souhaite que la discrétion soit faite sur cette étonnante auto.............
Un ancien n° de "Classic & Sports Car" en avait parlé il y a de ça un ou deux ans lors de sa sortie de l'oubli et de sa probable futur restauration...............




Maintenant d'autres jolies rencontres mais cette fois-ci avec mon APN ;)

le 3 novembre devant le Plaza Athénée



HIER à Bruxelles


....

@Ferry400
Lesbellesauto le lun 20 nov 2017 à 18:06
Vente ARTCURIAL du 5 novembre



Citation de ARTCURIAL :

« 1985 Lamborghini Countach 5000 S
Carte grise française
Châssis #ZA9C00500CLA12500

- Française d'origine
- Entretien scrupuleux chez TS Automobiles
- Dans la même famille depuis 1989




Estimation 250 000 - 300 000 €

Vendu 250 320 €


Dans les années 70, il y a Paco Rabanne, le mobilier plastique, les hippies et la Lamborghini Countach ! Cette supercar fut présentée au Salon de Genève en 1971 et avait pour mission de remplacer la mythique Miura. C'est à Marcello Gandini, pour Bertone, que l'on doit cette ligne spectaculaire, plus proche de l'OVNI à quatre roues que de l'automobile. Ses lignes tendues sont impressionnantes, ses performances encore plus ! Elle est évidemment équipée d'un moteur V12 de 4L, puis 4,8L et 5,2L allant de 355ch à 455ch pour la dernière version en 1990.
Le modèle que nous présentons est une 5000 S équipée du moteur 4,8L développant 375ch. Celle-ci est vendue neuve par le concessionnaire de Cannes, le Garage Palace, le 13 mars 1985 à un industriel. Le 30 mars 1989, elle est acquise par le cousin de l'actuel propriétaire qui vit à Marne-la-Coquette. Il l'envoie alors chez Ciclet Automobiles pour une révision complète à 11 107 km le 3 mai de la même année. En 2002, l'actuel propriétaire, architecte parisien et Vice-Président du Club Lamborghini, en fait l'acquisition auprès de son cousin. Elle n'a alors que 18 000km. Entre 2002 et 2017, il va parcourir 62 000 km à son volant, participant aux rallyes organisés par le Club et profitant de cette bête de route les week-ends avec son épouse. Depuis son acquisition, la voiture est entretenue de mains de maître par Toni Sisinni (TS Automobiles). Tous les travaux ont été réalisés pour en faire une voiture fiable, facile à utiliser. La dernière facture date de fin juin pour un montant de 5600 € avec révision complète, changement du récepteur d'embrayage, remplacement des durites d'huile du radiateur et d'autres détails, et de 7 300 € pour le remplacement des rotules. Le total des factures sur 15 ans s'élève à 81 735€ et sera remis à l'acheteur. Il s'agit d'une voiture qui a roulé et qui a été régulièrement entretenue à la hauteur des kilomètres parcourues. L'intérieur en cuir rouge est en très bon état et ne reflète pas son kilométrage tant il n'a pas souffert du temps. La peinture de ce bolide, elle, sera éventuellement à revoir pour quelqu'un qui veut une voiture vraiment impeccable. Pour notre part, nous roulerions sans rien toucher, préférant ce modèle, qui a été très bien entretenu tout au long de sa vie, plutôt qu'une voiture de musée, sèche et sans âme. Une très belle opportunité donc d'acquérir une Countach 5000 S, française d'origine, dans la même famille depuis 28 ans.

MERCI DE NOTER QUE SUITE A UNE ERREUR ADMINISTRATIVE, LE NUMERO DE CHASSIS SUR LA CARTE GRISE INDIQUE ZA9C00500CLA500 AU LIEU DE ZA9C00500CLA12500.

»


;) ;)
ferry400 le jeu 23 nov 2017 à 19:23
Citation de Lesbellesauto :
«
Citation de Ferry400 :

« Le jeu 16 nov
@Lesbellesauto

c'est chez mon extôlier Leduc... »


Le Duc du métal,que cela soit sur quatre roues ou en bandoulière il connait la musique visiblement l'artiste ;)
Son antre regorge de pépite à se que j'ai vu.........
Il y a quelque temps et peut être même encore en ce moment y séjournait pour des soins cosmétiques une belle de Sant'agata "unique" par son histoire mais dont le propriétaire visiblement souhaite que la discrétion soit faite sur cette étonnante auto.............
Un ancien n° de "Classic & Sports Car" en avait parlé il y a de ça un ou deux ans lors de sa sortie de l'oubli et de sa probable futur restauration...............




Maintenant d'autres jolies rencontres mais cette fois-ci avec mon APN ;)

le 3 novembre devant le Plaza Athénée



HIER à Bruxelles


....

@Ferry400 »


@Lesbellesauto


Exact, c'est mon exBull - 20 ans d'enquête pour mettre la main dessus, une histoire que j'ai retracé de A à Z - , juste un retour chez Leduc vu que c'était à lui que j'avais confié la restauration de la carrosserie... maintenant il a fini la peinture... ça progresse...
Lesbellesauto le sam 16 déc 2017 à 07:05
Citation de Ferry400 :

« Exact, c'est mon exBull - 20 ans d'enquête pour mettre la main dessus, une histoire que j'ai retracé de A à Z - , juste un retour chez Leduc vu que c'était à lui que j'avais confié la restauration de la carrosserie... maintenant il a fini la peinture... ça progresse... »


Bonjour à tous ;)

Ferry400 si nous parlons de la même auto c'est une belle coïncidence de savoir qui est derrière cette renaissance :good: :good: :good:
Mais où as-tu retracé son histoire :?: :?: :?: :?: :?:

et lorsque que l'on parle du loup...........:D


En prime cette belle photo du net :?: :?: :?: :?:
stlouis le mar 19 déc 2017 à 09:59
Bonjour,

Le proto Countach avec les ailes AR bizarres, quelqu'un en sait plus sur cette voiture ?

http://up.autotitre.com/693055de54.jpg



Merci,
Emmanuel
Dernière édition le 19/12/2017 à 10:00 par stlouis, édité 1 fois
Maxou-w8tt le sam 30 déc 2017 à 17:29
Cette countach est née en 1986 sous l'impulsion de Patrick Mimran alors PDG de Lambo. C'était un projet de restillyng pour la Countach. Basée sur une 5000 QV elle fut apellée " aérodynamica " en interne. Le style avait complètement changé, l'avant était devenu plus aérodynamique, les ailes furent "lisées" et élargies puis les Boîtes à air et prises d'air Naca furent remplacées par des volets ouvrants ( comme sur la Future Murcielago). Les vitres des portières furent modifiées aussi pour n'être qu'en deux parties et surtout avec un"déport" vers l'intérieur pour pouvoir enfin abaisser la vitre complètement (au lieux des 3cm de base). Un spoiler aérodynamique fut aussi collé au châssis arrière pour créer un effet de sol et des flasques pleins furent ajoutés aux roues.. Par la suite, cette Countach fut renommée "L150" et échangeât sont v12 carbu par un v12 injection US ( ce qui changeât l'aspect du capot moteur). Le spoiler arrière aérodynamique fut retiré et les flasques des jantes cédèrent peur places aux roues classique de la Countach. La voiture servie de voiture "de soirée" à Patrick Mimran avant d'être revenue à un japonais. Elle se trouve encore au Japon. Pour la petite histoir, en 1987, quand Chrysler acqui Lamborghini, il tombèrent sur cette l150. L'idée de faire un restyling de la Countach en attendant la Diablo est née de cette aérodynamica. Mais c'est à un mécanicien argentin qui travaillais depuis 3 ans chez lambo et qui avait dès connaissance dans les matériaux composites et un bon coups de crayon, à qui on confiât le projet de Countach restylging. Ce mécanicien s'appelait Horacio Pagani et "sa" Countach fut la Countach "anniversaire.


Dernière édition le 30/12/2017 à 17:33 par Maxou-w8tt, édité 2 fois
Meher le mer 3 janv 2018 à 14:02
https://www.motor1.com/news/226048/meet-the-lamborghini-miura-roadster/ (Meet The World’s Only Lamborghini Miura Roadster)
Lesbellesauto le mar 16 janv 2018 à 06:42


http://www.osenat.fr/html/index.jsp?id=89059&lng=fr&npp=150 (Vente aux encheres - Automobiles de collection - Collection Louis Terz - Osenat)

Estimation
300 - 500 €
"Catalogues Lamborghini"



Miura P 400, Catalogue 8 pages, en Italien, caractéristiques en 4 langues, 1966/67 – 400 GT 2+2, catalogue 8 pages, en Anglais, caractéristiques en 4 langues, 1966/67 – Jarama S, Catalogue 8 pages dont 1 dépliante, quadrilingue, 1972/73 – Pochette grise contenant 4 feuillets R°V° : Urraco P 250, Espada, Jarama S et Miura SV, quadrilingues, 1973 – Pochette beige contenant 3 feuillets R°V° : Urraco P 250, Espada et Jarama S, quadrilingues, 1974

;) ;)
Lesbellesauto le jeu 18 janv 2018 à 08:52
Bonjour à tous ;)

A Pink Lambo? Well, It’s Personal

By RICHARD S. CHANGDEC. 3, 2010


http://www.nytimes.com/2010/12/05/automobiles/collectibles/05EGO.html (A Pink Lambo? Well, It’s Personal - Auto Ego - Lamborghini Espada - The New York Times)



NEW HYDE PARK, N.Y.

ON the idyllic October day on which this year’s Scarsdale Concours d’Élégance took place, the Most Unique award was presented to a 1974 Lamborghini Espada. One of some 1,200 examples of that model built in 1968-78, the exotic Italian car was distinguished by its pale pink exterior — not a factory color or a Mary Kay car.

The award could have just as fittingly gone to the car’s singular owner, Lorrie Stern, who has had it for 37 years.

Ms. Stern is a trim grandmother of five, an amateur acrobatic pilot — “I just wanted to fly like the World War II pilots,” she said — and a former owner of several other European sports cars, including a 1968 Jaguar E-Type and a 1988 Ferrari Mondial.

She said of the Jaguar: “It took turns and curves just better than any car.”

Driving in the snow was another story, Ms. Stern recalled, diving into a description of one harrowing trip to a dealership in Queens.



“I can’t remember what possessed me to drive it in this tremendous snowstorm,” she said. “They were doing construction. You had to drive around it in order to get on the highway. I skidded out, and I ended up facing the snow.”

She had hit an embankment and thought she had died. “It was the weirdest feeling,” she recalled recently. “I thought I was in heaven — and I was there with my Jaguar! I was so happy.”

Ms. Stern was sitting in the kitchen of her Long Island home, a room as pink as her Lamborghini (“of course,” she said of the pink floor tiles, counters, oven and refrigerator). She wore a pink poplin shirt and blue jeans.

The Lamborghini was a gift from her late husband, Stanley. She and her husband were high school sweethearts in New Rochelle. “His last name was S-T and mine was S-C, so we sat next to each other,” she explained. (Her maiden name was Schwartzman.)

They became close friends and eventually started dating. One thing they had in common was an interest in European cars, especially Italian ones. They visited the New York auto show at the Coliseum on Columbus Circle each year.



There were other excursions.

“We used to drive up to a dealership in Nyack, N.Y., Bob Grossman’s, and we would just look at the cars,” she said. “We weren’t the only ones. It was something to do.”

After they married, Mr. Stern, a lawyer, bought a Citroën SM, in large part because the French car had a Maserati engine. And it was a Maserati that drew the couple up to Nyack one day in 1973.

“We found out that Bob had a burned-out Maserati Ghibli that was once owned by a racecar driver,” Ms. Stern recalled. But the Sterns were past the point of buying a fixer-upper, she said.

“And then I saw the Lamborghini.”

A hulking brand-new grand touring car with four seats, the Espada had a 350-horsepower V-12 and a 5-speed manual transmission. It was shaped like a wedge — a Bertone design — and the factory color was a bright green.

“I just had to have it,” Ms. Stern said.

It took a couple of trips to Nyack to see the car before she was able to persuade her husband to buy it as a Christmas present. No test drive needed: she traded in her little Fiat 124 Spider and they drove the Lamborghini home.



“There was one condition,” she said. “I had to use it as a daily driver.”

And she did. The couple’s four children maxed out the passenger space of the Espada, which has rear seats and, fortunately for the Sterns, a spacious trunk.

“You didn’t have the regulations you do now,” she said, referring to the laws for child seats.

She used to drive in car pools with the Lamborghini. “Every child in the neighborhood has been in the car,” she said. “If you wanted to ride in the car, sometimes you got into the trunk.”

The odometer stopped working several years ago, at 98,800 miles; Ms. Stern says that the car has well over 100,000 miles on it now. Many of those came on road trips with the Maserati Club’s eastern chapter — she and her husband were founding members of the group in 1985. Mr. Stern owned a 1980 Maserati Quattroporte that he put 160,000 miles on, she said.

Ms. Stern has piloted the Lamborghini around the road course portion of Pocono Raceway, a track in Pennsylvania whose trioval is one of Nascar’s superspeedways. One year, the Sterns drove it to Florida for a club meet.

In 1979, she had the car painted pink for the first time. "I think it shows off the body lines better,” she said — and in 1992 she undertook a complete restoration. “It was either get rid of it or restore it,” she said.



The Lamborghini was in the shop for two years. When it was done, she shipped it to Monterey, Calif., for the Concorso Italiano, one of the collector-car events around the Pebble Beach Concours d’Élégance. “They didn’t have a category for it, so they gave it a ribbon for the Special Prize,” she said, showing the ribbon.

Ms. Stern has enough ribbons, trophies, awards and platters to cover her dining room table, which she did for a visitor. Each accolade won by the Lamborghini came with a story, and Mr. Stern co-starred in most of them. Clearly the Sterns were partners in every part of their lives, until his death in 2004.

Ms. Stern said he had supported all of her pursuits, from attending the Skip Barber racing school to flying loops in her Cessna Aerobat, a single-engine plane reinforced to handle higher loads imposed by stunt flying.

“If you heard him talk about me, you would have thought I was Amelia Earhart and Stirling Moss rolled into one,” she said. “He may not have approved of everything I did, but he stood by me.”

There was one thing, however, he did not allow.

“At one point I wanted to turn my dining room into a garage — a showroom kind of thing,” she said. “Everybody voted me down. They didn’t think it was good for resale value.”

A version of this article appears in print on December 5, 2010, on Page AU1 of the New York edition with the headline: A Pink Lambo? Well, It’s Personal. Order Reprints| Today's Paper|Subscribe

;) ;)
Turbo1980 le mar 23 janv 2018 à 00:35
https://fr.motor1.com/news/228108/video-evolution-lamborghini/ (VIDÉO - L’évolution des modèles Lamborghini)
Lesbellesauto le sam 27 janv 2018 à 06:51
Bonjour à tous ;)

Voici une Huracan croisée cette semaine....................:(



A+;)
caraddict le sam 27 janv 2018 à 09:56
Le freinage automatique d'urgence a pas marché :/
Lesbellesauto le mar 30 janv 2018 à 06:44
Bonjour à tous ;)

Voici des photos de la Lamborghini Veneno ayant appartenu (ou lui appartenant encore) à Teodorin Obiang



;) ;)
olcheval le mar 30 janv 2018 à 06:51
@spilner
caraddict le mar 30 janv 2018 à 07:38
@turbo1980 pour la config
turbo1980 le mar 30 janv 2018 à 12:51
:bad:
Meher le ven 2 fév 2018 à 17:58
Meher le jeu 15 fév 2018 à 20:51
L'horreur :vomir:

https://www.carscoops.com/2018/02/cream-lamborghini-veneno-roadster-eyesore/
Turbo1980 le jeu 15 fév 2018 à 21:08
Horrible
caraddict le jeu 15 fév 2018 à 22:38
Y a tout à jeter sur cette caisse :/
Lesbellesauto le ven 16 fév 2018 à 17:59
Bonjour à tous ;)

Pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'aller ou de tout voir à Rétromobile :(




.... ....
.... ....

... ....

deux LM 002 mais au capot moteur différent ;)


A+;)


Dernière édition le 18/02/2018 à 12:18 par Lesbellesauto, édité 1 fois
Turbo1980 le ven 16 fév 2018 à 20:03
:good:
valmont le sam 17 fév 2018 à 09:10
Comment enlaidir une LP400



L’équiper de jantes de LP400S

Vente Bonhams du 08 février.

Encore un petit effort ! Il ne manque plus que les élargisseurs d'ailes et un aileron pour en faire une véritable voiture de Kéké.
maxou-w8tt le sam 17 fév 2018 à 13:37
En quoi une periscopo est enlaidie avec un kit "s" que ce Modèle avait il y a 10 ans ?
Perso je trouve les periscopo "s" comme les plus belles countach (lambo faisait les transfos à à l'usine entre 1988 et 1981)...et surtout il y a eu des lambo periscopo "s" officielles ce qui n'a rien de tuning en soit. Enfin, si tu trouve la."s" laide que doit on dire des.koenig, zastrow ou Sbarro dont les kits sont à vomir...
Pour finir Bob Wallace à transformé une bonne dizaine de periscopo en turbo "s" .'cette countach rouge est.vraiment loin d'être l'aide...
Lesbellesauto le sam 17 fév 2018 à 23:18
Retour sur la vente Bonhams du 8 février.



Texte catalogue,photos moi même

Lamborghini Countach LP400 Coupé "Periscopio" 1974
Châssis n° LP400 112 0016

•Une supercar révolutionnaire, dans sa première version, la plus pure
•Livrée neuve en Allemagne
•Entretien récent
•Immatriculée en Suisse

"Du fait de l'attrait exercé par son allure totalement extravagante, et de son potentiel sur circuit qu'on retrouve sur route, il n'existe pas de meilleure voiture. On a d'ailleurs du mal à imaginer qu'elle puisse être détrônée", a écrit le magazine Car à propos de la Lamborghini Countach.

On considérait que la légendaire Miura serait difficile à remplacer ; la facilité avec laquelle son successeur éclipsa cette reine des supercars des années 1960 fut donc un choc pour tous. La Countach, vedette du Salon de Genève 1971, était dessinée comme son prédécesseur par Marcello Gandini, de la Carrozzeria Bertone. D'un aspect agressif sous tous ses angles, la Countach n'était rien moins que spectaculaire et donnait l'impression de venir d'une autre planète. Ainsi que le faisait remarquer Motor : "Rares étaient les admirateurs de la première Countach de Bertone, à Genève en 1971, qui voyaient en elle autre chose qu'un concept-car, que ce soit à cause de ses portes pivotantes ou de son intérieur futuriste à la consternante visibilité arrière, sans parler de sa bizarre architecture moteur-boîte." Lamborghini ne fit heureusement pas cas des critiques sur le manque de praticité supposé de sa voiture, et la Countach fut mise en production avec peu de modifications. La version série n'apparut pas avant deux ans, et les livraisons débutèrent en 1974.

Sa mécanique était en grande partie reconduite de la Miura, bien que les lacunes de celle-ci en tenue de route et en stabilité aient été jugées inacceptables sur la Countach. De même, il fallait abaisser les niveaux de température et de bruit dans l'habitacle, et reconcevoir une commande de vitesses plus agréable. Le V12 à quatre arbres à cames de la Miura fut conservé pour la Countach, mais implanté longitudinalement et équipé de carburateurs Weber horizontaux. Et pour optimiser la répartition des masses, le concepteur, Paolo Stanzani, implanta la boîte cinq vitesses en avant du moteur, entre les sièges, et le différentiel à l'arrière, la liaison entre les deux se faisant par un arbre qui traversait le carter d'huile. Il en résultait une commande de vitesses très agréable et une voiture mieux équilibrée que la Miura.

A son démarrage en série, en 1974, la Countach était dotée d'un châssis treillis, à la place de la semi-monocoque mal conçue du prototype, et d'une carrosserie en aluminium. L'un des points les plus frappants de la Countach était ses portes à ouverture verticale, pivotant autour de leur extrémité avant et soutenues par un vérin hydraulique.

La Countach de série fut équipée du 4,0 litres connu, à la place du 5,0 litres du prototype. Même avec ce petit moteur ne délivrant "que" 375 chevaux, la Countach atteignait 274 km/h grâce à son efficacité aérodynamique et bénéficiait d'une tenue de route digne d'une voiture de circuit. Baptisée LP400 par l'usine (LP pour Longitudinale Posteriore, l'implantation du moteur), la première Countach est usuellement connue comme le periscopio, d'après son périscope central implanté dans le pavillon pour ménager de la visibilité vers l'arrière.

Ce magnifique exemplaire de la révolutionnaire Countach, dans sa version d'origine LP400 periscopio, est l'un des environ 157 construits entre 1974 et 1977, chiffre qui explique pourquoi on n'en voit que rarement à vendre. Le châssis "0016", équipé de la carrosserie "8", fut livré neuf en Allemagne en Nero (noir) avec intérieur en cuir Senape (moutarde). Elle est actuellement rouge avec un intérieur beige, et a été équipée des roues de la LP400 S.

Cette Countach fut achetée par son vendeur en Suisse et est propriété de sa famille depuis avril 1994. Son précédent propriétaire était suisse, M. Gregor Furrer, qui l'avait achetée neuve en 1974.
La "0016" a récemment fait l'objet d'une révision et a été entretenue depuis 1994 par le même mécanicien, M. Sonzogni, un spécialiste Lamborghini bien connu en Suisse. Présentée en bon état général, cette voiture rare et attirante est proposée avec ses documents d'immatriculation suisses, différentes factures d'entretien et son plus récent rapport de contrôle, daté du 10/12/2014 et valide six ans en Suisse.
Avec son design révolutionnaire qui a défini de nouveaux standards pour les candidats à la construction de supercars, la Lamborghini Countach est l'une des voitures de sport les plus emblématiques du 20e siècle, surtout dans sa version LP400 Periscopio, la première et la plus pure.

Veuillez noter que si cette voiture reste dans la Communauté Européenne elle sera soumise à une taxe d'importation au taux réduit de la TVA à l'importation locale.

Bien que la voiture soit accompagnée d'une carte grise suisse, veuillez noter que la voiture sera soumise à des taxes de réimportation dans le cas où elle retournerait en Suisse avec un nouveau propriétaire.

Bonhams restant le garant des droits et taxes douanières, cette voiture ne pourra donc pas être récupérée par l'acheteur ou son transporteur immédiatement après la vente.




Lamborghini 400 GT 2+2 coupé 1966
Carrosserie Touring
Châssis n° 0757

•Auparavant la propriété du président du Club Lamborghini des Pays Bas
•Une des 247 construites
•Numéros de châssis et de moteur concordants
•Livrée neuve aux Etats-Unis
•Figure au Lamborghini Registry
•Etat pratiquement concours

La légende veut que l'industriel Ferruccio Lamborghini, propriétaire d'une Ferrari, en vint à construire des automobiles après avoir reçu un accueil désinvolte à Maranello, l'incitant à construire lui-même un modèle bien meilleur. Constructeur de tracteurs et de matériel agricole à succès, Lamborghini avait les moyens de réaliser son rêve sans faire dans la demi-mesure.

La première voiture de série de Lamborghini, la 350GT, dessinée par Touring fit ses débuts au Salon de Genève en 1964. Résultat du travail de deux des ingénieurs automobiles les plus en vue d'Italie, la 350 GT recevait un magnifique V12 de 3, 5 litres à quatre arbres à cames en tête, conçu par Giotto Bizzarrini et installé dans un châssis dessiné par Gianpaolo Dallara. Les quatre arbres à cames et la suspension indépendante aux quatre roues de la 350 GT signifiaient qu'elle surpassait la meilleure des Ferrari proposée à l'époque, mais pour concurrencer le plus gros modèle de son rival de Maranello, Lamborghini avait besoin d'une quatre places, et la 400 GT 2+2 fit son apparition en 1966. Développée à partir de la 350 GT, la nouvelle venue recevait un V12 porté à 3 929 cm3. Ce bloc de 4 litres était apparu en 1965, trouvant place sur quelques-unes des dernières 350 GT, un modèle intérimaire connu sous le nom de 400 GT. Cette dernière revendiquait une puissance maximale de 320 ch – supérieure aux 270 de la 350 GT – suffisants pour permettre à celle-ci de dépasser les 240 km/h.

La 400 GT 2+2 reprenait l'allure générale particulièrement appréciée de la 350 GT tout en étant légèrement plus haute, afin d'accroître la garde au toit pour les passagers arrière. Les carrosseries étaient désormais en acier (celle de la 350 GT était en aluminium) et la 400 GT 2+2 recevait des phares jumelés déjà adoptés à la place des optiques ovales d'origine, en vue de satisfaire aux normes fédérales américaines.

Malgré son statut de nouveau constructeur automobile, Lamborghini dissipa rapidement les derniers doutes quant à sa compétence à rivaliser avec les meilleures Grand Tourisme du monde. Dans un essai de la 400 GT version 2+2 en 1967, le magazine Autocar la déclarait « meilleure que toutes les GT et machines artisanales équivalentes construites pour le prestigieux marché des sportives ». La facilité de ses époustouflantes performances témoignait de la haute qualité de Lamborghini, son V12 étant reconnu pour avoir la plus large plage de couple qu'aient pu rencontrer les essayeurs. Autocar concluait : « Atteindre ce niveau de performance sans tapage, sans histoire, sans crise ou sans tragédie est une réussite. Compte tenu du temps de développement, c'est tout simplement sensationnel ».

Seulement 247 exemplaires furent construits entre 1966 et 1968, cette 400 GT 2+2 à numéros concordants a été fabriquée en novembre 1966 pour le marché américain et a été livrée en Verde (vert) avec intérieur Tabacco (tabac). À l'origine en Californie, la voiture arriva via l'Italie en Hollande où elle appartint à l'ancien président du club Lamborghini de Hollande. En 2004, elle a été officiellement inscrite au Lamborghini Registry.

Repeinte en noir, la carrosserie entièrement rénovée offre une merveilleuse harmonie avec l'intérieur Tabacco d'origine. Cette magnifique et rare Lamborghini des débuts affiche un total de 89 173 kilomètres au compteur et se trouve en bon état de marche.




Lamborghini Miura P400 S coupé 1968
Carrosserie Bertone
Châssis n° 3474

•Dans la collection Schlumpf pendant 12 ans
•Aux mains du même propriétaire pendant 25 ans
•Entièrement d'origine

« Mais prenez du recul pendant un instant et cherchez ce qui rend la Miura si spéciale. En 1966 il n'y avait rien de comparable. Seules les voitures de compétition et la discrète petite Bonnet/Matra Djet française proposaient un moteur central. La principale routière de Ferrari était la très traditionnelle 275 GTB à moteur avant. Aussi, lorsque le magnat du tracteur agricole Ferruccio Lamborghini lui ravit la vedette au Salon de Genève avec la Miura, le public fut autant surpris par l'audacieuse disposition de sa mécanique que par la modernité de son style et son incroyable beauté.» – Classic Cars, juillet 2004.

L'audacieux défi de Ferruccio Lamborghini à l'encontre de Ferrari avait commencé en 1964 avec la 350 GT, mais c'est l'arrivée de la Miura – sans conteste la pionnière des supercars – qui installa Lamborghini comme l'un des principaux constructeurs de sportives haut de gamme. Avant les débuts officiels du modèle au Salon de Genève en 1966, les automobiles Lamborghini étaient respectées pour leurs impressionnantes caractéristiques techniques, mais elles manquaient un peu de personnalité. Tout changea avec la Miura, baptisée du nom de Don Eduardo Miura, un éleveur de taureau de combat réputé. Le projet Miura avait vu le jour sous forme d'un châssis roulant exposé au Salon de Turin en 1965, mais personne ne s'attendait à ce qu'il soit mis en production. Pourtant, au moment du Salon Genève l'année suivante, la première voiture terminée était dévoilée à la presse et à un publique stupéfaits.

Les caractéristiques techniques de la voiture étaient à couper le souffle par leur sophistication et leur complexité. Conçue par Gianpaolo Dallara, la Miura recevait un moteur central monté transversalement dans un châssis à caisson, ce dernier habillé d'une carrosserie stupéfiante dessinée par Marcello Gandini chez Bertone. Comme la 400 GT contemporaine, la Miura faisait appel à la version 4 litres du V12 à quatre arbres à cames en tête Lamborghini conçu par Giotto Bizzarrini. Avec ses 350 ch, la Miura offrait des performances éblouissantes, une vitesse de pointe de 290 km/h étant revendiquée. Les exemplaires de série étaient régulièrement chronométrés à plus de 270, confirmant que la Miura était la plus rapide voiture de série du monde. Au début de 1968, après la 125e voiture, l'épaisseur de la tôle d'acier utilisé pour le châssis fut portée de 0, 9 mm à 1 mm, tandis qu'à partir d'avril de la même année, les clients pouvaient demander un intérieur en cuir. La production de la P400 originale prit fin plus tard dans l'année 1968 lorsque son héritière la version S fut dévoilée, alors que plus de 470 de ces magnifiques automobiles avaient déjà été construites.

Equipée de la carrosserie numéro 177, le châssis numéro 3474 a été achevé en avril 1968 peint en bleu métallisé avec intérieur moutarde et fut livré en Italie par le concessionnaire Carpanelli. L'historien de Lamborghini et président du club Lamborghini de Belgique, Olivier Namèche, nous informe que 3474 a été accidenté peu de temps après sa livraison et a été retourné à l'usine Lamborghini. La voiture étant irréparable, Lamborghini suggéra de fournir une Miura P400 S avec le même numéro de châssis que la Miura P400 originale (accidenté), évitant ainsi à leur client de payer un montant considérable en taxes. La voiture reçut également une nouvelle carrosserie Bertone de P400 S (numéro 476) tandis que le moteur d'origine (numéro 1896) de la P400 était transféré sur la nouvelle voiture qui fut peinte en Giallo (jaune) avec intérieur bleu, la livrée qu'elle conserve encore aujourd'hui. Il se trouve que la Miura de Johnny Hallyday (châssis 3006), la première P400 livrée en France, a elle aussi reçu un châssis et une carrosserie de Miura S de rechange.

Cette voiture, qui fut achetée pense-t-on par un collectionneur particulier italien, fut la propriété du fameux musée Schlumpf de Mulhouse de la fin des années 1970 jusqu'au début des années 1990. Elle fut vendue car le musée entendait se concentrer sur les marques françaises, aussi, la Lamborghini étant italienne, dut laisser la place et passa aux mains de l'actuel propriétaire en 1993. On pense que cette Miura S n'a eu que quatre propriétaires en tout et que les 43 000 kilomètres du compteur sont d'origine.

En 1994 le moteur a été entièrement refait en Belgique par l'actuel propriétaire, un ancien mécanicien Lamborghini et autorité reconnue de la marque. On nous dit que le moteur est en excellent état, avec toute sa puissance et peut atteindre les 9 000 tr/min. Les freins, la suspension et la transmission ont été révisés en même temps, alors qu'en 2017 une nouvelle révision complète était effectuée. Cette Miura S est hautement originale et bien conservée, l'intérieur que l'on pense d'origine présentant une belle patine. Les Miura sont réputées pour prendre feu facilement, aussi celle-ci est-elle équipée d'un extincteur automatique.

Entre 1995 (lors de sa première immatriculation en Belgique) et 2017, la voiture a été rarement conduite et seulement pour de courts trajets et quelques sorties, couvrant un total de seulement 3 000 kilomètres au cours des 22 dernières années. L'une de ses rares sorties fut effectuée en 2017, cette Miura S participant au Classic Grand Tour et recevant le 1er Prix de la classe 1960-1970 du concours d'élégance. Une magnifique opportunité d'acquérir un exemplaire largement d'origine de la révolutionnaire Lamborghini Miura, un modèle unanimement reconnu comme l'une des sportives les plus importantes de tous les temps.
maxou-w8tt le mar 20 fév 2018 à 14:31
Pour la petite histoire, la COuntach S3 orange cuivre de retromobile était un sacré bout de ... n'importe quoi... pas de logos (sauf à l'avant) ni d'emblemes Bertone, feux arriere montées à l'envers, tachymetre de QV americaine, rivets sur les extensions d'ailes... bref çà sentait pas bon du tout.....
Lesbellesauto le mar 20 fév 2018 à 14:51
Cette Countach n'apparait pas sur leur site :louche: :?:

@maxou-w8tt
maxou-w8tt le mar 20 fév 2018 à 14:58
A mon avis ils ont du tellement se faire pourrir par les spécialistes (j'avoue y avoir été un peu fort avec eux en leur montrant que leur countach n'était qu'un assemblage mal fini :D :D :D ) qu'il ont du la planquer le temps de la refaire, car cette countach ne leur donne pas de credit, bien au contraire...
Thierry123 le mar 6 mars 2018 à 21:08




Quand ça va trop loin... :D
Dernière édition le 06/03/2018 à 21:09 par Thierry123, édité 1 fois
Turbo1980 le mar 6 mars 2018 à 21:12
:vomir:
caraddict le mar 6 mars 2018 à 21:21
Elle est vraiment atroce :vomir:
nico-20vt le mer 7 mars 2018 à 00:08
Qu'est ce que j'aime la Diablo... :good:
caraddict le mer 7 mars 2018 à 07:13
J'adore aussi :love:
maxou-w8tt le mer 7 mars 2018 à 10:19
La Diablo nous rappelle qu'il n'était pas nécessaire qu'une Lamborghini doit ressembler à tout prix à un Transformers pour être magnifique....

La comparer à la dernière Aventador S est injuste pour l'aventador....

Et puis les Footballeurs aiment les dernieres Lambo... c'est un signe !!! :D :D :D
lmp740 le mer 7 mars 2018 à 14:19








une des premieres que je garde précieusement pour le moment
lmp740 le mer 7 mars 2018 à 14:20


maxou-w8tt le mer 7 mars 2018 à 14:54
c'est lambo genève çà !!!:D :D
lmp740 le mer 7 mars 2018 à 15:14
mais oui c'est la ou résident mes lambos
maxou-w8tt le mer 7 mars 2018 à 17:29
;) je connais bien cet endroit et celui de Porrent...
ferrariste le mer 7 mars 2018 à 17:48
La Diablo est la voiture qui a déclenché ma passion pour l'Automobile quand j'étais gamin. Une noire passée toute blinde sur l'autoroute. :love:
La légende raconte que c'est un véritable camion à conduire : freinage et direction disons "difficiles". :D
maxou-w8tt le mer 7 mars 2018 à 18:08
moi ce fut la vue d'une Countach blanche a Paris en 1983 quand j'avais 6 ans..... depuis j'ai pu conduire pas mal de Lambo...
Et oui les premières sont de véritable camions a conduire : direction ferme et passage de vitesse assez dur, même s'il y a du progrès par rapport à la Countach qui est une veritable voiture d'homme/pilote...

Apres tu as Diablo et Diablo... De 1990 a 1992 ce sont des engin de mort mal finies, qui ne freinent pas, qui cassent tout le temps et qui sont de veritables gouffres financiers...
Après, la Diablo à su évoluer pour ne garder que l'essentiel. La meilleure des Diablo à mon sens est la 6 litres ( facile a conduire et bien conçue), la plus hard reste la GT et la SE 30 jota, et lune des plus fun reste la SV (en modèle 99 pour la fiabilité)..
Les roadster sont beau, mais le chassis est mal optimisé (elle aime balader le popotin...)....

Bref la Diablo est comme la countach, tu as plein de versions differentes autant su le style, autant sur la conduite....

Par contre, qu'est ce que çà pousse, et qu'est ce que çà chante !!!!
nico-20vt le mer 7 mars 2018 à 23:32
@lmp740 > Splendide ! Il faudrait qu'on se rencontre à l'occasion, je suis sur Genève aussi, et je vois dans ton profil qu'on a des loisirs semblables. :)
lmp740 le jeu 8 mars 2018 à 10:18
@ nico-20vt on peut se voir après le salon sans problème
Maxou-w8tt tu dois connaitre Pepino alors si tu connais Lambo Genève et Roland à Porrentruy
ma diablo est une 1996 et est un véritable camion en ville mais une merveille sur route et elle chante parfaitement bien
Auteur : avec
 Page précédente    1    2      324    325    326    327    328    329    330      335    336   Page suivante 
Lamborghini ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
AutotitreForum AutoLamborghiniIci c'est le forum des pro de la Lambo....   «   327   »   »»            Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Rendez-vous en bas de la dernière page pour répondre à ce sujet.


Actualité autoMazda 2 Seat Ateca Dieselgate électrique Fiat Audi A3 Lucid Air Mitsubishi Mercedes Classe S Cadillac Lyriq Hyundai Santa Fe BMW Série 2 Kia Stinger
MarquesMazda Seat Mercedes Audi Fiat Lucid Mitsubishi Cadillac Hyundai BMW Kia Volkswagen Subaru Toyota Fisker Porsche Rolls-Royce Ford
Actuellement, il y a 199 visiteurs en ligne dont 7 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2020 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales