Franchement, LADA ça vous inspire quoi .... - Page 11 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoLadaFranchement, LADA ça vous inspire quoi ....   «   11            Répondre    
Lada ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
 Page précédente    1    2      2    3    4    5    6    7    8    9    10     11  
513 messages
10165 vues
Sondage : Franchement, LADA ça vous inspire quoi ....
caraddict Le lun 6 mai 2019 21h00
C'est le concept présenté il y a un an ;)
clionrj Le lun 6 mai 2019 21h02
Pour un russophone de passage :D

https://www.autostat.ru/news/39086/ (АВТОСТАТ | АВТОВАЗ запатентовал дизайн новой LADA 4x4)
lesbellesauto Le lun 27 mai 2019 17h53
Bonjour à tous ;)



https://lenouvelautomobiliste.fr/culture/a-la-decouverte-du-dernier-garage-lada-de-france/?fbclid=IwAR2d4UirrTlqUVmjokEXdC-rMmIYfthnkLiKIt2vDP_zYXKWG0GQNfj1Hsk (A la découverte du dernier garage Lada de France | Le Nouvel Automobiliste)

Je ne fais qu'un "copier-coller" du texte et vous laisse le soin d'aller sur le lien posté pour y découvrir de très nombreuses photos

C’est un établissement en sursis dans une première couronne francilienne en sursaut. Des décennies après Levallois, Montrouge ou encore Pantin, voici venu le temps pour Ivry-sur-Seine d’embrasser la gentrification. Ce grand mouvement de valorisation du cadre de vie conduit irrémédiablement à l’expulsion des activités jugées les moins modernes. Dans le paradigme de la société du ‘nouveau monde’, l’automobile et ses garages fait partie de ce que l’on ne veut plus voir ni entendre, plus sentir ni côtoyer. Alors, pour quelques jours encore, découvrons l’ambiance hors du temps d’International Auto, le dernier établissement portant une bannière Lada.

International Auto : une histoire écrite à l’encre de la passion

C’est au numéro 6 de la rue Pierre Galais à Ivry-sur-Seine (94 200) que nous avons rendez-vous. Dans ce quartier proche de la Seine, les anciennes activités industrielles et de dépôt, pour certaines intimement liées au faisceau de voies ferrés d’Austerlitz, ont conservé leurs murs de briques et de broc. Un cadre typique prêt à être vendu aux promoteurs sous la forme d’un « quartier plein de charme, authentique et témoin de son histoire », la formulation revue et corrigée de la « banlieue dortoir » au XXIe siècle.

Dans ces petites rues exiguës, l’enseigne bleu aux quatre lettres interpellera tout connaisseur de l’automobile. Tout comme l’on s’étonne encore de voir l’enseigne du distributeur Saab, à quelques encablures de là à Créteil.

Un regard par la porte permet de voir la blouse Lada du mécanicien, ou encore la silhouette d’un Niva Tsarina de 2012 lorsque nous sommes passés. Hélas, cette curiosité ne sera bientôt plus et pour le comprendre, revenons sur son histoire et celle de Lada.

Soixante ans d’histoire

Le garage International Auto ouvre en 1959, et hisse l’enseigne Lada en 1976. C’est la pleine époque d’envol de l’automobile russe, bien avant la perestroïka, à une époque où les Jigouli (sur base de Fiat 124) et les premières Niva séduisent pour leur prix et leur robustesse.

Daniel Hourlay, le responsable d’International Auto, y entre comme mécanicien en 1985, après avoir œuvré chez Peugeot Talbot Sport à la grande époque des 205 T16 et des GTi, l’homme a envie de nouveaux défis. Lui qui a déjà deux Paris-Dakar en assistance rapide à son actif devient chef d’atelier en 1991 et partage sa vie entre l’atelier et le sport automobile.

En 2000, Daniel reprend l’établissement. C’est l’époque des Lada 110, et d’un établissement complet qui faisait à la fois la réparation mécanique, carrosserie, et concession. La réputation de solidité de la marque Lada grimpe, après plusieurs décennies de moqueries, tandis que le personnel est hautement qualifié. « Pendant 20 ans on a été sous-traitant du réseau BMW. Dans notre équipe, notre carrossier venait de chez Chapron, notre peintre avait travaillé chez Ferrari… Il restait la nuit pour repeindre les Lada exposées au Mondial de Paris, où elles étaient parfois endommagées ou rayées. On les ramenait le lendemain matin. C’était de 2002 à 2006, les derniers salons avec une présence de Lada à Paris. »

Un Niva en rallye-raid

De 2002 à 2009, Daniel revient à ses premières amours : la compétition et le rallye. Il prépare un Chevrolet Niva 2123 pour participer au championnat de France d’Endurance. « Il n’avait de Chevy Niva que le pare-brise d’origine, et encore ! On préparait aussi les voitures du Nivalpes ou de la Croisière blanche en hiver. »

Parmi les autres anecdotes médiatiques, Daniel se souvient aussi avoir loué une Lada pour le film de Michel Blanc, Embrassez qui vous voudrez, ainsi que pour le film Lulu Roi de France, pour l’Eurovision en 2009, lorsque Patrica Kaas a représenté la France, ou encore pour des films publicitaires.

Cependant, avec les années, International Auto réduit la voilure : « On a arrêté la carrosserie, et on est passé de 500 m² à 300 m² aujourd’hui. On a toujours fait de la réparation toutes marques mais avec Lada, on était plutôt à l’abri grâce à notre approvisionnement en pièces détachées. » Signe des temps, l’activité du garage souffre aussi des mesures mises en place ces dernières années contre les voitures anciennes et considérées comme polluantes. « Aujourd’hui, on répare de moins en moins de Lada et surtout, faire de la mécanique est de plus en plus complexe en Île-de-France : comme il faut des voitures récentes pour y circuler en semaine, souvent les gens, pour ceux qui en ont, les font entretenir par leur réseau. Cela aussi, ça nous bloque de l’activité. »

Lada France : quand la barque chavire

L’histoire de Lada rattrape celle de son réseau français. Si la marque perd des parts de marché en France, International Auto demeure l’un des meilleurs points de vente. « En 1986 on réalisait 450 ventes par an, jusqu’à 4 voitures par jour même. C’était l’époque des Samara, et encore : nos chiffres étaient faibles par rapport au réseau Poch installé avenue du Maine. Puis, avec le temps, on est descendu à 100 ventes par an. En 2009, Lada France ferme une première fois pendant 10 mois, puis fin 2018 a lieu la seconde fermeture de la filiale, définitive celle-là. »

Paradoxalement, la fermeture de la filiale renforce International Auto. « Du jour au lendemain, comme j’arrivais encore à me fournir en pièces détachées, j’ai commencé à fournir le réseau français tout entier » raconte Daniel. Dans le court intervalle du retour de Lada, de 2012 à 2018, Daniel réalise des transformations de Niva au GPL notamment. « On a aussi un autre client qui a lui fait venir un Niva 5 portes, le seul connu en France, et qui l’entretient chez nous. » Mieux, les clients les plus fidèles ne quittent pas le navire. « On a reçu des commandes pour des Vesta, des Granta aussi, mais on n’a jamais reçu les voitures… » constate-t-il, amer.

Le fait est que le Groupe Renault, propriétaire d’AvtoVAZ et maison-mère de Lada, privilégie Dacia et son réseau plutôt que de laisser vivre une marque dont la gamme correspond pourtant bien à une demande. D’autant que le frein administratif n’en est pas un : les Lada sont homologuées en Hongrie, elles peuvent donc être vendues dans tout pays de l’Union Européenne France comprise. Seulement voilà : le malus CO2 en France est une véritable entrave pour qui veut vendre des modèles thermiques, essence de surcroît, à des prix où la taxe double parfois le prix de la voiture…

Départ paradoxal

C’est donc une fermeture à l’image de celle de Lada qui attend International Auto : paradoxale. Pas une faillite, pas une cessation d’activité non : une décision administrative. La requalification urbaine du quartier permet à la mairie d’Ivry de demander la fermeture du garage. L’annonce est tombée le 3 avril, pour une fermeture sous deux mois, le 4 juin. Daniel prend les choses avec philosophie : « Au siège de Lada France, ça a été pire : ils ont appris la veille du vendredi que la liquidation judiciaire de la filiale était prononcée ».

L’heure est donc aux cartons et à la redécouverte d’objets exhumés, à l’image de cette enseigne lumineuse Lada au logo des années 1980 que Daniel conservera, au même titre que les moules d’ailes de Niva ou ses photos, notamment celle où Coluche est à côté d’un Niva préparé pour le rallye raid. Des souvenirs, nombreux, qui accompagneront le garage International Auto à sa prochaine adresse.

Voici les photos que je viens de prendre aujourd'hui ;)

Les enseignes ont disparu,le garage est vide à l'exception d'une Niva arrivée la semaine dernière pour un petit souci mécanique,elle sera donc la dernière à franchir le pas de cette porte........



Remerciements à Daniel Hourlay pour son accueil fort sympathique :good: :good:

Félicitation à François Mortier pour son reportage :good: :good:

https://www.facebook.com/Garage-International-Auto-Ivry-150410284996894/ (Garage International Auto Ivry - Accueil | Facebook)

Dernière édition le 27/05/2019 à 18:14 par lesbellesauto, édité 1 fois
carpe.diem Le lun 27 mai 2019 20h46
:good:
bigx Le mar 28 mai 2019 10h25
:good: :good: :good:

très bel hommage à ces officines engagées et pourtant souvent très décriées.
Quand leur patron est ouvert et ambitieux, elles vivaient de travaux en sous-traitance comme expliqué dans l'article ou de marchés niche comme la préparation. Et le bouche à oreille local faisait le reste.
La montée en technologie, le protectionnisme des constructeurs et les normes (j'y inclue le redécoupage des quartiers) les conduit gentillement vers la fermeture.
Une époque !
SaluC1 Le mar 28 mai 2019 10h47
:good: :(
spilner Le mar 28 mai 2019 10h48
L'abus le délai de fermeture :/
lesbellesauto Le ven 28 juin 2019 17h36
Bonjour à tous ;)

Je ne sais si cette vidéo a déjà été posté :?:

https://www.youtube.com/watch?v=PR-_HSfVQjA (W.C.E - Lada Evolution (1970 - 2018) - YouTube)
clionrj Le ven 28 juin 2019 18h46
La Lada Tarzan, je ne connaissais pas :louche:
lesbellesauto Le dim 30 juin 2019 06h55
Citation de clionrj :

« La Lada Tarzan, je ne connaissais pas :louche: »


moi non plus :D
lesbellesauto Le ven 19 juil 2019 16h27
Bonjour à tous ;)

trouvaille du jour (pour moi) ;)

Lada Natacha : le cabriolet russe venait d’Outre Quiévrain !

https://www.carjager.com/article/lada-natacha-le-cabriolet-russe-venait-doutre-quievrain (Lada Natacha : le cabriolet russe venait d’Outre Quiévrain !)



Si vous lisez Boîtier Rouge depuis longtemps, alors EBS ne vous est pas inconnu. On lui doit notamment la Supercinq « Supercabrio » (lire aussi : EBS Supercabrio) et l’exemplaire unique de Renault 25 Cabriolet (lire aussi : R25 Cabriolet). D’ailleurs, on se souvient que Renault avait encouragé le petit carrossier belge à s’agrandir pour produire la Supercabrio en série, puis l’avait lâché totalement après l’assassinat de Georges Besse. Surdimensionné, EBS avait quand même produit la Supercabrio jusqu’en 1991.

A la sortie de la Renault Clio en 1990, EBS avait tenté le même coup en présentant une version cabriolet de la petite citadine. Mais Renault refusa, et cette fois-ci, EBS ne s’engagea pas seul dans l’aventure. Heureusement, le carrossier ne manquait pas d’idée. Et c’est sous l’impulsion de l’importateur belge de la marque russe Lada, Scaldia-Volga, qu’EBS se lance dans la conception et la fabrication d’un étonnant cabriolet sur la base d’une Lada Samara.



Un choix étonnant ? Pas tant que ça, car si on la regarde sans a priori, en oubliant le sigle Lada, il faut avouer qu’elle n’est pas mal réussi que cela. Sa ligne sans arceau est assez pure (surtout si on la compare aux autres tentatives de cabriolet Samara, comme celle de l’allemand Bohse dénommée Bohemia), et surtout, elle propose un prix canon : 89 400 F en 1993 en France, à comparer aux 140 500 F demandés pour une R19 Cabriolet 1,8 litres (lire aussi: Renault 19 Cabriolet).



En 1991 et 1992, elle n’est disponible qu’en Belgique sous le nom de Lada Cabrio, mais à partir de 1993, elle sera disponible en France et ce jusqu’en 1994 sous le nom de Natacha. En seulement deux ans de commercialisation, l’Hexagone deviendra le premier marché de la Lada Natacha, avec 164 exemplaires vendus. Les deux autres principaux marchés seront la Belgique (144 exemplaires) et l’Allemagne (106 exemplaires).



Au total, elle sera fabriquée à 456 exemplaires, dont 10 de pré-série. On est certes loin des 77 500 exemplaires de Peugeot 306 Cabriolet produits par Pininfarina (lire aussi: Peugeot 306 Cabriolet), mais pour le petite carrossier belge, c’était une bouée de sauvetage. Pas suffisante cependant pour échapper à la faillite en 1996. Le plus étonnant dans l’histoire, c’est que cette Lada ne sera jamais vendue en Russie.

La Bohemia, de l’Allemand Bohse, était beaucoup moins sexy !
Turbo1980 Le dim 21 juil 2019 19h16
Intéressant :good:
clionrj Le lun 22 juil 2019 09h07
Oui interessant :good:
Recherche de : Auteur : Avec :
 Page précédente    1    2      2    3    4    5    6    7    8    9    10     11  
Lada ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
AutotitreForum AutoLadaFranchement, LADA ça vous inspire quoi ....   «   11              Répondre    
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoMaserati Levante, Opel Astra, Hyundai i30, Mercedes Classe V, Dacia, Nissan Juke, Audi A6, Jaguar, Hyundai Santa Fe, Seat Tarraco, Volkswagen ID.3, Mercedes Classe A, Peugeot 3008
MarquesMaserati, Opel, Hyundai, Mercedes, Dacia, Nissan, Audi, Jaguar, Land Rover, Seat, Volkswagen, Peugeot, Volvo, Rolls-Royce, Toyota, Aston Martin, Mini, Porsche
Actuellement, il y a 197 visiteurs en ligne dont 15 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2019 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales