Marche arrière : La Fiat Punto GT - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoFiatPuntoMarche arrière : La Fiat Punto GT           Répondre    
Fiat Punto ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
 1 
13 messages
2646 vues
Marche arrière : La Fiat Punto GT
Autotitre le dim 4 avril à 14:03

L'amie des autres.
Par Arnaud A. pour Autotitre.com

Présentée au salon de Francfort en septembre 1993, la Fiat Punto de première génération a la lourde tâche de remplacer la Uno, reine des ventes en Europe, dont la carrière s'étendra de 1983 à 2013 dans certains pays, comme le Brésil.

C'est Giugiaro qui s'occupera du design, tandis que les ingénieurs italiens s'occupaient de la plate forme, novatrice, puisqu'elle devait permettre d'accepter d'autres véhicules.

La Punto cache un autre défi. Le gouvernement italien a sommé Fiat de créer de l'emploi dans une région vierge de tout bassin industriel, dans la province de Potenza, dans le sud de l'Italie.

D'abord en traînant les pieds, Fiat acceptera après avoir signé moults contrats lui permettant de n'avoir à financer que la moitié de l'usine, les subsides et autres aides publiques finançant 3.3 milliards de lires sur les 6.6 milliards dépensés.

Une usine ultra moderne, capable d'absorber à elle seule la production totale de la Punto, avec ses 5000 salariés, et ses 335 robots. Cette usine était presque une des premières "giga factory" du monde l'automobile, avec une capacité folle de 450000 véhicules/an.

Seulement voilà, l'organisation à l'italienne n'aidant pas, les commandes de la Punto ont été lancées avant que l'usine soit finie, précipitant l'installation d'une chaîne de montage dans la vieille usine de Termini Imerese, fermée aujourd'hui.

Dès 1994, succès aidant, Melfi fabriquera 3500 Punto par jour!

Son succès, elle le méritait amplement. La presse en était folle, et elle obtiendra même le prix de voiture de l'année 1995. Quelle belle époque pour Fiat.

La Punto, c'était 31 versions, 14 teintes, des carrosseries 3 et 5 portes, une version cabriolet, 4 blocs essence, et 2 diesel.

Au niveau des équipements, elle montait sérieusement en gamme aussi, avec des options généralement réservées aux gammes supérieures.

Mais surtout, elle donnait une descendante à la Uno Turbo, avec l'apparition de la Punto GT.

Esthétiquement, on peut déjà souligner le fait que la version GT est réservée à la carrosserie 3 portes. Les signes distinctifs sont assez timides. On note la présence de jantes alu spécifiques, d'extensions de bas de caisses noires, et d'un liseré rouge sur les baguettes latérales.



A l'intérieur, la première impression, c'est la lumière. De grandes surfaces vitrées, des montants assez fins, et beaucoup d'espace, tout cela participe à un sentiment d'espace assez incroyable compte tenu de la taille de l'auto. Fiat est passé maître dans l'art de proposer beaucoup de place dans un encombrement réduit.



L'intérieur est aussi discret que l'extérieur. Les sièges prennent timidement la forme de baquets, et ça s'arrête là.

A noter toutefois, la pression d'huile et de turbo, affichée à l'ancienne dans le bloc compteur.



Pour une voiture du début des années 90, à fortiori une Fiat populaire, c'est surprenant. La sellerie est sans réel défaut, la planche de bord ne semble pas avoir souffert des années passées, les ajustements sont bons, et on pourrait même se dire que le design global a plutôt bien vieilli.



Mention spéciale aux nombreux rangements, qui rendent l'auto bien pratique.



Mais ce qui nous intéresse surtout se cache sous le capot.



Dans la baie moteur, on retrouve une vieille connaissance, le bloc fonte de 1.4 litres que l'on retrouvait sous le capot des Uno turbo phase 2.

Il est assez lourdement modifié, puisqu'il revient au turbo IHI de ses origines, refroidi par eau. Un échangeur air/air et une wastegate prennent place aussi, toujours comme sur la première Uno turbo.

L'injection électronique est confiée à Bosch, qui reprend la fameuse Motronic 2.7 que l'on retrouve aussi sur la cousine F355.

Un overboost est prévu, poussant le petit IHI à presque 1.3 bar en crête.

Ce bon vieux bloc fonte dispose d'une culasse en alu à huit soupapes.

Les chiffres sont étonnants, avec 136cv à 5750 tours/min et jusque 6250 tours, et surtout 210Nm à 3000 tours. 100 chevaux au litre!

Et pourtant, sur le papier, ce n'est pas fou.

28.8 secondes pour le 1000M départ arrêté, et un peu moins de 8 secondes sur le 0 à 100.

Pour les reprises, c'est un peu mieux, avec un 80 à 120 en 5 secondes.

La vitesse de pointe quant à elle passe largement la barre des 200.

A vos risques et périls.

Comme beaucoup d'italiennes avant elle, et après, le moteur est une vraie pompe à feu, posée au milieu d'un châssis tout juste bon à recevoir des 1.0 de 45cv.

Un départ arrêté pleine charge se solde par la fonte de la gomme des pneus avant, tandis qu'en reprise, les remontées de couple se feront sentir dans le volant.

Pourtant, l'auto reste agile, grâce à ses Mac Pherson à l'avant, et à ses amortisseurs hydrauliques à double effet. On a aussi droit à des barres, de torsion, d'anti roulis, et de rire.

A l'arrière, on a juste droit à une grosse barre stabilisatrice, ce qui n'aide pas l'arrière à rester stoïque.

Pire encore, l'auto pèse une tonne, mais surtout, on a quasiment 700 kilos sur le train avant, et un peu plus de 300 sur l'arrière, créant un déséquilibre certain sur un châssis qui n'avait pas besoin de ça.

Dans la pratique, la direction est bonne, voir incisive, mais il faudra se cracher dans les mains pour être toujours au bon régime avant d'attaquer une courbe, parfois sous le déclenchement du turbo, parfois à pleine charge, mais en veillant surtout à ne jamais déclencher la charge au milieu du virage.

On notera également l'extrême souplesse de l'arrière, prenant du roulis à l'envi, et peinant vraiment à ne pas se comporter comme une 2cv folle en usage costaud. Une fois compris que l'arrière vit sa vie indépendamment du reste, il devient aisé d'en jouer, voir de le faire glisser.

Et clairement, on est pas efficace en Punto GT, mais on s'amuse. De la débauche de couple mal jugulée, des chevaux vaillants servant surtout à faire de la fumée, et de l'arrière qui vit sa vie.

Le tout accompagné par la bande son rocailleuse de son petit 1.4 turbo, qui a bien plus de hargne que l'ensemble ne peut encaisser.

Les freins font ce qu'ils peuvent. Sur route, il sera difficile de les mettre en défaut, on déclenchera l'ABS assez vite en débranchant le cerveau, et on cuira des Calzone au contact des roues sur piste.

Mention spéciale au diamètre de braquage, qui souffre de la taille des pneus, en 185/55/14. C'est ridicule aujourd'hui, mais à l'époque, c'était déjà trop large pour les passages de roues de la Punto.

Fiat nous a régulièrement refait le coup, jusqu'aux Abarth actuelles.

Ceci dit, on trouve pléthore de pièces performances peu onéreuses, et de recettes pour la rendre encore plus "tout", mais de manière sérieuse.

Après une très longue traversée du désert, les Punto GT voient leur cote repartir vers les sommets, surtout en ph1. Elle aura droit à trois phases, chacune lissant le comportement du châssis et du bloc moteur en tentant d'améliorer les choses.

Le moteur s'entretien scrupuleusement.

Si le bloc fonte est taillé dans la roche, la culasse alu mérite une attention particulière, et le jeu aux soupapes doit être contrôlé scrupuleusement afin de ne pas user prématurément l'arbre à cames.

Le turbo IHI est costaud et encaisse de gros kilométrages, la distribution est quant à elle à faire tous les 80.000 kms, sans oublier la pompe à eau.

Le pire ennemi de la Punto, c'est le tuning. Il lui a fait plus de mal que le temps, les kilomètres, ou le châssis aux fraises.

Au quotidien, c'est encore utilisable, surtout si vous en trouvez une avec la clim optionnelle.

L'auto est spacieuse, pratique, et plutôt confortable. Il faudra en revanche faire avec une grosse conso, oscillant autour de 10 litres, et une commande de boîte assez imprécise et dure.

Bien que la cote monte, elle est moins chère qu'une Clio 16S, et quasiment donnée par rapport à une 205 GTI, tout en étant bien plus rare.

Ce qu'elle perd en efficacité, elle le gagne en tempérament et en discrétion.

La Punto GT est une vraie italienne, une diva qui demande qu'on la comprenne, mais qui peut en offrir tellement.

Une italienne comme toutes les autres, une italienne qu'on adore détester.



Cet exemplaire entièrement d'origine se trouve au berceau des populaires méditerranéennes, chez GM Auto à Rosta.

Retrouvez ici tous les "Marche arrière"
fujiyama le dim 4 avril à 14:27
Ca fait envie :love: :D

Bel article comme d'hab :good:
jujuleterrible le dim 4 avril à 14:59
:love: :good:
EenSayn le dim 4 avril à 16:43
C'est clair que les signes distinctifs par rapport aux versions basiques sont très discrets!

Je pensais pas que c'était une "vraie" version sportive.
Merci pour l'article ! :good:
weber-dc40 le dim 4 avril à 17:30
Je regrette de pas en avoir acheté une y a 10 ans par là. Le style vieillit bien, elle est superbe je trouve en état d'origine avec le petit liserés, les lave phares, certaines ont la sellerie cuir.
-29" aux 1000 à l'époque ca causait pour le segment.
turbo1980 le dim 4 avril à 20:02
J'aime bien.

Ca doit apporter son lot de sensations.
simon2béhème le dim 4 avril à 20:15
Je me rappel d'une interview de Charles Pozzi, importateur Ferrari comme chacun sait, dans un Sport-Auto d'il y a bien 20 ans, sinon 25. Il y disait qu'il en avait une, Punto GT, pour rouler dans Paris, et qu'avec, il était "imbattable" :D
turbo1980 le dim 4 avril à 20:17
:D :good:
Xxxthedevilxxx le dim 4 avril à 20:24
les culasses se fendent aussi au chapitre des faiblesses :love:

@Brice176 :D
ctncrsp le dim 4 avril à 22:08
Bricelesbonstuyaux :D
F7R le dim 4 avril à 22:46
J'aimais bien la Punto 2.

Y avait une Abarth il me semble...
weber-dc40 le dim 4 avril à 22:50
C'etait une hgt avec un kit carrosserie.
F7R le lun 5 avril à 03:34
Ok :)
Auteur : avec
 1 
Fiat Punto ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
AutotitreForum AutoFiatPuntoMarche arrière : La Fiat Punto GT             Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoRenault Mégane Skoda Octavia Mini Mini Volkswagen T-Roc BMW Série 1 prix borne EuroNCAP BMW iX3 Toyota Polestar 2 Skoda Kodiaq Dacia Spring
MarquesRenault Skoda Mini Volkswagen BMW Toyota Polestar Dacia Nissan Hyundai Lotus Peugeot Bentley Alpine Audi Kia Ford Volvo
Actuellement, il y a 444 visiteurs en ligne dont 36 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2021 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales