DS & ID - Page 42 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoCitroënDSDS & ID   «   42   »»            Répondre    
Citroën DS ›   Actualité  Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
Citroën ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
 Page précédente    1    2      34    35    36    37    38    39    40    41     42     43   Page suivante 
2108 messages
70083 vues
DS & ID
lesbellesauto le dim 5 juil à 15:40
Bonjour à tous ;)

Aujourd'hui point d'Autralie mais la Normandie pour l'une de ses spécialités........et toujours la DS :)

https://www.histo-auto.com/fr/actualite/756/la-citroen-ds-tres-speciale-du-james-bond-normand

C’est l’histoire d’un go fast qui transportait du Calvados en remplissant les réservoirs additionnels de sa Citroën DS très très spéciale. Plus de 3 décennies passées à déjouer les douanes de tout le pays avec une voiture digne de James Bond.

....

Vous ne connaissez pas le James Bond de la goutte? Joe la goutte? Je dois vous l’avouer, j'ignorais tout de son existence il y a encore une semaine. Cette histoire m’a été racontée il y a quelques jours par “Dédé” au PMU “Le Longchamp”, Quai de Juillet, à Caen. J’avais rendez-vous pour essayer une Lotus Esprit. Il y a des métiers plus durs. C’est là, après 12 ou 13 Picon que le Dédé, élocution saccadée, démarche chancelante et casquette Pirelli sur la tête me dit : “T’écris sur les bagnoles, mais je suis sur que tu connais même pas l’histoire du James Bond de la goutte!” Une histoire vraie, qui défraya la chronique pendant 30 ans, bien au delà des poreuses frontières de la Normandie.

Pour raconter l’histoire de Pierre Dubourg et de sa DS, le fameux "James Bond de la goutte", il faut commencer par remettre les choses dans leur contexte. Et là le contexte c’est la picole Normande. Pas les alcools de fillettes, les digestifs sucrés, toutes ces conneries de Get 27 ou de Baileys. Ici on parle du Calvados de ferme, celui qui peut enflammer le gosier, envoyer une Motobecane sur la lune, et éradiquer n’importe quel coronavirus Chinois. L’histoire du Calvados est passionnante. Il est ici question de terroir, de savoir faire, de tradition, de transmission. Mais aussi de bouilleurs camouflés au fond des fermes, de taiseux, de trajets nocturnes, d’itinéraires bis et d’argent liquide. Parfois, ces personnages hauts en couleur, de bidons en aiguilles, franchissent la ligne jaune pour aller rejoindre la clandestinité. Ces personnages romanesques finissant tôt ou tard par défrayer la chronique, le temps d’un quart d’heure de gloire. C’est ce qui est arrivé à Pierre Dubourg, mais lui, son quart d’heure a duré plus de 30 ans.

Les origines de ce trafic trouvent leurs racines dans le Domfrontais. Rien que le nom fait peur. Cette Normandie oubliée, austère, où les touristes ne s’aventurent pas est bien loin des planches de Deauville, du casino de Cabourg ou de Granville, le Monaco Normand. Au coeur du Bocage, la vie est rythmée par la vie agricole. Ici on produit du lait, du beurre, du fromage, mais pas seulement. Il faut bien écouler toutes ces pommes. Alors on fait du cidre, à la dure, c’est à dire pas trop sucré, celui qui peut te retourner l’estomac après un demi-verre. Comme dans toute entreprise, il y aussi les produits dérivés. Ici on parle de poiré, de pommeau, mais aussi du moins inoffensif Calvados. Cette eau-de-vie, hautement corrosive devient vite l’emblème de toute la région. Le matin, dans les fermes, le départ aux champs s’accompagne souvent d’une bonne rasade de Calva dans le café, pour se donner du courage. Au milieu de la matinée, la “collation” de 9h passe par un petit coup d’eau de vie accompagné d’un bout de pain et de fromage. Le Calvados est disponible à volonté dans toute les fermes et toutes les raisons sont bonnes de se faire “un petit canard”. Ce canard qui donne des ailes consiste à tremper un morceau de sucre du précieux breuvage. A ce rythme, à la fin d’une journée normale, vous aurez bu une petite dizaine de petits verres d’une eau-de-vie dépassant allègrement les 70 degrés. C’est ainsi qu’on écoulait la production du Calva Domfrontais qui vivait dans l’ombre du Calva du Pays d’Auge, qui lui disposait d’une appellation d’origine contrôlée.

A défaut de disposer d’une AOC, les producteurs de Calvados Domfrontais disposaient d’un bon sens certain. Ils produisaient à l’abris des regards, et par conséquent...des contrôles. La tradition voulait qu’on vende une partie de la production de manière officielle, et le reste de façon plus discrète. Pendant longtemps l’administration ferme les yeux sur ce trafic organisé. Mais après la seconde guerre mondiale, Pierre Mendès France décide de retirer progressivement leur droit aux bouilleurs de cru pour lutter contre l’alcoolisme. “Pour renflouer les caisses ouais!” gueule un habitué dans le fond du PMU.
Rapidement la colère monte chez les producteurs de Calvados, d’autant que les contrôles sur les sites de production se multiplient. Dans les villages, ceux qui traquent les fraudeurs, et qu’on appelle “les rats-de-cave” provoquent de sérieux remous. La riposte s’organise. Dans certains villages de l’Orne, du Calvados ou de la Mayenne, on sonne le tocsin à leur arrivée. Les contrôleurs ne sont pas les bienvenus et les habitudes ont la vie dure. Plusieurs dizaines de chauffeurs gagnent leur vie, souvent au volant de Citroën, pour aller livrer le Calvados non-officiel en région Parisienne, en Belgique, ou aux 4 coins de la France. Parmi eux, un certain Pierre Dubourg.

Ce jeune homme n’est âgé que de 24 ans lorsqu’il commence à faire parler de lui. Il fait partie de ces “transporteurs” qui sillonnent l’europe, souvent de nuit au volant de puissantes et imperturbables DS. Pour mener à bien son activité clandestine de Go Fast Normand, Pierre Dubourg équipe petit à petit sa DS d’incroyables gadgets dignes de l’Aston Martin du plus célèbre espion anglais, ce qui lui vaudra un surnom : le James Bond de la goutte. Après s’être fait arrêté un paquet de fois sur le bord de la route par les gendarmes et les douaniers, Dubourg commence à imaginer des parades.

Il dote sa DS de plaques minéralogiques escamotables. Dès qu’il se sent suivi, une simple pression sur un bouton fait disparaître l’immatriculation de la DS. Les poursuites se faisant principalement de nuit, le James Bond Normand pose de puissants projecteurs éblouissant à l’arrière pour aveugler les flics qui se risqueraient à le suivre. Un système de fumigènes est posé et s’actionne là aussi d’un simple interrupteur pour plonger les curieux dans un épais nuage noir. Au fur et à mesure des années, ces dispositifs sont accompagnés d’un dispositif de pulvérisation d’huile sur la route. Un réservoir d’huile dédié et relié à un tuyau peut déverser son contenu sur le bitume, idéal pour éloigner des motards de la gendarmerie. Le clou du spectacle sera justement l’installation par Pierre Dubourg d’un système de projection de clous, destiné à crever les pneumatiques des hommes en bleu. Et le calva? Dubourg installe dans les ailes avant deux immenses réservoirs additionnels capables d’emporter plus de 400 litres du précieux alcool en toute discrétion. C’est un des avantages de la suspension hydropneumatique, la hauteur de caisse ne varie pas en fonction de la charge et est donc indécelable vu de l’extérieur. Ajoutez à cela des bidons disséminés un peu partout dans l’habitacle et Dubourg pouvait transporter plusieurs centaines de litres de Calva en un seul voyage.

On peut rire de ces combines mais, associés à un joli coup de volant, ils permettent à Dubourg de semer les flics pendant trente ans. Les courses-poursuites se multiplient, parfois jusqu’à la frontière belge ! Le James Bond de la goutte fait parler de lui partout où il passe et commence à devenir la star des journaux. De temps en temps, Dubourg se fait coincer. Dédé me raconte “Il avait tout le temps d’énormes liasses de billets de 500. Il en donnait 3 ou 4 aux gendarmes, et leur disait “prenez ça, je m’en fout je les récupérerai avant ce soir”.
Le James Bond de la goutte est suivi de près par la presse locale, et cette notoriété semble plaire à notre homme. Il se fait pincer? Pas de problème, il ressort systématiquement quelques heures ou jours plus tard. Rapidement on commence à s’interroger sur le personnage et surtout ceux qui le protègent. Quand il sent que la prison est inéluctable, Dubourg fait le fou et va se reposer quelques semaines en hôpital psychiatrique avant de ressortir libre comme l’air. Il se dit que le James Bond Normand livre régulièrement la quasi totalité des gendarmeries du Calvados et de l’Orne en spiritueux.

Après 30 ans à défier les autorités, les années 80 auront raison du lucratif business de notre James Bond Normand. Les douanes en ont marre de passer pour des guignols et la notoriété croissante de Dubourg commence à leur poser problème. Dans les années 80 on estime à une vingtaine les trafiquants transporteurs vivant de ce trafic dans le Calvados.
Un soir d’avril 1987, le James Bond de la goutte est victime d’un guet-apens tendu par la PJ de Caen. A 47 ans, Pierre Dubourg jouait toujours au gendarme et au voleur. Après 14 petites condamnations, entre 1964 et 1987, cette fois c’est plus grave. Les flics le coincent en possession de faux billets. Il écope de trois ans de prison.

A sa sortie, le James Bond de la goutte, se retire dans le village de Pont d’Ouilly. Un reportage de France 3 Normandie montre plusieurs DS bricolées dans la cour. L’ancien trafiquant, qui ne crache pas sur une télé de temps en temps, se décrit lui même comme un Robin des bois. Il annonce alors qu’il va se lancer dans une carrière de pilote de course ! Il n’en sera rien, mais Dubourg fera encore parler de lui dans les années 90 en déposant plainte suite à la parution d’un livre relatant ses exploits.
Aujourd’hui, personne n’a su me dire si le James Bond de la goutte était toujours de notre monde. Mais la légende elle est bien vivante. Une légende qu’on se transmet de père en fils, ou qu’on pourra entendre le vendredi soir au Longchamp.

Nicolas Laperruque





A PLUS ;)
I'll-be-back le lun 6 juil à 23:37
M'ouais. Ou comment faire passer une petite frappe sans envergure pour un héros à la Robin des bois...
Reste l'évocation des DS... que je préfère au naturel et mieux fréquentées !...:)


(du Net)
Dernière édition le 06/07/2020 à 23:40 par I'll-be-back, édité 1 fois
lesbellesauto le mar 7 juil à 17:58
Bonjour à tous ;)

Citation de l'll-be-back :

« M'ouais. Ou comment faire passer une petite frappe sans envergure pour un héros à la Robin des bois...
Reste l'évocation des DS... que je préfère au naturel et mieux fréquentées !...:) »


Tout à fait d'accord avec toi Pascal ;)

Et dans la même veine si j'ose dire ...........

Cher : 5 kg d’héroïne retrouvés dans une Citroën DS de collection

La marchandise était dissimulée dans une cache située au niveau du pare-chocs arrière de la voiture


https://www.20minutes.fr/faits_divers/2807639-20200625-cher-cinq-kilos-heroine-retrouves-citroen-ds-collection

Un jeune homme de 25 ans a été interpellé ce mardi à la suite d’un contrôle douanier à Vierzon (Cher) en possession d’un peu plus de 5 kg d’héroïne cachés dans son véhicule, rapporte Le Berry Républicain. Placé en garde à vue, le jeune homme a été présenté en comparution immédiate, le lendemain, au tribunal correctionnel de Bourges. Il a demandé un délai pour préparer sa défense : une nouvelle audience a été fixée le 20 juillet.

C’est au niveau du péage entre l'A71 et l'A20 qu’il a été contrôlé, seul, au volant d’une Citroën DS. Ce véhicule de collection est pourvu d’une trappe dans son coffre, « aménagée dans le pare-chocs arrière », relate le quotidien. C’est à cet endroit que les douaniers ont mis la main sur six « pains » d’héroïne brune, ce qui pèse un peu plus de 5 kg.

Lors de sa garde à vue, le prévenu a gardé le silence. Les enquêteurs n’ont pas pu établir s’il s’agissait de sa voiture, d’où il venait et quelle était sa destination. Il a également refusé le déverrouillage de son téléphone et a affirmé ne pas savoir qu’il transportait de la drogue.

Ce jeune homme, qui vit chez ses parents dans le nord de la France, est père de deux jeunes enfants. Onze condamnations figurent dans son casier. Alors que son avocat demandait un placement sous contrôle judiciaire, les juges ont décidé de le maintenir en détention provisoire.

:( :(
lesbellesauto le mar 7 juil à 19:29
https://www.autotitre.com/forum/Voitures-francaises-aux-Etats-Unis-64679p10.htm#r39 (Voitures françaises aux États-Unis - Page 10 - Auto titre)

Citation de rNou :

« »


Splendide :love: :love: :love:
lesbellesauto le mer 8 juil à 17:53
Bonjour à tous ;)

Aujourd'hui un regard sur une exposition de 2017.............:)

Marçon Classic 2017 :love:





....









....







A PLUS ;)
Renault62 le mer 8 juil à 18:14
Bonjour,
Un petit souvenir de la Traversée de Paris en juillet 2018
A bientôt

lesbellesauto le jeu 9 juil à 17:49
Bonjour à tous ;)

Renault62 :good: :good:

Pour nous à partir de : 1mn25
https://www.youtube.com/watch?time_continue=94&v=l_VnCtzZE4Q&feature=emb_logo
YouTube 2:39
Citroen DS5 - Bastille Day

& la photo (du net) du jour ;)



;) ;)
I'll-be-back le ven 10 juil à 22:20
Citation de protecmauriac :
« Une petite ancienne du SAMU d'Aurillac

»
christianL le sam 11 juil à 15:44
Citation de I'll-be-back :
«
Citation de protecmauriac :
« Une petite ancienne du SAMU d'Aurillac

»
»


@I'll-be-back : Bonjour. Une DS23, grande ambulance Médicalisée Currus "CD250". (120 unités construites)
Dernière édition le 11/07/2020 à 15:45 par christianL, édité 1 fois
I'll-be-back le sam 11 juil à 16:47
Merci ChristianL pour cette précision. DS 23, ça ne rigole plus...:good:
HLG le sam 11 juil à 21:24
Vol Varig 820

11 juillet 1973

I'll-be-back le sam 11 juil à 23:24
Impressionnant !...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_Varig_820 (Vol Varig 820 — Wikipédia)
Dernière édition le 11/07/2020 à 23:26 par I'll-be-back, édité 1 fois
lesbellesauto le dim 12 juil à 06:46
Bonjour à tous ;)

https://www.youtube.com/watch?v=XQyPvEWmfmY&feature=youtu.be
YouTube 6:23
Citroën DS - L'histoire de la Déesse de la Route
lesbellesauto le dim 12 juil à 07:34
Melbourne French Car Festival 2006 ;)



Bon dimanche à tous ;)
christianL le dim 12 juil à 15:59
Citation de HLG :
« Vol Varig 820

11 juillet 1973

»


@HLG : Bonjour. Nonobstant le caractère dramatique de la scène, on voit la prévalence de la DS ambulance à l'époque, partagée ici avec les breaks 504. Sur cette photo, apparemment pas de grandes Currus médicalisées CD 240 ou 250, mais des DS partagées entre les "cliniques" généralement préparées chez Carrier pour Citroën (elles conservent la galerie de toit) et les "médicalisées" avec leur rehausse - ici je ne vois que des Currus, caractérisées par leur partie translucide latérale sur la rehausse.
Beaucoup de breaks 504 aussi, donc, des "normalisées" avec la rehausse ou des "cliniques" (on voit des 404 aussi) avec le toit plat - proposées au catalogue par Heuliez, en principe. Je passe sur les Combi VW, et les HY, J7, Transit même des SP. En bas à droite, une ambulance sur base break Opel Rekord...
I'll-be-back le dim 12 juil à 16:30
Avec 11 survivants, la grande majorité est repartie à vide...:/
christianL le dim 12 juil à 17:19
@I'll-be-back : Bonjour ! Pas certain qu'elles soient reparties à vide... D'une part, on était pas loin des morgues des hôpitaux Parisiens, les passagers sont décédés d'asphyxie, et enfin, à l'époque, il n'était pas si rare que les transports de corps se fassent par le biais d''ambulances normalement affectées au transport sanitaire - fut-ce sur de longues distances. La règlementation a naturellement bien changé depuis...
Sur la photo, en haut à gauche, on distingue aussi un break D ORTF devant 2 R16 orange "Europe1".
Dernière édition le 12/07/2020 à 17:35 par christianL, édité 2 fois
I'll-be-back le dim 12 juil à 18:11
Et le périmètre de sécurité est tenu bien plus loin par les forces de l'ordre dont on ne discerne malheureusement pas les véhicules...
christianL le dim 12 juil à 18:51
Citation de I'll-be-back :
« Et le périmètre de sécurité est tenu bien plus loin par les forces de l'ordre dont on ne discerne malheureusement pas les véhicules... »


@I'll-be-back : Derrière les arbres au Nord, on distingue notamment en zoomant (fort) un Saviem SG3 Aérazur des CRS... A gauche du même endroit, il y a plusieurs BMW R60-5 (Gendarmerie avec les plaques dessus le pare-boue AV), probablement vu l'année.
Dernière édition le 12/07/2020 à 18:52 par christianL, édité 1 fois
I'll-be-back le dim 12 juil à 18:53
Oui, j'avais bien vu. Mais c'est guère exploitable comme images...
bedpp le dim 12 juil à 20:48
Citation de christianL :
« @I'll-be-back : Bonjour ! Pas certain qu'elles soient reparties à vide... D'une part, on était pas loin des morgues des hôpitaux Parisiens, les passagers sont décédés d'asphyxie, et enfin, à l'époque, il n'était pas si rare que les transports de corps se fassent par le biais d''ambulances normalement affectées au transport sanitaire - fut-ce sur de longues distances. La réglementation a naturellement bien changé depuis...
... »


@christianL

De même sur les véhicules ''police secours '' qui effectuaient des transport de personnes DCD ( dans d'autres circonstances même accidentelle ) pour en avoir fait :bad: .
christianL :) SG4 ou 5 Aérazur pas SG3
christianL le dim 12 juil à 21:56
@bedpp : Salut !! SG 4 ou 5. Ok merci, je ferai décidément toujours la confusion. Pour les transports dcd par ds sanitaire parfois sur longue distance, je suis sûr, j'avais un oncle qui était ambulancier privé comme ça se faisait à l'époque, avant la réglementation. - je pense le décret du 27 mars 1973 sur les transports sanitaires privés, mais qui n'était pas d'application immédiate. Et sans accompagnateur dans la D puis la DS "clinique"...
Bonne soirée à toi.
Dernière édition le 12/07/2020 à 21:58 par christianL, édité 1 fois
lesbellesauto le lun 13 juil à 17:07
Bonjour à tous ;)

Voici encore des photos trouvées sur le net de la belle DS en Australie :love:



http://heinkelscooter.blogspot.com/2015/10/french-car-day-perth-2015.html (Heinkel Scooter Project: French Car Day, Perth 2015)





;) ;)
Renault62 le lun 13 juil à 17:44
Merci pour ces belles photos.
Les Australiens sont des gens formidables, cool, très serviables et beaucoup adorent la France sauf lors des matchs de rugby. Mais respect !
I'll-be-back le lun 13 juil à 19:10
Un peu d'esthétisme bon chic bon genre... senteurs "bois et forêts"...

lesbellesauto le mar 14 juil à 20:41
Bonsoir à tous ;)

Sortons du "sous bois automnal" posté par Pascal pour nous ouvrir à un grand moment de lecture avec ce lien que je viens de trouver qui traite en long,en large et en travers du "Citroën" des années 50 aux années 70.............Une pépite :oh: :love:

http://le-grenier-estipallas.blogspot.com/ (Le Grenier du Docteur Estipallas)

en voici deux photos


Bonne lecture (sans oublier les photos) à tous

;) ;)
mura03 le mar 14 juil à 22:42
rencontre aujourd'hui 14 juillet 2020


lesbellesauto le mar 14 juil à 22:42
mura03 ,merci :good: :good:

Histoire de rester dans l'esprit de mon dernier post voici une source iconographique sur les usines Citroën

https://www.facebook.com/Citroen.Cassics.DS123/photos/?tab=album&album_id=345857679084827 (Citroēn Classics DS 1-2-3 - Photos | Facebook)

;) ;)

Dernière édition le 14/07/2020 à 22:44 par lesbellesauto, édité 1 fois
lesbellesauto le mar 14 juil à 23:31


Le 24 juin 2017 à 16h42

Asnières : La mythique DS, marraine du nouveau parc urbain



Asnières, ce samedi. Grace à Alain Thuret, président de l’Amicale Citroën et DS France et Xavier Crespi, directeur général d’Aventure Peugeot Citroën PS, un petit tour à bord de ces voitures de légende était proposé à ceux qui voulaient explorer les sept hectares du site. LP/D.L

L'ancien site PSA, à Asnières, n'oublie rien de son glorieux passé industriel. La preuve ce samedi avec l'inauguration du parc urbain créé au coeur du nouveau quartier d'affaires en cours d'aménagement sur cette friche industrielle fermée depuis 2009.

Un parc baptisé « parc de la DS » en hommage à la mythique voiture de la marque au Chevron. « Beaucoup l'ignorent mais c'est ici, à Asnières, qu'étaient fabriquées et usinées les suspensions hydrauliques de la fameuse berline, relève Alain Thuret, président de l'Amicale Citroën et DS France. A l'époque, cette usine était un fleuron technologique. Plus de 1500 personnes y travaillaient... »

Et ces fameuses suspensions hydrauliques, le public a pu les tester. Pour l'occasion, sept DS ont en effet été stationnées sous les arcanes de béton de l'ancienne halle, sauvée en 2014 par l'Association des amis du château et du vieil Asnières. Un petit tour à bord de ces voitures de légende était proposé à ceux qui voulaient explorer les sept hectares du site.

;) ;)
lesbellesauto le jeu 16 juil à 15:31
Bonjour à tous ;)

Aujourd'hui direction la Hollande ;)

Citroën : La marque française la plus néerlandaise

http://meinamsterdam.nl/Citroen-marque-francaise-neerlandaise (Citroën : La marque française la plus néerlandaise)

Quand André Citroen devient André Citroën

André Gustave Citroën, plus communément appelé André Citroën, est souvent présenté comme un entrepreneur français, né à Paris en 1878 et mort en 1935 après avoir fait polytechnique et créé l'une des compagnie automobile des plus renommées au monde. Ce que l'on sait moins c'est qu'André Citroën est le fils d'un diamantaire néerlandais qui a émigré à Paris cinq ans avant la naissance de son fils André. Ce père s'appelle alors Lévie Citroen.

Les juif des Pays-Bas ont commencé à porter des noms de famille à la suite de l'invasion napoléonienne. de ce pays. Tous les citoyens bataves (même les juifs donc) avaient alors accès à l'état civil. L’aïeul d'André Citroën ont choisit Limoenman qui signifie homme-citron, limoen étant une variété de citron. Le nom est ensuite devenu Citroen au fil des générations.

Citroen se prononce «citroune» en néerlandais mais lorsque la famille émigre en France, la prononciation devient différente et l'orthographe ne permet pas de savoir comment on appelait cette famille dans le quartier. C'est André lui même qui a ajouté le tréma sur son nom, lors de son inscription au lycée. Le problème de prononciation est tranché une fois pour toute, ce sera «cirtoêne».

L'avantage du choix du tréma est qu'il fonctionne aussi en néerlandais. En effet, les néerlandais utilisent les doubles consones pour former de nouveaux sons mais si mot comprend deux voyelles qui doivent se prononcer séparément, ils ajoutent un tréma sur la seconde. C'est le cas de nombreux mots d'origine étrangère comme conciërge, egoïsme ou coördinatie pour ne citer que les mots d'origine française.

Du coup, CITROËN se prononce exactement de la même manière en France et aux Pays-Bas et ce malgré qu'il fut un mot néerlandais à l'origine.

La Déesse des Pays-Bas

De 1955 à 1975, pendant les 20 ans qu'elle ont été produites la DS est sa petite sœur l'ID ont parcouru les routes du monde entier avec leur ligne unique et leur fameuse suspension hydraulique qui a fait la réputation de Citroën. Les néerlandais n'ont pas réellement adopté cette voiture hors norme. À l'époque c'était plutôt la voiture des stars et des présidents français, la voiture de Fantômas, du Samouraï et du Général de Gaulle. Ce n'est que par la suite, quand cette grande routière, n'était plus produite que les néerlandais ont commencé à la collectionner.

Le directeur de Citroën Pays Bas aime raconter que c'est en commençant à acheter des propriétés dans la campagne française que les hollandais ont découvert ces voitures, prenant la poussière dans une vieille grange à foin. Il aime ajouter qu'il y a aujourd'hui plus de DS roulantes aux Pays Bas qu'il ne s'en est vendu pendant la durée de vie du modèle. Ces allégations sont difficiles à vérifier mais elle ajoute à la légende qui lie cette voiture bombée et ce pays plat. La DS a reçu de nombre petits noms selon les pays les bataves ne dérogent pas à la règle avec des comparaisons qu'on n'utilisait pas en France. Ici, on parle de brochet (snoek) en référence au long bec à l'avant de la voiture ou de fer à repasser (strijkijzer) qui fait porter la comparaison sur la proximité de la caisse avec le sol quand la voiture est en stationnement.



Brochets ou fer à repasser, ce qui est certain c'est que les nombreuses DS encore garées dans la rue à Amsterdam étonnent plus d'un visiteur !

Les propriétaires de vieilles voiture doivent en prendre soin et il n'est pas toujours facile de trouver des pièces et des garages qui acceptent de les réparer. C'est pour cela que les clubs automobiles consacrés se sont créés. Ce n'est pas propre aux PaysBas, mais le Citroën ID/DS Club Nederland, celui qui regroupe les heureux propriétaires de cette automobile de légende revendique quand même 3500 membres. Le club a son site et son magazine, un mensuel de 80 pages qui parait depuis 1978 et au nom français : La Bombe. La boucle est bouclée.



;) ;)

Dernière édition le 16/07/2020 à 15:35 par lesbellesauto, édité 1 fois
lesbellesauto le ven 17 juil à 11:05
Bonjour à tous ;)

Article sur une ID 20 F de 1974 dans le LVA du 16 juillet.

I'll-be-back le ven 17 juil à 15:58
:good: :good: :good:
lesbellesauto le sam 18 juil à 14:39
La boîte à archives du REPUBLICAIN-LORRAIN



https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2015/10/07/la-citroen-ds-a-60-ans (La boîte à archives du RL | Citroën DS, les lignes de la passion)

Citroën DS, les lignes de la passion

Toujours mythique, la Citroën DS ! Dévoilée pour la première fois il y a 60 ans au Salon de l'Auto le 6 octobre 1955, la nouvelle traction de Citroën fait sensation, avec sa gueule de squale et sa centrale hydraulique. En 20 ans, la DS a inscrit des lignes éternelles et suscité une passion qui n'a jamais faibli. De son attraction universelle à son "Temple" de Morsbach et à son Idéale DS Lorraine, suivez le mythe dans notre "Boîte à archives".



Et voici la nouvelle traction
Hier, avant l’ouverture tant attendue du 42e Salon de l’Auto, Citroën a enfin dévoilé le résultat des dix dernières années de recherches et de travaux qui ont abouti à la naissance de sa nouvelle 11 CV, révolutionnaire.

[Républicain Lorrain du 6 octobre 1955] Dans le cadre de son magasin d’exposition des Champs-Elysées, le constructeur du quai de Javel a présenté une voiture à carrosserie monocoque soudée, dont la ligne moderne marque une totale transformation de l’aspect auquel nous étions habitués depuis 1934. C’est la carrosserie absolument inédite de la DS 19 qui caractérise au premier chef la nouvelle Citroën. Particulièrement fastueuse, c’est une cinq places, deux personnes à l’avant et trois à l’arrière, dont la principale originalité est son toit en matière plastique. Les sièges avant sont transformables en couchettes comme chez Peugeot. La visibilité, portée à son maximum, est assurée par un pare-brise panoramique trapézoïdal et une large lunette arrière se complète de grandes vitres latérales.

Le capot, plongeant harmonieusement et sans brutalité, se signale par l’absence totale de calandre, le refroidissement du moteur étant effectué par une entrée d’air allongée, située sous le pare-choc. Les roues avant sont dégagées, tandis que les roues arrière disparaissent aux trois-quarts sous leurs ailes, épousant le mouvement d’un vaste coffre à bagages de 500 cm3. Le réservoir d’essence se trouve sous la banquette arrière pour laisser davantage de place aux bagages. La colonne de direction en plastique supportant le volant a disparu. Un volant souple et à une seule branche sort directement du tableau de bord.

La voiture dispose de deux pédales de freins, au lieu d’une. Celle de droite, qui agit sur les quatre roues, est à transmission hydraulique ; celle de gauche, mécanique agit seulement les roues avant, un dispositif commandé à la main permettant de le verrouiller à l’arrêt en cas de besoin. Embrayage, accélération et freinage sont commandés par une sorte de centrale hydraulique, la vitesse étant sélectionnée automatiquement. Bien entendu et comme prévu, la suspension oléopneumatique existe sur les quatre roues.

Sacrifiant à la mode, Citroën offre à la clientèle quatre modèles de carrosserie bicolores, indépendamment de la teinte noire. Le moteur a quatre cylindres de 1 911 cm3 développant 75 CV à 4 500 tours-minute, bien que d’une puissance fiscale de 11 CV, seulement. Il est doté d’un carburateur Compound à deux corps permettant de réaliser une vitesse maxima de 140 km/h.

[Républicain Lorrain du 6 octobre 1955]


La nouvelle Citroën, attraction du 42e Salon de l'auto
Assaillies par la foule, les portes du Grand Palais se sont ouvertes hier matin à 9 heures pour donner accès au 42e Salon de l'Auto, dont l'événement majeur est la sortie de la nouvelle Citroën présentée la veille "à bureau fermé" à la Presse.

[Républicain Lorrain du 7 octobre 1955] Six kilomètres de tubes et 9 000 ampoules électriques, lesquelles déversent leur clarté par un serpent lumineux de 85 mètres de long sur les stands des 1 350 exposants, parmi lesquels se trouvent les représentants de 16 nations étrangères. Sur le plateau, entourées de balustrade plus ou moins élégantes, les voitures les plus remarquables tournent doucement, longuement admirées. La nouvelle 11 CV Citroën cristallise la curiosité. Dès le premier jour, des milliers de personnes se sont précipitées au Salon, impatientes de voir enfin de près la fameuse surprise tant annoncée et tant attendue, prenant d'assaut le stand sur lequel se trouve la 11 CV ivoire à pois noirs dont le profil particulièrement étudié répond à toutes les exigences d'une voiture moderne.

Beaucoup de curiosité sans doute de la plupart de ceux qui envahissent ainsi le plateau de la dernière née de Citröen, dont l'enfantement fut si laborieux. Son prix de 930 000 F [anciens, ndlr] va limiter sérieusement le nombre des acheteurs. Malgré tous les perfectionnements offerts, il faut cependant reconnaître que ce modèle, qui adopte quantité de formules jusqu'ici réservées à des voitures hors série, mérite d'obtenir le succès que connut jadis la première traction avant lancée par ce grand constructeur. La nouvelle Citröen est incontestablement la principale et la grande attraction du 42e Salon. Avec sa centrale hydraulique qui agit sur la suspension, les freins, l'embrayage, le changement de vitesse, la servo-direction. Reste à savoir la position qu'elle prendra vis à vis de la concurrence dont les voitures, sans être aussi perfectionnées, donnent satisfaction aux usagers et coûtent moins cher.

Article signé Jean de Nordeck [Républicain Lorrain du 7 octobre 1955]


Sur les routes de Provence avec la DS à injection électronique
Ce jour-là, nous étions dix. Dix journalistes invités par la société Citroën à essayer la nouvelle DS 21 à injection électronique sur les routes pittoresques de l’arrière-pays provençal. Citroën avait accepté de jouer le jeu. Pas de conseiller technique ou de mécanicien à bord du véhicule, pas de trajet imposé, mais un itinéraire suggéré. Bref, la liberté totale, sans restrictions, la liberté qui permet de dépouiller une voiture de tous ses artifices et de lui faire subir les pires contraintes sans être freiné par l’œil glacé et inquisiteur d’un accompagnateur-maison.

[Républicain Lorrain du 10 septembre 1969] Citroën avait choisi à dessein la région de Vence pour son échantillonnage de routes, qui vont du petit itinéraire sauvage et tortueux jusqu’aux voies rapides de l’autoroute de l’Esterel, mais aussi pour l’immuable ciel bleu dont bénéficie la Provence. On nous confia d’abord la dernière-née de "Autobianchi", la A-111, mais l’après-midi, le château Saint-Martin, situé à la sortie nord de Vence, devint notre base opérationnelle, et c’est au milieu des oliviers et des bouquets de lavande que les techniciens de Citroën me mirent entre les mains la "DS spéciale", qui remplace l’ID 19.

En fait, le galop d’essai d’une quarantaine de kilomètres que je fis avec la Spéciale n’avait pas d’autre but que de me faire apprécier la DS 21 à injection électronique avec laquelle je devais ensuite effectuer un parcours rapide d’environ 90 km. Cette nouvelle DS 21 n’est pas la voiture de tout le monde pour l’excellente raison que son prix n’est pas à la portée de toutes les bourses et que sa puissance lui fait une obligation d’être utilisée par de gros consommateurs de kilomètres et non par la dame-qui-fait-du-shopping-et-veut-se-garer-facilement. Malgré sa finition, la DS à injection n’est pas une voiture de prestige, c’est une "efficace" en ce sens qu’il s’agit d’une mécanique à la fois souple et vigoureuse dont aucun détail n’a été laissé au hasard.

Un technicien de Citroën m’a parlé du système d’injection : « Nous avons constaté que dans l’état actuel des techniques, le système allemand Bosch était de loin supérieur aux autres et nous l’avons adopté ».

- Et ce fameux ordinateur, quel rôle joue-t-il ?
- « C’est un procédé qui, appliqué pour la première fois à une voiture française en série, diffère de l’injection classique par l’adjonction d’un calculateur électronique qui dose avec exactitude la quantité de carburant à injecter dans chaque cylindre. L’ordinateur reçoit des informations transmises par impulsions sur la vitesse, la charge, l’accélération désirée, la pression atmosphérique, etc…, et calcule aussitôt le temps d’ouverture des injecteurs ».

- Mais quels sont les avantages réels ?
- « Augmentation de plus de 20 % de la puissance et vitesse plus élevée, pas d’à-coups à bas régime, grosse économie de carburant et pollution atmosphérique insignifiante puisque nous réalisons, grâce à l’électronique, la composition idéale du mélange air-essence ».

- Et l’usure ? Les réparations vont coûter les yeux de la tête.
- « Tous les appareils sont plombés et il n’y a pas d’usure puisque aucune pièce ne travaille. Les circuits imprimés et les transistors du calculateur électronique ne souffrent pas plus du temps qu’un récepteur de radio ».

Accélérations dociles

Mais il était temps de prendre la route et, après avoir traversé sagement Saint-Paul-de-Vence perché sur sa colline, puis Cagnes encombré par les derniers estivants, je pris la direction de Grasse. La fluidité de la circulation me permet de pousser le véhicule dans les virages et de constater que le passage des vitesses était harmonieux et que la docilité de l’accélération permettait de doubler sur coute distance grâce à la puissance emmagasinée sous le capot. Dans la traversée de Grasse, j’enregistrai quelques soubresauts aux feux tricolores, mais ils étaient dus autant à l’embrayage qu’à mon inexpérience de la voiture. Elle m’a paru cependant assez lente au démarrage, ce qui est tout de même désagréable en ville. On doit également se méfier du gros bouton de frein qui remplace la pédale classique car il est d’une sensibilité extrême. Par contre, un bon point aux nouveaux pneumatiques qui, par leur largeur, donnent une assise incroyable à la DS, laquelle, malmenée volontairement, n’a pas bronché un seul instant.

Une "Anglaise"… dégoutée !

Sur l’autoroute de l’Esterel, j’ai songé à "La Fête" du défunt Roger Vaillant, en apercevant dans le rétroviseur une "Anglaise" au profil bas qui, ramassée sur la route, venait de m’envoyer un coup d’avertisseur agressif pour me signaler qu’elle allait se ruer dans le troisième couloir alors que je circulais dans le second à environ 130 à l’heure. Je la laissai s’approcher en hurlant de tous ces cylindres puis, au moment où elle tentait la manœuvre de débordement par l’aile gauche, mon pied pesa sur l’accélérateur et la DS sans heurt, me laissant une constante impression de sécurité, monta sans effort à 180 km/heure, digérant son kilomètre en moins de temps qu’il n’en faut pour casser une noisette. Dans le rétro, je vis la petite "Anglaise" qui, dégoutée, revenait sagement dans le couloir central et renonçait à ses ambitions… L’essai était concluant.

Dix minutes plus tard, le pompiste de service au château Saint-Martin complétait le plein de ma DS à injection et me donnait la consommation : 10 litres aux 100 km après un circuit de 85 km, dont 22 d’autoroute. C’est peut-être une des meilleures raisons pour considérer que la DS 21 à injection électronique est un excellent matériel d’exportation et une routière que les Français qui en ont l’utilisation apprécieront.

Article signé Roger Bruge [Républicain Lorrain du 10 septembre 1969]

A SUIVRE ;)
I'll-be-back le sam 18 juil à 15:49
Excellent, cet article du Républicain Lorrain !...
J'aime bien l'anecdote avec l'anglaise dans le rétro...:D :good:
Et il est vrai qu'une DS 21 ou 23 injection, c'était pas rien !...


(Bancs d'essai de l'Auto-Journal)
Dernière édition le 18/07/2020 à 15:51 par I'll-be-back, édité 1 fois
Renault62 le sam 18 juil à 16:41
Bonjour,
Une photo que j'ai eu le bonheur de prendre vendredi 17 juillet 2020.
Quelle ligne ! Quelle beauté !
Une voiture ? Non, une œuvre d'art.
Amitiés.

I'll-be-back le sam 18 juil à 23:16
Quelques profils...





Deville70 le sam 18 juil à 23:25
Va falloir agrandir le garage... Après la CX et la 505, la DS... Du coup, aussi une 504 pour équilibrer! :D

Ah, je me fais du mal...
lesbellesauto le dim 19 juil à 22:38
Bonsoir à tous;)

Pascal :good: :good:

Renault62 :good: :good: peux-tu nous en dire plus sur ce cabriolet :?:

Suite des articles postés hier ;)



https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2015/10/07/la-citroen-ds-a-60-ans (La boîte à archives du RL | Citroën DS, les lignes de la passion)



La DS, c’est fini
L’usine de Metz ne sera pas touchée
On s’y attendait depuis quelque temps, mais cette fois, Citroën vient de le confirmer : la fabrication de la DS est arrêtée. La 1 415 719e DS construite dans les usines du quai de Javel a quitté la chaîne la semaine dernière.

[Républicain Lorrain du 8 mai 1975] La DS avait été présentée pour la première fois au public au Salon de Paris de 1955. Elle succédait à la célèbre "traction avant" qui a fait le bonheur de milliers d’automobilistes… et des réalisateurs de films de gangsters. Jamais peut-être une voiture ne fut aussi critiquée que la DS "à la gueule de squale" et pourtant elle connut un tel succès qu’au début de sa fabrication, les délais de livraison atteignirent quinze mois.

Vingt ans ont passé et la crise de l’énergie est venue perturber la marche de l’automobile. Chose curieuse, c’est une autre Citroën, la CX-2000, qui semble avoir porté le coup de grâce à la DS. En effet, alors que 2 100 DS seulement ont été immatriculées pour le premier trimestre 1975, 13 000 CX ont été vendues pendant la même période.

Quelles sont les incidences de cet arrêt de fabrication sur l’usine Citroën de Metz [inaugurée en 1970, ndlr] où l’on fabriquait non pas les boîtes de vitesses de DS, mais seulement les trois pièces suivantes : le carter, l’ébauche des pignons (premier usinage) et le couple conique ? Citroën Metz ne souffrira pas de la disparition de la DS car les trois pièces dont nous venons de parler sont également utilisées pour les boîtes du C 135, le véhicule utilitaire créé en collaboration avec Fiat, à l’époque où l’on parlait d’un mariage durable avec la firme de Turin. Il est donc possible que le nombre de pièces fabriquées à Metz (carter, pignons et couple) s’inscrive en diminution, mais cela ne risque pas de perturber l’usine de Metz qui, bien au contraire, poursuit son essor.

En effet, la boîte de vitesses de la 2 CV, dont seules quelques pièces étaient fabriquées à Metz, est depuis quelques mois entièrement usinée et montée en Moselle. De plus, la boîte de la CX étant également fabriquée à Metz, cette chaîne suit le rythme des ventes de véhicules. Or 410 CX sortent chaque jour des chaînes et l’on atteindra certainement 440 le mois prochain. C’est peut-être ce qui explique pourquoi la direction du personnel de l’usine de Metz a entrouvert - nous disons bien entrouvert - la porte des offres d’emploi, ceci par le truchement de l’Agence Nationale pour l’Emploi. Les chiffres sont tout de même significatifs : effectifs de l’usine de Metz en juin 74 : 2 500 salariés ; aujourd’hui : 2 700. L’économie mosellane ne se plaindra pas d’une augmentation des ventes de la CX.

Article signé Roger Bruge [Républicain Lorrain du 8 mai 1975]

A SUIVRE ;)
Deville70 le lun 20 juil à 05:46
Les choses ont bien changé en matière d' évolution automobile... Un modèle pouvait durer pour 15 ou 20 ans de production.

Aujourd' hui, c' est le bout du monde si ça dure 5 ans, à force de renouvellement pour rendre un modèle "obsolète".
RAY2285 le lun 20 juil à 07:57
Ola

Publicité d'une ancienne revue AUTO JOURNAL de 1960....

lesbellesauto le lun 20 juil à 12:24
Bonjour à tous et merci pour vos posts :good: ;)

Suite du feuilleton d'anciens articles du REPUBLICAIN-LORRAIN ;)



https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2015/10/07/la-citroen-ds-a-60-ans (La boîte à archives du RL | Citroën DS, les lignes de la passion)


Lucien Schmitt continue à faire rouler les DS
Les DS n’ont pas de secret pour lui. Dans son garage de Morsbach, baptisé "Au temple de la DS", Lucien Schmitt restaure et répare cette voiture qu’il vénère depuis toujours : « Elle est unique et irremplaçable ».

[Républicain Lorrain du 6 janvier 1995] Devant le garage, un alignement de belles automobiles. Rien que des DS. « J’ai eu le coup de foudre pour cette voiture quand j’avais 10 ans. J’avais un oncle qui avait un garage Citroën et je fouinais toujours chez lui ». En 1955, lorsque sort la première DS, Lucien Schmitt tombe amoureux. Un amour fidèle et sans faille lie depuis cet homme de 48 ans à cette automobile, dont la fabrication s’est arrêtée en 1975. Installé à Morsbach depuis 15 ans maintenant, il a baptisé son garage "Au temple de la DS". C’est là qu’il répare et restaure les DS que viennent lui confier ses clients, tous amoureux comme lui de « cette voiture extraordinaire ».

Les gens viennent de partout, des quatre coins de France mais aussi d’Allemagne, de Belgique, du Luxembourg et de Hollande. « Avec le fromage, c’est l’autre pays de la DS après la France », raconte-t-il. Ils ne sont guère nombreux en France à se consacrer exclusivement à la restauration de la DS. « Peut-être 3 ou 4 ». Ses clients, des habitués de tous les âges, mais aussi des nouveaux venus, lui demandent d’entretenir leurs voitures. Il lui arrive parfois de devoir les restaurer complètement : « Dans ma carrière, j’ai dû refaire une quarantaine de DS ». La mécanique, Lucien Schmitt adore cela. Mais soulever le capot d’une DS et plonger ses mains dans le moteur, c’est vraiment le paradis.

De la classe

Mais enfin qu’a-t-elle donc de plus que les autres ? « Quand elle est sortie, elle était complètement révolutionnaire car c’était la première voiture hydraulique. Elle a un confort encore aujourd’hui inégalé, elle est fiable, elle a un moteur qui ne casse jamais » répond le garagiste. A ses côtés, un client renchérit : « C’est un véhicule exceptionnel qui a toujours gardé une certaine classe. Elle provoque un engouement. J’ai toujours acheté des DS jusqu’en 75, après je suis passé à la CX, à la XM, et maintenant je vais prendre une Xantia ». Ce fidèle de Citroën reconnaît pourtant qu’il n’a jamais retrouvé les qualités de la DS dans les véhicules qui ont suivi : « si la fabrication n’avait pas arrêté, j’aurai continué de rouler en DS ». Pour le plaisir, il en garde une qu’il bichonne dans son garage et qu’il sort de temps en temps. Son fils de 30 ans en possède une lui aussi.

Toute une vie

« C’est une voiture de collection » explique Lucien Schmitt. « Aujourd’hui une DS, suivant son état et le modèle, s’achète entre 30 000 et 100 000 F, cela peut aller jusqu’à 250 000 F pour un cabriolet ». Lui ne vend pas : « Je suis là pour faire revivre la DS et continuer à la faire rouler, pas pour faire du commerce ». Lucien Schmitt est également le vice-président d’un club d’amateurs de DS. « Il réunit une cinquantaine de personnes, tous les amoureux de la DS en Lorraine ». Le garagiste morsbachois reconnaît que cette automobile, « un mythe, un objet de culte », c’est toute sa vie.

Depuis plus de 25 ans, il roule en DS, la voiture des présidents et des ministres « et je roulerai jusqu’au bout » jure-t-il, montrant fièrement du doigt sa voiture personnelle, une superbe DS noire, garée devant le garage. D’ailleurs pour rien au monde, son épouse ne l’échangerait pour une voiture neuve : « J’ai trop l’habitude ». Chez les Schmitt, on se marie aussi en DS : « C’est la voiture qui emmène les mariés à l’église. Nos deux filles ont eu droit à un cortège en DS, dont l’une avec 40 voitures de collection. Nous avions réuni tous nos amis ». Il leur reste le fils à marier. « Lui aussi, il y aura droit ! ».

https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=EvY-xBFVw6I&feature=emb_logo
YouTube 2:41
Cemetery of citroen DS, Friedhof der Göttin, au temple de la DS

Article Josette Briot [Républicain Lorrain du 6 janvier 1995]

A SUIVRE ;) ;)
lesbellesauto le mer 22 juil à 11:12
Bonjour à tous ;)

Suite du feuilleton d'anciens articles du REPUBLICAIN-LORRAIN

https://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2015/10/07/la-citroen-ds-a-60-ans (La boîte à archives du RL | Citroën DS, les lignes de la passion)




De la passion à l’autosatisfaction : Idéale DS Lorraine
Les "IDéalistes" sacrifiaient hier à la DS sur l’autel de pavés de la place d’Armes, à l’ombre de la cathédrale. Cérémonial dominical aussi sobre que généreusement arrosé par le ciel. Sagement alignées, le museau effilé, les yeux en amande, "ID" et "DS" attendaient le signal du départ pour un court périple devant les mener à Pont-à-Mousson et La Madine. Hélas, leurs soupirants alsaciens - de Strasbourg plus précisément - leur avaient, semble-t-il, posé un lapin. Qu’à cela ne tienne, on se retrouvait entre "Citroënistes" mosellans convaincus…

[Républicain Lorrain du 21 avril 1986] Si l’on est prêt à admettre qu’un journaliste de la presse écrite rouille plus vite qu’un bas de caisse, il était nettement plus agréable d’engager la conversation à l’abri devant un expresso fumant qu’entre les gouttes. « Moselle et Meurthe-et-Moselle viennent de se doter, au 1er janvier 86, d’un club "Idéale DS", affilié à la fédération nationale. Nous sommes aujourd’hui 25, mais nous souhaitons voir nos rangs grossier d’amoureux de DS et ID. Nous venons de faire une sortie avec nos amis meurthe-et-mosellans explique M. Delage, l’un des créateurs du club. Nous nous sommes retrouvés à seize voitures, place Carrière. Ca ne manquait pas d’allure. Nous sommes tous des grands nostalgiques d’un art de conduite, de locomotion ».

Un art, une philosophie qui les fait se retrouver tous les mois pour parler des occasions intéressantes qu’ils ont découvertes, qu’on leur a signalées, évoquer les échanges de pièces, la restauration des carrosseries, des sièges, la remise en état des moteurs, des parties mécaniques. Quel plaisir de programmer des escapades à faire en groupe sur les routes de France et de Navarre. Tous sont des "fouineurs" irréductibles. Nez au vent, ils flairent la petite annonce, la DS ou l’ID oubliée au fond d’un garage, dans une grange, sous un appentis.... « On trouve encore de ces voitures - parfois sur cales - à des prix intéressants. Souvent à moins de 10 000 F, commente le président du club, M. Maisonneuve. « Je prendrai l’exemple de la mienne : c’est une DS 23 IE, de 1974, que j’ai touchée, impeccable pour 10 000 F. Elle a aujourd’hui 300 000 km et je n’ai jamais eu de gros pépins. Il suffit de savoir l’entretenir régulièrement et très soigneusement ». Thierry Kauffer, de Scy-Chazelles, a découvert quant à lui, une perle de DS de 1957. Grâce aux petites annonces. « Le numéro de téléphone du propriétaire n’était pas complet. J’ai quand même réussi à le retrouver. J’y suis allé et je suis resté avec lui jusqu’à 2 h du matin pour parler de sa DS. Conscient de ma passion, il me l’a cédée et j’ai tout refait moi-même sur la voiture. Depuis, j’ai racheté une ID de 1959».

Place aux sorciers

Lucien Schmitt, garagiste à Morsbach et Farébersviller, est un peu, au même titre que Gérard Letzelter à Metz, le grand sorcier du culte païen des Idéales DS. Le premier cité ne traite même que ce seul sujet. Comme une passion chirurgicale de plonger les mains dans les boyaux entremêlés du ventre de la "bête". Chez François, de Freyming, la DS ou l’ID dans le droit fil de la "Traction" - il possède une superbe 11 C - restera l’orgueil de l’automobile française. Ce collectionneur de meubles anciens, de bibelots, agit avec ses voitures comme avec un salon Louis XV ou une commode Empire. Peut-être même, en mieux… Il a réussi à trouver une DS prestige, dite présidentielle, aménagée par Henri Chapron. Elle a une glace de séparation, une climatisation pour les passagers de l’arrière, une sirène et… dans la boîte à gants un laisser-passer officiel des années 70 ! « Nous sommes plus que des nostalgiques, des automobilistes qui revendiquent un droit à la différence à une époque où toutes les voitures sentent la série à plein nez. L’ennui naquit de l’uniformité. Et nous avons horreur de nous ennuyer… ».

Article signé Richard Bance [Républicain Lorrain du 21 avril 1986]

Bonne journée à tous ;)
lesbellesauto le jeu 23 juil à 09:52
Bonjour à tous ;)



Salon Auto Moto de Dammarie-lès-Lys 2018

Sur le parking ;)





Bonne journée à tous ;)
JB007 le jeu 23 juil à 16:49
Jacques Chirac et les automobiles.

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/en-images-jacques-chirac-et-les-automobiles_676780#animatedModal (En images : Jacques Chirac et les automobiles - Challenges)
christianL le jeu 23 juil à 19:22
@JB007 : Ah j'en ai d'autres ! Ici, notamment : avec Roland Nungesser, à gauche - alors Président du Conseil général du Val de Marne et maire de Nogent - sortant, je crois, du domicile de Georges Pompidou, après son décès. Je dois dire ne pas reconnaitre là, le quai de Béthune...
Ou ici en Mai 68 :
Un balais dans la Cour de l’Élysée :
Un autre :D :
Encore un :D :D :
Le Général arrivant pour entrer par la grille du Coq :
Quand on aime...
Dernière édition le 24/07/2020 à 12:35 par christianL, édité 2 fois
lesbellesauto le ven 24 juil à 13:35
Bonjour à tous;)

christianL :good: :good:

La "DS" ça donne le sourire ............;)

Aujourd'hui des trouvailles du net



et ça peu Voyager très loin...........;)



la preuve : Special event on a special occasion of the Citroen club Netherlands :love: :love:

https://www.youtube.com/watch?v=Ju4x1FC5ZLk
YouTube 3:12
DS Meeting 2014 Veenhuizen Citroen ID19, DS20, DS21, DS23 en DSuper

https://www.youtube.com/watch?v=Le2P_xufm2c
YouTube 4:24
DS meeting with 200+ Citroen ID19, ID20, DS20, DS21, DS23, DSuper, ID Break Familiale

bonne journée à tous ;)
crocoludo le ven 24 juil à 13:57
Rétro essais dans Auto Journal n°958 du 12/05/2016 :



crocoludo le ven 24 juil à 14:05
Deutsche Französisch Qualität...

Dans Motor Klassik du 01/11/2017 :



crocoludo le ven 24 juil à 14:08
So French...

Dans Classic Cars du 01/08/2017 :



crocoludo le sam 25 juil à 05:13
Dans Gazoline n°279 du 01/08/2020 :

Auteur : avec
 Page précédente    1    2      34    35    36    37    38    39    40    41     42     43   Page suivante 
Citroën DS ›   Actualité  Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
Citroën ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques   Fiches techniques
AutotitreForum AutoCitroënDSDS & ID   «   42   »»            Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Rendez-vous en bas de la dernière page pour répondre à ce sujet.


Actualité autoBugatti Kia Stonic statistique Land Rover Range Rover Evoque PSA Yamaha Volkswagen Gordon Murray T50 Ford Mustang Audi e-tron prix Land Rover Ford Bronco
MarquesBugatti Kia Land Rover Yamaha Volkswagen Gordon Murray Ford Audi Mercedes Alpine Alfa Romeo Jeep Nissan Toyota Renault Skoda Suzuki BMW
Actuellement, il y a 394 visiteurs en ligne dont 24 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2020 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales