Marche arrière : La Chrysler 300C 5.7 Hemi - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoChrysler300CMarche arrière : La Chrysler 300C 5.7 Hemi           Répondre    
Chrysler 300C ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
 1 
33 messages
2587 vues
Marche arrière : La Chrysler 300C 5.7 Hemi
Autotitre le dim 2 mai à 13:10

Milk Shake et Drive-in
Par Arnaud A. pour Autotitre.com

La seconde guerre mondiale. Elle met un arrêt à la production automobile mondiale.

Une période pendant laquelle des millions de soldats du monde entier se retrouveront en Europe, notamment des américains qui quittent leur continent pour la première fois.

Ils y découvrent l'horreur d'une Grande Guerre, mais également les voitures européennes, surtout anglaises et italiennes, sportives, décapotables, enivrantes.

De retour au pays, ils retrouvent leurs grosses américaines, gorgées de couple, mais lourdes et pataudes.

C'était sans compter sur Briggs Cunningham, un millionnaire de l'époque, amateur de courses de bateaux, qui décide de se mettre à la route.



L'homme voulait redorer le blason de la sportive américaine, qui avait disparu des compétitions quelques décennies auparavant.

En 1950, Cunningham inscrit deux autos aux 24h du Mans, une Cadillac 61 et un prototype de sa conception, pour terminer respectivement dixième et onzième!

De quoi lui donner envie de créer ses propres autos dans des ateliers flambant neufs en Floride.

Cunningham lancera d'abord la Cunningham, un roadster, équipé d'un V8 HEMI Chrysler, puis les C2, C3, C4, C5 et C6. Avec pour seul but, faire gagner une américaine aux 24h du Mans. Il n'y arrivera jamais, cependant, il sèmera le trouble plusieurs années de suite au milieu des armadas d'usine de Mercedes, Ferrari et Jaguar, jusqu'à terminer à la troisième place en 1953, avec sa C5-R.

1955, Chrysler sort la C-300, un coupé de luxe, dont le C est un hommage à Cunningham.

La gamme 300 sera une gamme purement axée sur le luxe et la performance, sorte d'ancêtre des fameuses Muscle Car, et officieusement, première réponse américaine d'après guerre aux sportives européennes.

L'accueil sera bien supérieur aux ventes, nulles.

En 1965, la série s'arrête, pour revenir en 1970, sans le suffixe à une lettre. La Hurst 300 est une 300 bardée de pièces performances de chez Hurst Performance, et sera un échec commercial.

Pire, Chrysler relancera sa série 300 en 1999, avec la Chrysler 300M, une traction dont le plus gros moteur était un V6 de 3.5.

On y reviendra un jour.

Il faudra attendre le rachat (parce que c'est bien de ça qu'il s'agit) de Chrysler par Daimler pour que la 300C redevienne ce qu'elle était, une Américaine avec un A majuscule.

Salon de New York, 2003, le designer Burke Brown nous offre une leçon de design, bien guidé par le marketing de Daimler Chrysler.

Un marketing bien conscient qu'il faut avant tout renouer avec le public américain avant d'envisager performer en Europe.

Il faut faire table rase des années 90, qui ont couté cher aux Big Three, et pour y arriver, Daimler Chrysler décide de revenir aux sources, en piochant allégrement dans les catalogues des années 50 et 60. La Viper a initié le mouvement, il est temps de réancrer Chrysler sur son propre sol.



L'auto reprend les codes du concept car Chrysler Chronos, et c'est tant mieux. Une énorme calandre chromée hommage aux premières C-300, une ligne de caisse droite, une surface vitrée assez faible, surmontée d'un toit bas, faisant presque penser aux Hot Rods américains. Ajoutez à cela des ailes proéminentes abritant des jantes chromées de 18 pouces, une double sortie d'échappement, et des feux typiquement US, et vous avez une auto qui ne laisse pas indifférent.



On peut détester, mais on ne peut pas nier une chose: C'est une Américaine.

A l'intérieur... Aussi.




C'est la douche froide après l'effet wahou de l'extérieur, la planche de bord est banale et les matériaux et les assemblages moyens. Heureusement, la longueur et la largeur de l'engin se ressentent dans les dimensions de celui-ci. C'est généreux, c'est l'Amérique.

On se consolera avec l'équipement complet, et, comme à l'habitude, avec la clim capable de transformer l'habitacle en machine à glaçons.

Pour ne pas se ruiner, Daimler Chrysler décidera de faire reposer l'engin sur une plate forme dite LX , une version dérivée de la LH de la Chrysler 300M, passée en propulsion, avec des vrais morceaux de Mercedes dedans. Des morceaux de Mercedes de la décennie précédente, puisque basés sur la W210 sortie en 1995!

L'usine d'assemblage de la W210 sera démantelée, et tout sera envoyé à Détroit, des robots aux outils à main, en passant par les gabarits de soudage.

Ça laisse un peu d'argent pour la pièce maitresse de l'auto, le retour du bloc hémisphérique sous le capot, ici un 5.7 V8 de 340 chevaux à 5000 tours, et 525Nm à 4000 tours.



Et on ne peut pas dire que ce moteur dispose des dernières technologies.

Bloc fonte avec culasse alu, deux soupapes par cylindre, un seul arbre à came central. La seule coquetterie viendra de l'adaptation du système ZAS de Mercedes, permettant de couper 4 cylindres en cas de faible sollicitation.

Même la boîte est une antique 5G-Tronic Mercedes, assemblée à Détroit avec de l'outil industriel délocalisé.

Et pourtant, cet amas de vieilleries propulse les 1900 kilos de ferraille avec un brio certain.

A peine plus de 6 secondes sur le 0 à 100, un 1000M départ arrêté abattu en 26 secondes, une vitesse de pointe limitée à 250 km/h, et surtout, des reprises infernales, avec un 80 à 120 mini en 3.4 secondes.

Mieux encore, si le V8 émet un son presque quelconque à l'échappement, l'habitacle est bercé par les borborygmes du moteur, et devient carrément une cathédrale baignée de chant divin en kick down.

Pour passer les Nm au sol, Chrysler communiquait sur une suspension avant indépendante inédite. Sur une Chrysler, peut-être, puisqu'il s'agit purement et simplement de triangles superposés et pivot virtuel de Classe E.

Il en va de même pour l'arrière, à une époque ou les essieux rigides disparaissent à peine des catalogues, voici notre Chrysler équipé d'un train arrière multibras, de Mercedes Classe E.

Pour la direction? Une crémaillère de...Mercedes classe E, oui, vous suivez!

On a donc une puissance de E55 AMG W210, sur des pièces de classe E "normale", avec des réglages américains. Dit comme ça, ça ne vend pas du rêve, et derrière le volant, non plus.

Si tout évoque l'Amérique rêvée, la conduite évoque l'Amérique tout court, avec un amortissement beaucoup trop souple, un volant qui tient plus de la barre de bateau que du réel volant, avec un point milieu flou comme il faut, et, pire, des bruits de roulement plutôt présents, à cause des pneus, qui font ce qu'ils peuvent pour passer la puissance au sol.

Avec du 225/60/18, en conduite sportive, on a d'abord la voiture qui se vautre sur ses appuis, et ensuite le flanc du pneu qui crie à l'agonie, avec une mention spéciale au train avant, plus paresseux et moins efficace que Gaston Lagaffe au bureau.

Seule joie, le freinage, particulièrement puissant et endurant.

Même en la conduisant comme un américain, tout en souplesse, elle ne correspond pas à nos attentes d'européens. Sur le réseau secondaire, elle pompe et tangue comme une VAG de la belle époque.

Seul endroit où elle excelle, l'autoroute, calée au régulateur, qui permettra de profiter de l'excellent confort des sièges, de la direction floue, et de la sono Boston Acoustic assez dingue en rendu.



Elle vous le rendra avec une conso proche des 10 litres, presque 50 % inférieure à la conso partout ailleurs.

Et pourtant, aujourd'hui, avec un tarif proche des 10000€, on peut s'offrir un bout d'Amérique, une voiture qui a accompagné le sénateur Obama jusqu'à la présidence, une voiture qui a permis à Chrysler de revenir dans le cœur de la classe ouvrière américaine, avec son prix d'attaque tout doux permis par le recyclage de vieille allemande.



Cette Seat Exeo exotique en offre énormément pour son argent, mais en offre-t-elle assez pour un client européen? Si vous n'avez jamais possédé de grosse berline allemande V8, il y a relativement peu de raison d'être déçu. Elle vous offrira ce que vous en attendrez, de l'exotisme, et un gros V8, le tout agrémenté d'une bonne fiabilité.

Pour les autres, elle sera une source évidente de frustration, la même qui intervient alors qu'on arrive pas à terminer son deuxième Double chesseburger chez Shake Shack lors d'un trip aux Etats Unis. On en a rêvé, on l'a, on aime le gout et l'odeur, mais on bloque sur le manque de finesse et la quantité de gras.




Vous trouverez cet exemplaire en parfait état de conservation chez ABC AUTOMOBILE CHUR

Retrouvez ici tous les "Marche arrière"
Dernière édition le 02/05/2021 à 13:18 par Carpe.diem, édité 1 fois
turbo1980 le dim 2 mai à 13:17
Le millionaire decide ;)

Sympa ce marché arrière, j aime bien la config de l auto , moins l intérieur évidemment :D

Ca exisfe qu en bva je suppose ?
Carpe.diem le dim 2 mai à 13:18
Oui. :D
turbo1980 le dim 2 mai à 13:22
Et ça glougloute pas à l echappement ? :louche:
Ben_92 le dim 2 mai à 13:46
vraiment sympa cette 300C d'ailleurs sa relative bonne cote prouve ses qualités
Aviator56 le dim 2 mai à 14:05
Le diesel était aussi un bloc Mercedes il me semble (218cv)

Sympa cette voiture, j'aimais beaucoup à sa sortie, un peu moins désormais. Elle a assez bien marché ici j'ai l'impression pour une Berline américaine de 5m de long, ce n'était pas si rare d'en croiser.

Il manque la version SRT-8 et son V8 6.1 et 430cv :cool:
Thierry123 le dim 2 mai à 14:08
Citation de Aviator56 :
«Sympa cette voiture, j'aimais beaucoup à sa sortie, un peu moins désormais.»


Comme toi Aviator, et quelques années plus tard la Dodge Charger est sortie et me plait toujours :good:
caraddict le dim 2 mai à 14:10
Comme dit dans un autre topic, j'avais beaucoup aimé le moteur... Mais j'avais très peu d'expérience à l'époque. Je me souviens malgré tout déjà d'une vraie chaloupe à l'habitacle très cheap, mais y a un côté attachant avec une vraie gueule :cool:
Rod350Z le dim 2 mai à 14:35
Une américaine avec tous ses défauts, certes, mais capable de prendre les traits d'une anglaise de luxe, à peu de frais:




De ce que j'en ai vu, un gros caméléon, personnalisable et polyvalent à souhait:




Aviator56 le dim 2 mai à 14:46
La Chrysler-Lancia Thema qui a suivi est sympa esthétiquement je trouve
Fred le dim 2 mai à 15:20
..le seul problème : vendre ça sous Lancia. Cette voiture transpire l’Amérique. Rebadger la gamme Dodge et cette Chrysler en Lancia a été une énorme erreur.
spilner le dim 2 mai à 15:29
De mémoire les versions pour l'Europe étaient fabriquées en Autriche et le break 300C n'existait pas aux US, là bas c'était le Dodge Magnum avec un avant différent.
Dernière édition le 02/05/2021 à 15:29 par spilner, édité 1 fois
spilner le dim 2 mai à 15:32

turbo1980 le dim 2 mai à 15:40
Sympa en break aussi.
Carpe.diem le dim 2 mai à 15:40
L'outillage pour les breaks était resté chez magna, qui stocke les vieilles chaînes d'assemblage de Mercedes.

Ils ont ressortis la ligne de la S210 en qqs jours :D
ctncrsp le dim 2 mai à 15:55
J'imagine ma w210 avec ce moteur, glups 😅:D
weber-dc40 le dim 2 mai à 15:56
Le break :love: L'un des plus beaux breaks modernes, avec la 156 sw.
caraddict le dim 2 mai à 17:34
@Aviator56 oui ça c'est très bien vendu ici pour une américaine, bon surtout en diesel et beaucoup grâce aux taxis qui se sont dit "chouette, une Mercedes avec plus de gueule et pour moins cher que d'habitude" :cool:
Aviator56 le dim 2 mai à 18:03
:good:
Xtr2 le lun 3 mai à 13:36
Cette 300C c'est aussi la seule w210 qui ne rouille pas !
Elle a eu un certain succès, curieusement on en croise de moins en moins..
Aviator56 le lun 3 mai à 14:26
Faut dire que ça commence à être vieux, cest gros, ça consomme, sans compter les normes de CT.
caraddict le lun 3 mai à 14:47
C'est toi le vieux et gros qui consomme :arg:
Aviator56 le lun 3 mai à 16:30
:ouin:
Je suis plus jeune que toi :D
Xtr2 le lun 3 mai à 16:52
Au passage, c'est un super article mister Arnaud ;)
ItalianDriver le lun 3 mai à 18:39
Sauf que ce n’ai pas une base de W210...
ItalianDriver le lun 3 mai à 18:43
C’est une évolution de la base LH Chrysler avec train arrière penta link de W211 (Classe E) et train avant de W220 (Classe S).
ctncrsp le lun 3 mai à 18:53
J'avais pourtant toujours entendu que c'était une w210 recarrossée (pour simplifier) 🤔
Ben_92 le lun 3 mai à 18:54
encore mieux

https://www.youtube.com/watch?v=8187Vkim8CY
YouTube 0:04
Camping ça va être du grand Mendez
teuschi le lun 3 mai à 19:00
LX la plateforme, pas LH.

Et selon wikipedia, nos europeennes utilisent la PF LE. M'étonnerait pas que la LE soit dérivée de la 210. C'est pas parce qu'elle a des triangles de 211 et 220 que c'est pas une infrastructure de 210.
https://en.wikipedia.org/wiki/Chrysler_LX_platform#LX (Chrysler LX platform - Wikipedia)
Dernière édition le 03/05/2021 à 19:02 par teuschi, édité 2 fois
ItalianDriver le lun 3 mai à 19:42
Pour faire la LX, la base de départ c’est la LH (traction, celle de la 300M), (très) modifiée (grosse évolution) avec ce que j’ai dit.
Dernière édition le 03/05/2021 à 19:43 par ItalianDriver, édité 1 fois
ItalianDriver le lun 3 mai à 19:45
https://www.musclecarsandtrucks.com/the-mercedes-connection-to-dodge-charger-and-challenger-explained/ (The Mercedes Connection To Dodge Charger And Challenger: Explained)
Adam1 le lun 3 mai à 21:40
c une 190 enfaite
Carpe.diem le lun 3 mai à 21:41
Y’a des pièces de w124 d’ailleurs.
Auteur : avec
 1 
Chrysler 300C ›   Actualité   Forum   Occasions  Revues techniques  Fiches techniques
AutotitreForum AutoChrysler300CMarche arrière : La Chrysler 300C 5.7 Hemi             Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoSuzuki Swace Genesis kerv Ford Puma Opel Mokka Porsche Macan Renault Lotus Elise Volkswagen Arteon Mercedes Citroën C5 X Cupra Formentor citadine
MarquesSuzuki Genesis Ford Opel Porsche Renault Lotus Volkswagen Mercedes Citroën Cupra Mazda Bristol Skoda DS Nissan Seat Aston Martin
Actuellement, il y a 422 visiteurs en ligne dont 40 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2021 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales