Bugatti - Page 3 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoBugatti   «   3            Répondre    
 Page précédente    1    2    3 
139 messages
7335 vues
Bugatti
Ludovic le dim 25 mars 2018 à 21:56
c'est vrai aussi, elle ne date pas d'hier cette auto ;)
Thierry123 le dim 25 mars 2018 à 21:57
Je ne trouve pas du tout qu’elle ait pris un coup de vieux la Veyron, elle est toujours aussi impressionnante, ça restera de toute façon une icône!
caraddict le dim 25 mars 2018 à 22:00
J'ai jamais trop aimé son dessin :/
Thierry123 le dim 25 mars 2018 à 22:01


Magnifique :love:
Thierry123 le dim 25 mars 2018 à 22:08
Elle m’a toujours fait penser à une « Super-Bentley », elle doit avoir un air de ressemblence avec la Hunaudière W16 🧐

FRANSYL le dim 25 mars 2018 à 23:21
Je pense que le design de la Veyron survivrat à celui de la Chiron. Même si on peut critiquer son aspect gros insecte à carapace, elle me semble plus spécifique que la Chiron qui, pour plaire, a affadit ses lignes, ce qui la rend plus consensuelle mais moins éternelle.
Siouplé le lun 26 mars 2018 à 08:39
Je suis assez d'accord. La Chiron se rapproche d'une hypercar "normale" surtout de face avec un Scx plus travaillé, la Veyron ressemble plus à une Bugatti dans l'esprit et même le style. Perso j'aime bien les deux, elles sont assez différentes je trouve.
ferrari le lun 26 mars 2018 à 11:42
Quand on parle de Bugatti, je pense de suite à la EB110, même si je n'ai pas encore 30 ans, je reste nostalgique de l'époque des Diablo, DB7, EB110, 355, Testarossa, F40, F50, XJ220... j'aime cette période 1990/2000 que je n'ai pourtant pas connu en tant que "possible" acquéreur mais juste avec des yeux d'enfant. Aujourd'hui encore si j'avais 1 000 000€ (voir 2 à 3 pour une Chiron :/ ) à mettre dans une voiture je ne les mettrai pas dans une contemporaine.
caraddict le lun 26 mars 2018 à 11:51
J'adore aussi cette période mais même si la fiche technique de l'EB110 me laisse pas insensible, je l'ai jamais trouvée belle. Une XJ220 par contre :love:
Dernière édition le 26/03/2018 à 11:52 par caraddict, édité 1 fois
Siouplé le lun 26 mars 2018 à 12:45
L'EB110 était techno plus qu'un exercice de style. Mais quelle bestiole...
caraddict le lun 26 mars 2018 à 12:48
Oui j'étais quand même comme un dingue quand j'en ai vu passer une devant moi y a quelques années :good:
aviator56 le lun 26 mars 2018 à 14:31
L'EB110 est un mythe, mais coté look :/ Je préfère une F50 :cool:
caraddict le lun 26 mars 2018 à 14:34
Controversée aussi la F50 mais j'adore en effet :love: En fait de l'époque l'EB110 est celle que j'aime le moins niveau look :/
Thierry123 le lun 26 mars 2018 à 18:49
J’adore l’EB110 :love: Elle a le charisme des 90’s

Thierry123 le sam 7 juil 2018 à 20:34
https://www.leblogauto.com/2018/07/bugatti-chiron-bientot-divo.html (Bugatti Chiron : bientôt une Divo ? - Leblogauto.com)
Thierry123 le ven 31 août 2018 à 19:09
https://fr.motor1.com/news/264271/bugatti-prototype-berline-photo-espion/amp/ (Est-ce le prototype d'une Bugatti berline ?)

OMG!! 😍😍😍😍😍😍😍

Serait-ce la Galibier???? Bugatti is on fire en ce moment!! 🔥 🔥 🔥
weber-dc40 le ven 31 août 2018 à 23:36
A quand le suv ?
Thierry123 le mar 4 sept 2018 à 22:32


:love: :love: (Mais pourquoi ces niquages de pneus? Y’a une mode? :louche: )
Dernière édition le 04/09/2018 à 22:33 par Thierry123, édité 1 fois
Turbo1980 le mar 4 sept 2018 à 22:48
Pas évidentes à faire ces photos :good: :D
lbad le mar 11 sept 2018 à 17:09
https://www.caradisiac.com/bugatti-la-fin-programmee-du-w16-170877.htm (Bugatti : la fin programmée du W16)
lesbellesauto le lun 8 oct 2018 à 10:38
Bonjour à tous ;)

La semaine dernière lors du départ du Henghien-le-Touquet

:love: :love: :love: :love:

.... .... .... ....

La vraie classe :good:
turbo1980 le dim 18 nov 2018 à 20:33
https://fr.motor1.com/news/183606/bugatti-bain-de-boue-glissades/?fbclid=IwAR3NE0POTIrYPg7mrc9faxhZYSdhEMv39W8sM_7JqP8yHrNJeaV9c_3Mh1I (Des Bugatti se prennent un bain de boue)
caraddict le dim 18 nov 2018 à 20:41
@alfisteforever :D

https://www.carscoops.com/2018/11/champagne-carbon-bottles-bugatti-bubbly/
Alfisteforever le dim 18 nov 2018 à 20:42
Oh putaing la misère
Thierry123 le jeu 22 nov 2018 à 16:59
https://fr.motor1.com/news/277144/bugatti-porsche-molsheim-chiron/amp/ (Quand Porsche rend visite à Bugatti)

weber-dc40 le sam 29 déc 2018 à 12:34
https://www.youtube.com/watch?v=hPkY8nBWxoU (Testing the world's first 3D printed brake caliper - YouTube)


Au dernier freinage :oh: :love:
Freemen le lun 7 janv à 18:45
:oh: :oh: :oh: :oh: :oh: :oh: :love:

https://youtu.be/jCWX-zQY76o (Bugatti sortie de grange - YouTube)
Thierry123 le mar 19 mars à 07:45
https://franceracing.fr/automobile/la-bugatti-royale-de-retour-a-la-production/ (La Bugatti Royale de retour à la production ?)
Thierry123 le mer 27 mars à 19:24
https://www.clubic.com/amp/852745-ressuscitee-electricite-bugatti-royale-reviendrait-2023.html (Ressuscitée grâce à l’électricité, la Bugatti Royale reviendrait en 2023)
I'll-be-back le mar 2 avril à 20:53


Photos : I'll be back, circuit Bugatti, Le Mans, 2019/03.
Exclusive Drive.



I'll-be-back le mar 2 avril à 22:40
Rétromobile 2019/02. Photos : I'll be back




F7R le mar 2 avril à 23:04
:love:
SaluC1 le mer 19 juin à 20:43
Je me suis trompé de topic, j'ai été mettre ça dans le topic Lambo au lieu de Bugatti :oh:
Je ne sais pas pourquoi :D


Citation de SaluC1 :
« Hier j'étais à la cité de l'automobile de Mulhouse et j'ai pu voir en exclusivité la nouvelle expo pour les 110 ans de Bugatti.
Elle ne commence qu'aujourd'hui.
J'ai fait quelques photos, je les mets en vrac ;)

»
F7R le mer 19 juin à 20:46
:good: :love:
lesbellesauto le jeu 20 juin à 17:48
Bonjour à tous ;)

Arrivé de la Bugatti proposait à la vente par Artcurial le lundi 17 Juin. :love:

Bugatti Type 49 Cabriolet 4 places 1933

Estimation 300 000 - 400 000 €

INVENDUE

Carte grise française
Châssis n°49558
Moteur n° 445

- Historique exceptionnel
- Bon état de fonctionnement
- Ligne superbe

Le châssis type 49 moteur 445 est assemblé à l'usine Bugatti en janvier 1933 avec 5 autres châssis du même modèle.


https://www.artcurial.com/fr/lot-1933-bugatti-type-49-cabriolet-4-places-3946-24 (Automobiles en Scène | Vente n°3946 | Lot n°24 | Artcurial)

.... .... ....

Le Faux Cabriolet Gangloff 749G, voiture de démonstration Usine en 1933.
Le châssis 49558 est acheminé à la carrosserie Gangloff de Colmar vers juin 1933 pour recevoir une caisse décrite comme " Faux cabriolet modèle 749 G, pavillon luxe et peinture gris foncé métallisé. "
Le modèle 749.G correspond à une référence datant de 1931, pour décrire le
" Faux Cabriolet 2 portes, 4 places avec malle sur châssis type 49 Long " d'un empattement de 3,22 m.
La caisse est facturée à Bugatti pour la somme de 18.000.ff plus1600.ff de suppléments. Le prix client au catalogue était de 23.000.ff.
Elle est livrée le 25 juillet 1933 à Molsheim.

Une lettre de l'usine, datée du 28 juillet à l'"inspecteur des automobiles Bugatti " pour l'Ouest, M. André Bouchard, indique :
" Je vais faire acheminer sur Paris, le Faux-Cabriolet 749.G Spécial à la Baule, il séjournera à Montaigne en vous attendant. "
Lettre du 3 août : " Après avoir rejoint Caen avec la voiture de la foire de Bordeaux, vous regagnerez Paris où le Faux-Cabriolet Spécial pour la Baule sera à votre disposition, pour rejoindre Nantes par la route.
Au cours de ce voyage, vous voudrez bien prendre toutes les précautions désirables pour que la voiture ne souffre nullement du voyage. "
Le 4 août 1933, le véhicule est acheminé par chemin de fer au magasin Bugatti de l'Avenue Montaigne. L'usine confirme par courrier à Bouchard :
" Je vous confirme que le faux-cabriolet 749.G Spécial (49558) du Concours de La Baule, est parti ce jour, par fer, P.V, sur même wagon qu'un châssis 3L300 destiné à la carrosserie Vanvooren. Il sera donc à votre disposition à Montaigne à partir de mardi prochain. J'ai fait approvisionner par les soins de Levallois, des housses métalliques chromées, pour les roues de secours, que vous emporterez avec vous. "
Le même jour l'usine écrit au concessionnaire de Nantes, Henri Matile :
" Monsieur, Notre représentant Mr Bouchard prendra la voiture à Paris et vous l'amènera sous huitaine au plus tard. Pour la présentation de la voiture, j'en ai confié le soin à la fille d'un de mes très bons clients et fournisseurs, Mlle Yvonne Gurtner, qui sera en villégiature à la Baule, à l'époque du concours et qui a bien voulu accepter. Je vous donnerai en temps utile, toutes indications pour vous mettre en rapport avec elle dès que je serai fixé sur le nom de l'hôtel où elle sera descendue avec sa famille. "
A la mi- août 1933, la voiture est présentée au concours d'Elégance de La Baule-les-Pins, puis le 17 août 1933, la voiture revient à Paris.
Une photo extraite des archives de la famille Bouchard montre l'épouse de R. A. Bouchard aux côtés du véhicule devant la Pergola à Saint-Jean-de-Luz. Le coupé 49 est en plaques Usine NV1. Le cliché peut dater de début août 1933, avant livraison à la Baule ou de l'automne 1933 avant livraison définitive à Nantes en octobre.

Roger-André Bouchard (1899-1954) s'était établi garagiste à Périgueux dès 1926, et sera inspecteur régional pour Bugatti de 1928 à 1939.
Il devait trouver la mort lors du Tour Auto 1954 au volant d'une Austin-Healey.
Au début du mois d'octobre 1933, l'agent Bugatti de Nantes qui a vu le véhicule lors de sa présentation à la Baule décide de l'acheter pour un de ses clients qui est tombé sous son charme.
Le 18 août 1933, la commande d'Henri Matile, 4, rue Racine, Nantes, est validée et l'auto lui est facturée pour la somme de 52.000.ff., le 26 octobre 1933.

Les Faux Cabriolets type 49 Gangloff de 1933 :

Cette voiture est une réalisation unique du carrossier Gangloff et correspond à une commande de l'usine Bugatti.
Durant l'été 1933, Gangloff semble avoir construit 3 faux-cabriolets type 49 à 4 places, dont les numéros d'ordre sont 484, 485 et 486.
Les numéros de châssis ne sont pas indiqués dans le registre, ni les dates exactes de fabrication, et les trois voitures sont livrées à l'usine et non à un client privé.
Si Bugatti avait confié à Gangloff la réalisation d'autres faux cabriolets type 49 dès 1931, il semble que les trois caisses exécutées en été 1933 soient les dernières.
La voiture 49558 est la seule dont le châssis et sa mécanique, aient survécu.

Historique en Pays de Loire 1933-1939.

La voiture est immatriculée neuve le 20 octobre 1933, sous le numéro 50 JH 3 au nom de l'entreprise de son premier propriétaire " Les transports Paland " à Basse-Indre, Loire Atlantique.
Henri Paland (1906-1999) a 27 ans lorsqu'il s'offre sa seule Bugatti.
Il l'achète l'année de son mariage, dont naîtront une fille en 1934 et un fils en 1938.
H. Paland avait fondé les " Transports Paland ", mais possédait aussi des affaires au Cameroun et était, à l'époque, le Président des Transporteurs de la Loire Atlantique et de l'Aéroclub. Il fonde à la fin des années cinquante, la société Europcar. Après cette Bugatti, il possède une Talbot, puis une Hotchkiss en 1945.

Sa Bugatti est revendue d'occasion le 26 juillet 1935 dans le département proche d'Indre et Loire. Elle est immatriculée sous le numéro 553 HD 3, au nom de Pierre Parâtre, rue de l'Alma à Tours. Ce type 49 sera la première Bugatti de cet amateur qui faisait reprendre et entretenir ses autos par le garage Gaillard, concessionnaire Bugatti à Tours, 7 rue George Sand.

Roger Gaillard prend la concession Bugatti en 1933, année de son mariage. Il restera agent de la marque jusqu'en 1950. Le grand garage de 900m2 est situé au cœur de la ville de Tours, près de l'Hôtel de Ville.

P.Parâtre était propriétaire d'une société nommée " Représentation Industrielle de l'Ouest " (R.I.O) dont les bureaux se trouvaient au 4 de la rue George Sand, en face du garage Gaillard !
Il habitait rue de l'Alma et son épouse était chapelière rue Nationale.
La société R.I.O était spécialisée dans les freins automobiles, les roulements à billes et les pièces d'embrayage, et représentait la marque Ferrodo.
En 1935, P. Parâtre possédait un avion privé, pour rejoindre son épouse en villégiature à Saint-Jean-de-Monts, partie en Bugatti.
Si Henri Paland était Président de l'Aéro Club de Touraine, Pierre Parâtre était membre du club concurrent " les Ailes de Touraine " et détenteur du premier brevet de pilote de tourisme d'Indre et Loire début 1932.
Le couple Parâtre n'eut pas d'enfant et l'affaire fut cédée à de jeunes repreneurs dont le directeur devait décéder en 1965.
Fin novembre 1937, P. Parâtre fait l'acquisition d'un type 57 coach Ventoux d'occasion, modèle 1936, mais le faux-cabriolet type 49 sera conservé jusque fin 1938.

Le 3 novembre 1938, la Bugatti 49558 est acquise par un autre amateur tourangeau du nom de Jean de la Chesnaye, domicilié rue Roger Salengro, Tours.
Jean, Hartford, Martel de la Chesnaye (1905-1992) est né d'une mère américaine dont il hérita la fortune. Il était entretenu par une pension confortable.
J de la Chesnaye s'engage dans la Légion Etrangère au Maroc jusqu'en 1937, puis loue les dépendances du château de Chanteloup avant de venir habiter Tours. Il se lance sans succès dans l'élevage de lapins. Durant la guerre, il s'engage dans les ambulances américaines. Pendant l'occupation il se sépare de sa première épouse mariée en 1926. Il quitte bientôt la France pour les USA et finit sa vie au Mexique.
La Comtesse de la Chesnaye figure sur la photo de la Bugatti prise en 1938 à Sare, sur la route d'Ascain, non loin de St-Jean-de-Luz en Pays Basque.
J de la Chesnaye était un habile conducteur mais il terrorisait son épouse lorsqu'il conduisait la Bugatti. La voiture fut revendue au début de la guerre dans le Midi.

En Villégiature sur la Riviera 1939-1959.

Nous la retrouvons enregistrée dans les Alpes Maritimes le 18 décembre 1939, sous le numéro 8620 BA 6 au nom de : Fernand VAN VELSEN, domicilié 12 rue du Maréchal Pétain à Nice.
Nous n'avons pas pu retrouver la trace de ce propriétaire d'origine hollandaise.

Le 28 avril 1948, George LUTZ, domicilié à Nice, 3 boulevard de la Madeleine, ancien mécanicien alsacien formé à Molsheim, se porte acquéreur du faux-cabriolet 49558.
Dans son garage où il restaurera la Bugatti type 35C d'André Binda, Lutz dispose de plusieurs Bugatti équipées en camionnettes dont le châssis 49277.

Le 13 janvier 1950, la Bugatti est revendue au milliardaire canadien Duncan Orr Lewis en sa propriété " Villa Zéro ", 416 chemin de la mosquée au Cap d'Antibes.
Ce grand amateur de Bugatti possède dans son garage sur la Riviera un type 57C Aravis Gangloff acheté neuf en 1938 qu'il conserve auprès de son châssis type 49 ainsi qu'un cabriolet Gangloff châssis 49238 acquis en juillet 1949 auprès du Garage Friderich.
Le type 49 châssis 49558 est, ainsi que l'Aravis, réimmatriculé dans le nouveau système, le 26 novembre 1954, sous le numéro 850 CM 06.
A la fin des années cinquante, Sir Duncan quitte la Riviera pour acheter un joli manoir, le Grand Courtoiseau, à Triguères, dans le Loiret.
L'Aravis va suivre mais les deux type 49 restent sur la Côte d'Azur.

Le châssis 49558 sera acheté par le négociant de Limoges Jean-Louis du MONTANT en 1959 ainsi qu'un document daté du 13 mai 1959 semble en attester.
Celui-ci possède un commerce d'antiquités baptisé " El Porron " au lieu-dit La Brague sur la RN7 à Antibes.
Il semble que du Montant ait acheté en même temps sur Nice, le châssis 49558, le cabriolet 49555 et le moteur ex-49238. Ces deux dernières pièces se trouvent actuellement au Musée de Mulhouse.

J-L du Montant est le dernier propriétaire français connu du véhicule avant son achat par le spécialiste et marchand de pièces Bugatti Bart Loyens au Luxembourg. La voiture est exportée en Hollande le 3 mars 1978 lors de son achat par le Dr F.J.P Spuls.
En 1977 lors de sa première visite chez A.F.Loyens, le jeune amateur et négociant Bruno Vendiesse accompagnant son ami Pierre Dellières venu acheter des pièces Bugatti, remarque le châssis type 49 dans le garage.
Il ne pourra pas s'en rendre acquéreur à l'époque, et la voiture partira en Hollande.
Le 20 mai 2001 B.Vendiesse parvient à acheter la Bugatti au Dr Spuls, et la propose au propriétaire actuel qui entreprend une restauration complète.
Le véhicule est encore en version châssis roulant, mais équipé d'un tablier avec pare-brise rabattable, d'un capot et d'ailes avant qui doivent dater de la période Orr-Lewis.

La restauration du véhicule 2002-2003.

Après avoir décidé de la réalisation d'un cabriolet 4 places sur le châssis, la boiserie sera confiée aux Etablissements Marcadier en Charente et la tôlerie à la maison Cornubert à Peujard en Gironde qui réalise une caisse en tôle avec portes en aluminium.
La réalisation de la capote en Alpage beige et des sièges en cuir blanc fût confiée aux bons soins de Philippe Oncins de Bègles.
Les photos archives de la carrosserie Marcadier montrent bien que le véhicule fut livré avec ses ailes avant d'origine, et son capot mais également la planche de bord complète et originale.
La partie centrale de la caisse, les portes et la malle furent réalisés en frêne.

Le propriétaire actuel s'occupa de réparer le tablier et des premiers travaux de mécanique.
Didier Pacic de Bray en Val dans le Loiret, se chargea de la remise en état du moteur, fournissant bielles, pistons, soupapes et guides.
Une boîte Cotal fût installée, en place de la boîte d'origine Bugatti, numéro 445, qui sera fournie avec le véhicule.
Les travaux de restauration furent échelonnés sur deux ans en 2002 et 2003.
Une peinture en deux tons de rouge est choisie pour ce cabriolet quatre places.
La plaque de carrossier Gangloff qui figurait encore au bas du tablier, et sans doute provenant du cabriolet 49238, est toujours en place.

Le véhicule présenté :

L'analyse des composantes mécaniques actuelles du véhicule confirment l'originalité du moteur gravé aux numéros numéro 49558/445.
La boite de vitesse porte également le numéro 445 sur le corps et le couvercle.
Le pont est numéroté 359 avec un rapport correct de 12X50.
Il peut provenir d'une voiture au numéro de série proche de 49478.
Le cadre de châssis est d'origine, numéroté dans la série des 500 mais difficilement lisible.
Le capot est ancien est porte le numéro 132.
Il s'agit du capot d'origine de la seconde type 49 Gangloff de Sir Duncan Orr- Lewis, châssis 49238.
Les ailes avant possédaient à l'origine lorsque le véhicule fut trouvé en Hollande, une découpe pour la pose de deux roues de secours. Elles furent fermées lors de la restauration.
La plaque Gangloff d'origine doit provenir de 49238.

Lorsque nous regardons les photos anciennes du faux cabriolet 49558, nous remarquons que les ailes avant de l'auto ont une découpe différente des ailes qui équipaient le châssis lors de sa découverte en 2001.
Notre opinion est que capot, tablier et ailes avant proviennent de 49238, qui était un cabriolet Gangloff, modèle 349 G vendu à Marseille en avril 1931 dont le dessin ressemble beaucoup à la carrosserie actuelle de 49558.
Il est fort possible que le pare-brise rabattable provienne également de cette voiture, et qu'ainsi Duncan Orr-Lewis soit le responsable de la provenance des pièces hors 49558 qui composent aujourd'hui le véhicule.

La voiture présentée à la vente est à l'origine un rare Faux-Cabriolet Gangloff, équipé aujourd'hui de nombreuse pièces de la carrosserie du cabriolet Gangloff 49238, et sans doute restauré dans une configuration proche de celle du cabriolet d'origine.

Pierre-Yves LAUGIER
Pour ARTCURIAL mai 2019


Ce cabriolet à l'historique fourni porte l'élégance des plus belles réalisations de la première partie des années 30. L'essai que nous avons réalisé nous a apporté toute satisfaction et le maniement de la boîte Cotal en agrémente grandement la conduite. La mécanique est bien réglée et démarre à la première sollicitation. Cette automobile, prête à prendre la route, est une véritable invitation au grand tourisme, tel qu'il s'envisageait au siècle précédent.

MERCI DE NOTER QUE LA CARTE GRISE FRANÇAISE EST EN COURS ET SERA REMISE A L'ACHETEUR DANS LES MEILLEURS DELAIS A L'ISSUE DE LA VENTE.

;) ;)
Thierry123 le mer 24 juil à 19:29
https://news.sportauto.fr/news/1540783/Bugatti-EB110-s%C3%A9rie-limit%C3%A9e-prix-Pebble-Beach-2019 (BUGATTI A PEBBLE BEACH 2019 : UN MODELE INSPIRE PAR LA EB110 ?)

:love:
I'll-be-back le dim 11 août à 18:14
exemplaire vu aux Classic Days au Mans.
Photo : I'll be back, 2019/07


ferrariste le lun 12 août à 19:07
Quelle vidéo :love: : https://www.youtube.com/watch?v=u5B1jTaqXqc (Speciale Bugatti Corse - Le uniche due EB110 da competizione (Le Mans & IMSA) - Davide Cironi (SUBS) - YouTube)
lesbellesauto le ven 6 sept à 07:49
Bonjour à tous ;)

Voici 5 photos de la place Place Vendôme il y a quelques instants pour un ptit rencard BUGATTI :oh:

Photos faites par un ami,merci FABRICE :good: :good:



https://www.turbo.fr/actualite-automobile/23-bugatti-sur-nos-routes-le-grand-tour-2019-150647 (23 Bugatti sur nos routes : Le Grand Tour 2019)

À l'occasion des 110 ans de Bugatti, 23 propriétaires de Chiron et de Veyron parcourent la France en direction de leur usine d'assemblage à Molsheim.

:love: :love: :love: :love: :love:

Dernière édition le 06/09/2019 à 08:04 par lesbellesauto, édité 1 fois
Recherche de : Auteur : Avec :
 Page précédente    1    2    3 
AutotitreForum AutoBugatti   «   3              Répondre    
 

- Activer le suivi du sujet -

Veuillez vous connecter pour répondre en cliquant ici.



Actualité autoMarche arrière, titres de la semaine, Porsche 718, Land Rover Range Rover Evoque, Volkswagen T-Roc, Renault Mégane, Volkswagen ID.3, Audi A5, Maybach, Jeep Grand Cherokee, Toyota Yaris, Skoda Scala, Mercedes
MarquesPorsche, Land Rover, Volkswagen, Renault, Audi, Maybach, Jeep, Toyota, Skoda, Mercedes, Ferrari, Nissan, MG, Hyundai, Kia, Subaru, Cupra, McLaren
Actuellement, il y a 89 visiteurs en ligne dont 1 autotitreur Statistiques
Copyright © 2001-2019 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales