Nos Belles Anciennes  - Page 663 - Auto titre
Discussions générales | Ecolo | Mécanique | Vie courante | Sport auto | Véhicules spéciaux | Anciennes  
AutotitreForum AutoAnciennesNos Belles Anciennes    «   663   »»            Répondre    
 Page précédente    1    2      655    656    657    658    659    660    661    662     663     664   Page suivante 
33154 messages
452984 vues
Nos Belles Anciennes
Elmoblos le mar 4 fév à 20:11
Quelques photos du Rallye Monte-Carlo Historique de passage dans le Vercors Drômois











Dernière édition le 04/02/2020 à 20:48 par Elmoblos, édité 1 fois
lesbellesauto le mer 5 fév à 05:53
Bonjour à tous ;)

Elmoblos merci pour tes belles photos :good: :good: :good:

Suite de la vente "Aguttes" du 17 mars 2019;)



Citroën TRACTION 7B 1934

Estimation : 15 000 - 25 000 EUR

Résultat : 24 700 EUR


Très bel état d'origine
Complète et à restaurer
Une des premières séries de 7

Carte grise française
Régime actuel: Suisse - non immatriculée
N° série: 015153
N° de coque: absent
N° moteur: 8.7.46/35

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980870? (1934 Citroën TRACTION 7B)

........

Lancée prématurément au printemps 1934, la première 7 à traction avant animée d'un moteur 1 303 cm3 de 7cv méritait de revoir la copie et surtout de gagner un moteur de meilleure vivacité.C'est pourquoi Citroën, dès le mois de juin présente la 7B dotée cette fois d'un 1 529 cm3 de 35 ch et 9 cv fiscaux.
L'inusable Traction commence à atteindre la maturité mais elle doit encore conquérir sa clientèle. Le style de la 7B reprend tous les traits de son prédécesseur, au détail près des phares un peu plus écartés du capot. Sinon toute la finesse du dessin développe son capital de séduction, sous le même nuancier qu'avant (noir, bleu, gris, lie de vin, et ce beige Maintenon si délicat). La 7B conserve tous les standards du cahier des charges Traction Avant, caisse monocoque, moteur flottant, freins hydrauliques, suspension par barres de torsion et amortisseurs, roues avant motrices.
La carrosserie a encore une calotte de pavillon en moleskine, des ailes étroites et des phares à verre plat. A travers la presse de l'époque, comme ‘La Vie Automobile', il est possible de se faire une idée des impressions de sa conduite en 1934; la voiture est qualifiée de brillante, logeable et confortable, la tenue de route est excellente et les freins très sûrs.
La voiture présentée ici possède un charme rare, conservée dans un remarquable état d'origine, elle est une évocation très pure de cette première année 1934 et surtout représente une mine de références indiscutables sur ces modèles à leur sortie, en particulier ce distingué beige Maintenon aux nuances rosées si subtiles. Rien n'a été touché sur cette voiture, et rien ne manque, le cache-roue de secours en trois éléments est bien là sur le panneau arrière. Un état aussi pur mériterait même d'être conservé ainsi, seulement avec une remise en état de la mécanique qui n'est pas tournante pour l'instant (A noter que son moteur correspondrait à un moteur refait chez Citroën après-guerre, mais il est confirmé par le spécialiste des 7B, Dominique Peter, qu'il s'agit bien d'un 1 529 cm3).
Cette 7B provient du Sud de la France, des Alpes-Maritimes, elle avait été trouvée en 1979 par le marchand B. Lafond de Cannes quasiment en premières mains. Longtemps conservée dans son show-room, elle est passée chez un collectionneur de Nice qui l'a douillettement installée dans son garage, mais toujours sans travaux intempestifs, avant qu'elle ne gagne la collection suisse que nous présentons aux enchères.
Pour un amateur de Citroën et de Traction Avant en particulier, approcher une voiture de 1934, une des premières séries de 7, aussi bien conservée, reste un moment rare, mais la perspective d'en faire l'acquisition devient carrément excitante et irrésistible. Une voiture qui mériterait un classement au titre des Monuments Historiques!

Entre équilibre des lignes et avant-garde technique...... Une collection Citroën
C'est dans les détails, l'innovation et la beauté des formes que la marque Citroën m'a toujours attiré. S'il fallait en choisir une? Je pense que ma collection me trahie! Mon irrésistible attirance pour la Traction a fait de moi un collectionneur passionné et amusé. Combien de belles rencontres, de beaux souvenirs aux volants de mes voitures? J'ai un souvenir de chacune d'elle, que ce soit derrière le volant ou à l'atelier à réparer, restaurer, peaufiner!
Mes voitures sont un peu le reflet de qui je suis, voilà tout. Je les regarde tantôt avec mes yeux d'enfant, parfois avec ceux d'un homme malheureusement pris par le temps... mais toujours avec la même satisfaction de me dire que j'ai su préserver un patrimoine vivant!
Le temps, le temps... rouler des journées entières pourrait faire battre mon coeur éternellement. Que ce sentiment soit partagé par leurs futures propriétaires, qu'ils en prennent soin autant que moi, qu'ils prolongent ce que j'ai essayé de faire et qu'ils les rendent éternelles...
Aujourd'hui la marque Citroën compte parmi les plus collectionnées au monde, et si elle jouit d'une telle aura, c'est en grande partie grâce à la Traction Avant qui aura entrainé dans son sillage les autres icones du quai de Javel.
Cette voiture est passionnante à collectionner car elle se décline en une grande variété de modèles, berlines, cabriolets, coupés, familiales, limousines, ce qui a poussé certains amateurs particulièrement touchés à s'entourer de dix, vingt, trente Traction, et si elles ne fonctionnent pas toutes, qu'importe il reste le plaisir de les contempler dans toutes leurs différences. Car il ne s'agit pas d'aligner pour ne voir qu'un seul capot, mais bien d'apprécier toutes les carrosseries extrapolées de la petite 7 originelle, telle que voulue par le Patron et fruit d'un concentré d'ingénieurs inspirés.
Dans mon enfance, mes parents roulaient en Traction, ils en ont gardé une assez longtemps pour que j'apprenne à conduire avec et qu'elle soit le point de départ d'une petite collection, une manie qui m'a entrainé bien au-delà. La Traction a été une voiture d'étudiants pour beaucoup de garçons de mon âge, mais je suis resté fidèle à cet attachement. Rouler en Traction représente l'évocation d'une époque, mais pas seulement, j'aime ressentir son équilibre, faire ce mouvement d'épaule caractéristique pour changer de vitesse, entendre le ronronnement régulier de son moteur, une musique avec les six cylindres de la 15.
On ne peut dissimuler l'aspect romantique d'une telle approche d'objet animé je l'avoue, et puisque nous parlions de son esthétique, je laisse la conclusion à l'auteur d'un catalogue de Traction en Australie par cette formule: «Longues, fines, distinguées, les lignes de la Citroën sont révélatrices d'une conception artistique de haut niveau; de la même manière que la plus délicieuse haute-couture dessinée en France...»
Tout est dit.
Olivier de SERRES

A suivre ;)
RAY2285 le mer 5 fév à 11:48
Ola

Bientôt sur les routes...en cours de restauration ou en attente



Celles ci par contre roule très bien...
203man le mer 5 fév à 15:14
Citation de Elmoblos :
« Quelques photos du Rallye Monte-Carlo Historique de passage dans le Vercors Drômois











»


Ahhhh, le Vercors et ses routes enneigées...........ou pas. :/ :/
Mais jolies photos quand même. :good:
Dernière édition le 05/02/2020 à 15:14 par 203man, édité 1 fois
Elmoblos le mer 5 fév à 20:09
lesbellesauto et 203man....Merci mais c'est un plaisir !!! :good: :good: :good: :good: :good:.... dommage je suis arrivé à la fin de la course (boulot oblige)
Dernière édition le 05/02/2020 à 20:10 par Elmoblos, édité 1 fois
lesbellesauto le mer 5 fév à 23:04
Bonsoir à tous ;)

Raymond encore une bonne pêche,bravo :good: :good: :good:

toujours la suite de la vente "Aguttes" et ses "Tractions" ;)



https://www.aguttes.com/catalogue/96052? (Aguttes - Société de ventes aux enchères Paris Drouot- Neuilly - Lyon)

.... https://www.aguttes.com/lot/96052/9980872? (1936 Citroën Traction 7C)

Résultat : 34 880 EUR

Restauration exceptionnelle
Teinte conforme au millésime et élégante
Version la plus aboutie des premières générations

Carte grise française
Régime actuel: Suisse - non immatriculée
N° série: 076347
N° coque: AK 18 86
N° moteur: FF 01112
Boîte de vitesses: date 21.07.1936

Présentée en avril 1934 la première Traction Avant de Citroën est alors une ‘Petite Voiture' inscrite au catalogue en complément de la gamme 8, 10, 15 Rosalie. C'est alors une 7cv, 1 303 cm3 alésage-course 72x80. Elle manque tout de même de souffle aussi est-elle remplacée par la 7B, 9cv de 1 529 cm3 en 78x80. Entre temps une 11cv est arrivée au catalogue animée par un moteur en 78x100, de sorte et en toute logique, une troisième génération de 7 voit le jour, la 7C, dont le moteur 9cv et 1 628 cm3 est standardisé avec celui des 11 avec des cotes d'alésage-course de 78x100.
Cette fois la 7C a quelque chose de définitif, son moteur de 36 ch lui apporte une bonne dynamique, elle franchit aisément la barre des 100 km/h. Citroën la présente au Salon d'octobre 1934 accompagnée des versions roadster et faux-cabriolet; si les toute premières 7C ressemblent aux 7B, elle se différencieront très vite des séries précédentes par un pavillon entièrement tôlé, et des klaxon montés derrière des petites grilles percées dans les ailes avant (et non plus des klaxon extérieurs vissés sur le pare-chocs). Mieux construite et surtout au caisson renforcé, la 7C est dotée d'un moteur flottant de deuxième génération plus agréable, car sensiblement moins ‘flottant', conjointement à l'installation de cardans Glaenzer-Spicer et d'amortisseurs hydrauliques Spicer. Heureusement pour les usagers un an plus tard au Salon d'octobre 1935, Citroën présente la 7 (et les 11) dotées d'un panneau arrière à malle ouvrante. Une direction à crémaillère complète ce lot de nouveautés au printemps 1936; devenue une voiture homogène et brillante, la 7C devient extrêmement populaire et restera produite jusqu'en 1940.
La voiture présentée fait partie des modèles du premier semestre 1936 encore munis de deux volets d'aération sur le tablier.
Remarquablement peinte dans un élégant bordeaux-lie de vin/ailes noires tout à fait conforme au nuancier de ce millésime elle sort d'une restauration remarquable en Suisse étalée sur deux ans entre 2016 et 2018. On peut dire qu'elle est absolument neuve, elle n'a parcouru qu'une trentaine de kilomètres depuis. Les Ets Carrosserie du Crêt à Villeneuve étaient en charge de la carrosserie, le moteur a été refait chez Roland Dupasquier Moteur Service, la boîte de vitesses chez Aloïs Peter, les ajustements mécaniques chez Jean-David Favez. Pour la sellerie on a confié le travail à la Sellerie André de Geispolsheim et l'électricité à Rosser Gmbh. La voiture vient de France (Saône et Loire), le propriétaire actuel en avait fait l'acquisition auprès du marchand Ch. Houzet en 2009.
Véritable coup de coeur de notre équipe, cette voiture est élégante, raffinée et dans un état de présentation qu'il convient de qualifier d'unique! Les sommes investies donnent le tournis mais le résultat est spectaculaire.

.... https://www.aguttes.com/lot/96052/9980881? (1934 Citroën Super MODERN TWELVE)

Certainement l'une des plus rares et anciennes Traction
Restauration de premier plan
Fonctionnement irréprochable

Titre de circulation britannique
Régime actuel: Suisse - non-immatriculée
N° série: 100 244
N° moteur: FB 01638
N° boîte de vitesses: BZ 5140 -N° de pièce: 5005 20 F02.

Avant de conquérir le monde André Citroën ouvre des filiales dans plusieurs pays d'Europe, la Grande-Bretagne fait partie des premiers en 1925. Une usine entre en activité à Slough dans l'ouest de Londres, sa production est florissante car les Anglais estiment que rouler en Citroën a quelque chose d'exotique en plus de la qualité des voitures aux doubles chevrons.
Toutefois au début des années 1930 ce pays traverse une grave crise économique, comme toute l'Europe d'ailleurs. Aussi le gouvernement instaure des règles de protectionnisme obligeant les véhicules en provenance du continent à comporter un pourcentage donné de pièces fabriqués par les sous-traitants locaux. Démarreur, dynamo, tout l'habillage moteur, circuits électriques et phares, pare-chocs, réservoirs et instrumentation proviennent de maisons anglaises. Enfin pour répondre au goût local, les selleries sont habillées de cuir. Le montage des Traction à Slough suivra une méthode rigoureuse, les éléments en provenance de Javel sont assemblés sur place et reçoivent des soins particulièrement soignés dont une peinture cellulosique de grande qualité et un riche nuancier spécifique aux gouts anglo-saxons.
Selon les barèmes de puissance fiscale outre-Manche, une 7 de 1 303 cm3 correspond à 12 Horse-Power, c'est pourquoi ces premières Traction anglaises s'appellent des ‘Twelve', et même ‘Super Modern Twelve' en terme commercial. Les Anglais réservent un accueil enthousiaste à la petite française, un essayeur de ‘The Autocar' titre: «A car you could not overturn!» (Une voiture qu'on ne peut pas retourner).
Avant l'entrée en série, les ateliers Hammersmith de Slough préparent six unités en provenance du quai de Javel et transformées à la main sur place en conduite à droite aux fins d'homologation. Cette Twelve est la dernière survivante de ces prototypes, nous sommes en présence d'une voiture exceptionnelle qui a fait l'objet d'une restauration rigoureuse étalée sur dix-sept ans par le spécialiste John Gillard, tant il a été difficile de trouver les pièces spécifiques et toute sa documentation technique.
Elle provient d'une collection anglaise d'un des plus grands connaisseurs de Traction outre-Manche, Bryn Hugues.
Repeinte dans le gris d'origine avec les ailes noires, cette Twelve atteint la perfection tant elle correspond à ses standards originels. Les phares Lucas et le circuit électrique en 12 volts sont là, associés à l'instrumentation Smith et le circuit électrique Ripault. L'accastillage spécifique, comme les pare-chocs rectilignes habillent cette voiture, dont la mécanique refaite à neuf, moteur (le 1 303 cm3 de 1934 est bien conforme, mais n'est plus celui de naissance de la voiture, son premier moteur ayant gelé), boîte, freins, fonctionnent à la perfection de manière à rouler agréablement puisque le boîtier de direction a aussi été restauré, à neuf par les Ets. Geoff Harris.
En plus de ce plaisir, le prochain acquéreur de cette voiture aura la fierté de conduire une Citroën particulièrement exclusive.
L'opportunité d'acquérir la plus rare et la plus ancienne des Traction Avant anglaise est à portée de main, elle ne se reproduira sans doute pas de sitôt.

........................................................................................................................

Citroën TRACTION 7B 1934

....

Résultat : 9 880 EUR

Complète et authenticité indiscutable
Rare option conduite à droite d'origine
Rare série produite seulement 4 mois

Carte grise française
Régime actuel: suisse - non-immatriculée
N° Série: 16928
N° Coque: AQ0345
N° moteur: PQ 03310, date de fonderie: 2.7.34/320.
Boîte de vitesses n° BY 0941

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980871? (1934 Citroën TRACTION 7B)



Considérée comme assez indigente, la 7A première des Traction Avant, est remplacée après trois mois de production par un nouveau modèle plus dynamique et mieux agencé, la 7B de 1 529 cm3, 35 ch et 9cv fiscaux.
Si la 7A est apparue prématurée, la 7B marque le début de la maturité, elle conserve la même allure que son prédécesseur, toute la finesse du dessin originel, disponible au catalogue avec la même palette de couleurs, noir, bleu émeraude, rouge excelsior (bordeaux), beige Maintenon, ou gris perle comme la voiture présentée ici, le plus souvent pour les 7 avec les ailes et la housse de roue de secours en noir. A sa sortie la 7 a représenté un évènement de taille, c'était la première fois qu'une voiture de série mettait en oeuvre autant d'innovations à la fois, carrosserie monocoque, moteur flottant, freins hydrauliques, suspension par barres de torsion et amortisseurs et bien sûr les roues avant motrices. Un nouveau style de conduite s'impose dans une voiture plus basse que les autres où les marchepieds n'ont plus raison d'être.
A défaut d'être absolument sûrs de la rigidité sur la monocoque, les concepteurs ont préféré garder un pavillon à calotte en moleskine et un panneau arrière sans ouverture de malle. Des ailes fines et des phares à verre plat complètent ce portrait d'une 7B, qui fait forte impression sur les premiers utilisateurs et les chroniqueurs dans la presse spécialisée. Ils trouvent la nouvelle Citroën brillante, confortable et très sûre, elle atteint les 100km/h! Mais cette deuxième série de 7 aura elle aussi une carrière éphémère inclue dans les quatre mois de l'été 1934, juin à septembre, pour une production de quelque 19 000 unités construites en théorie.
L'exemplaire que nous voyons ici possède un intérêt particulier, d'abord parce qu'elle est dans un authentique état d'origine, ensuite parce qu'elle a la conduite à droite. Il ne s'agit pas d'un modèle anglais mais bien d'une commande disponible au catalogue français pour répondre à la demande d'une clientèle habituée à la conduite à droite sur de grandes voitures, ou aux besoins d'un handicapé. On pourra considérer comme un atout cet état d'origine dans la mesure où il met en présence d'une voiture intacte dont tous les éléments et les couleurs font référence. La voiture est complète, d'origine et possède la sellerie d'époque en bon état d'apparence, la rare calandre en laiton à chevrons derrière les grilles est aussi là.
De son histoire nous ne savons que peu de choses si ce n'est sa provenance des Bouches du Rhône où elle est immatriculée au début des années 1950; son périple l'amène dans les mains d'un marchand français qui la cède au propriétaire actuel.
Elle est alors mise à l'abri dans les locaux de sa collection dans l'attente de jours meilleurs; ceux-ci seront confiés au prochain acquéreur, puisqu'une restauration approfondie s'impose, cette rare et charmante petite 7B le vaut bien.
L'occasion est donnée d'acquérir une authentique 7B 1934 dont la remise en état représente un investissement prometteur, un chantier qui ne saurait être altéré par des éléments disparates ou anachroniques perturbateurs.

.................................................................................................................

Citroën Big Six EX MOTOR INDUSTRIES RESEARCH ASSOCIATION 1952

Estimation : 30 000 - 40 000 EUR

Résultat : 34 880 EUR


Ex Transport and Road Research Laboratory
Historique limpide
Restauration de très grande qualité

Titre de circulation britannique
Régime actuel: suisse - non-immatriculée
N° série: 9-52 7581/N° coque: BPVL6 1997.
N° moteur: PQ 033 10
Date de fonderie 12.03B/35

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980879? (1952 Citroën Big Six EX MOTOR INDUSTRIES RESEARCH ASSOCIATION)

.... ....

Pour beaucoup d'Anglais, Citroën représente une marque continentale plutôt originale, mais pour le ‘driver' connaisseur la maison au Double Chevron est la signature de voitures au comportement routier unique, en tout cas rare dans l'industrie britannique des années 1940/1950. Citroën a ouvert une filiale dans l'ouest londonien en 1925 pour y assembler des voitures qui, tout en conservant leurs qualités fondamentales, pouvaient répondre au goût de la clientèle britannique, c'est-à-dire offrir plus de raffinement que les modèles à leur sortie sur le continent. Ainsi pour les Traction Avant, on avait des garnitures intérieures en cuir et une planche de bord en bois précieux; les réglementations douanières aidaient à ce changement de personnalité en imposant l'origine ‘made in England' à tous les éléments venant de sous-traitants.
La 15 Six respectueusement appelé ‘Six Cylinder' outre-Manche entre dans ce processus, mais reste une voiture assez exclusive, puisque 1 300 unités seulement en seront assemblées. Elles ont connu un certain succès sur les marchés d'export dans le Commonwealth, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, mais il en reste très peu aujourd'hui.
L'une d'elles, rescapée des routes du Royaume-Uni, témoigne d'une carrière tout à fait extraordinaire puisqu'elle a servi longtemps au MIRA (Motor Industries Research Association) une division du Ministère des Transports, immatriculée MYP 575 elle est devenue une des Six Cylinder les plus célèbres d'Angleterre. Achetée en 1952 elle va servir à mesurer le contact des pneumatiques sur divers revêtements routiers en particulier sur route mouillée. Pour ces missions le Road Research Laboratory procède à des interventions profondes sur la voiture; cela commence par percer le plancher pour passer une cinquième roue à relevage par chaîne et l'installation de l'instrumentation et des appareils de contrôle qui occupent une partie du compartiment arrière, une petite place restant pour l'opérateur. Les jours de pluie ne sont pas rares en Grande-Bretagne, mais s'il devenait nécessaire d'inonder la surface, la voiture possédait un réservoir d'eau fixé sur la galerie et reliée à des tuyaux, ayant nécessité de percer le pavillon. Les données étaient saisies par une capsule hydraulique au centre de la jante, reliée à des imprimantes que surveillait un technicien.
Malgré un certain chauvinisme chez nos amis britanniques, c'est une voiture française qui est choisie pour ces tests, elle avait tous les critères voulus, monocoque, plancher plat, puissante et endurante; enfin si elle était française, son montage bien anglais sauvait la face...
Immatriculée MYP 575 la Six Cylinder va parcourir des milliers de kilomètres à travers tout le Royaume-Uni, environ 300 000 jusqu'en 1970. Elle fait alors valoir ses droits à la retraite et entre dans le milieu des collectionneurs, en 1982 elle est remise en configuration d'origine, plancher ressoudé, réaménagement de l'habitacle, on oublie la modification du pavillon en installant un toit ouvrant Webasto, enfin elle est repeinte.
Elle arrive dans la collection du Citroëniste anglais Mr. Stephen S. qui la cède à son propriétaire actuel en.
Elle entre à nouveau dans un période de restauration approfondie qui en fait désormais une voiture quasiment neuve.
Carrosserie aux Ets. Hubert Haberbusch, mécanique chez John Gillard, boîte de vitesses chez Aloïs Peter, transmissions Roger Williams. Les garnitures intérieures sont confiées à Andover Upholstery au Royaume-Uni, les banquettes en cuir clair à Marcel Reusser en Suisse.
Cette voiture est riche d'une histoire tout à fait extraordinaire, de nombreuses photos rappellent sa carrière, elle est aujourd'hui dans un état exceptionnel, voilà l'occasion unique d'acquérir ce fleuron capable de rouler à la perfection encore longtemps

A SUIVRE ;)
I'll-be-back le mer 5 fév à 23:08
Elmoblos et Lesbellesautos : :love: :love: :love: :good: :good: :good:
lesbellesauto le jeu 6 fév à 07:02
Bonjour à tous ;)

Merci Pascal & j'espère que toutes ces "Tractions" interpelles TRAC35,clionrj &turbo81 :?: :?:

Donc voici la suites de toutes ces merveilles lors de la vente "Aguttes" du 17 mars 2019 :love:

Les descriptifs sont comme d'habitude ceux du catalogue "Aguttes" et le lien vers chaque lots permet de découvrir bien d'autres photos de chaque auto ;)



Citroën BIG SIX 1955

Estimation : 40 000 - 60 000 EUR

Résultat : 47 775 EUR


Seulement 77 Six H produites à Slough (7 en 1954, 70 en 1955)
Seules 13 survivantes sont recensées dont 7 connues roulantes.
Ultime évolution, restauration sans limite de coûts

Titre de circulation britannique
N° série: 9-557541
N° coque: 145
N° moteur: W02077 - date de fonderie, 31.5D/15
Boîte de vitesses, date de fonderie: 29.6D/39

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980880? (1955 Citroën BIG SIX)

.... ....

Si les Anglais connaissent Citroën aujourd'hui à travers ses productions modernes depuis la 2cv et les Ami 8, dans les années 1940/1960, il s'agissait d'une marque assez élitiste qui s'adressait à de véritables gentlemen drivers. Une différence de barèmes dans les puissances administratives allait justifier des appellations différentes d'un côté à l'autre de la Manche. Ainsi une 7 devient une Twelve (12), une 11 Légère une Light Fifteen (15 Légère), une 11 Normale une Big Fifteen (grosse 15), mais la 15 on l'appelle avec déférence la Six Cylinder. On peut en conclure qu'il faut plus de chevaux anglais que de français pour faire avancer ces automobiles! Leurs prestations bien supérieures à celles des Traction continentales répondent au goût des Anglais dans les voitures d'un certain prix; toutes les Traction, comme les DS et les ID par la suite, auront des selleries en cuir et des planches de bord habillées de bois et bien sûr la conduite à droite; leur montage avait lieu dans l'usine de Slough à l'ouest de Londres, depuis 1925.
La Six Cylinder fait figure de modèle mythique dans le Royaume-Uni, seuls 1 300 unités en ont été construites et on n'en connait que peu d'exemplaires survivants. Dans ces productions il est un modèle à part, c'est la toute dernière série, celle équipée de la suspension hydraulique sur le train arrière, en préfiguration du dispositif emblématique des DS. Le montage de ces Citroën dans des ateliers moins industrialisés que le quai de Javel, représentait une certaine aventure, aussi lorsque la question de monter la 15 Hydraulique à Slough, Citroën l'a proposée aux technicien de Slough sans les obliger à quoi que ce soit, sachant qu'il s'agirait de toutes façons d'un programme très éphémère. Les souvenirs de l'ingénieur Ken Smith sont précieux pour l'histoire de la marque Outre-Manche, au sujet de la 15 H, il raconte: même si c'est compliqué, il y a des plans, une méthode, pourquoi n'y arriverions-nous pas? Et ils ont fait, ils ont monté quand même 77 unités de la Six H.
En raison des standards britanniques, ces exemplaires diffèrent nettement de leurs homologues français, en dehors des garnitures en cuir et du tableau de bord en bois, l'habillage extérieur était plus sobre sans baguettes de caisse ni sabots d'ailes avant, des phares Lucas de plus petit diamètre et toujours une calandre chromée.
La voiture présentée a été entre les mains du connaisseur britannique Mr. B.H qui cédera la voiture dans les années 1980 au grand collectionneur Mr. Nico Michon en Belgique. Celui-ci va la garder au sein de sa collection jusqu'aux années 2000, lorsqu'elle rejoint la collection du propriétaire actuel. Ce dernier entame alors une restauration approfondie de la voiture, elle aura une robe bleu nuit associée à une sellerie rouge du plus bel effet.
La carrosserie passe aux Ets Hubert à Haberbusch, le moteur et le radiateur chez J.C. Tilly, l'harmonisation mécanique et l'électricité chez John Gillard (le pape de la Citroën en Angleterre et mécanicien attitré de notre collection), la boîte de vitesses chez Aloïs Peter, le garnissage intérieur est confié à Andover Upholstery, les banquettes à Marcel Reusser. On le voit, notre collectionneur comme pour ses autres voitures a confié cette Traction aux meilleurs prestataires du monde dans ce domaine.
Au dela de sa sublime présentation, cette Six H peut revendiquer le statut de véritable rareté. Le circuit électrique est en 12 volts comme sur toutes les Traction de Slough, mais alimenté par alternateur. La transmission a fait appel à Roger Williams; une ligne d'échappement en inox assure le silencieux de l'auto. Le propriétaire tient à préciser que les pièces du système hydraulique sont des originaux achetés auprès de J.C. Tilly, adaptés au LHM.

............................................................................................................

....

Résultat : 133 380 EUR

Une icône unique pour tous collectionneurs de Traction
Restauration sans limite de coût
Allure incroyable et historique limpide



Titre de circulation suisse
N° série Slough: 118 012/coque PVL6 113
N° série Javel: 681 719/coque EE 08 86
Moteur: PD 00944 du 15/05/1939
Boite de vitesse du 10/07/1939

....

Réputée le haut de la gamme Traction Avant à sa sortie en 1938, la 15cv Six cylindres s'impose très vite, mais la production de ces modèles dont le moteur tourne à gauche sera interrompue en 1940 et restera donc limitée, les survivantes en sont rares aujourd'hui.
La filiale de Citroën à Slough en Grande-Bretagne construit des voitures depuis 1925, et des Traction depuis leur début en 1934, le montage de la Six cylindres entre dans cette logique. Le climat international incite à la prudence, aussi seulement 50 numéros de série sont réservés à une première série de ce nouveau modèle, il sera désignée ‘Six' simplement mais avec évidence. Slough n'étant pas encore tout à fait prêt pour cette voiture, son mode de fabrication va être différent du processus habituel où les voitures sont entièrement montées en Grande-Bretagne. Ici la carrosserie est assemblée à Paris, quai de Javel, et dotée de sa mécanique. A son arrivée à Slough on l'habille de toutes les spécificités britanniques, une luxueuse sellerie en cuir, un tableau de bord habillé de bois, un circuit électrique en 12 volts, et montage d'un accastillage très anglais.
Avec cette ‘Six', il s'agit de la version ‘Grand Luxe', donc la plus richement dotée en accessoires: phares Lucas diamètre 27 cm, feux de croisement Trippe, klaxon Windtone, phares longue portée. La sellerie en cuir avec accoudoirs possède des tablettes aux places arrière, volant Brooklands (ici d'origine est rarissime), faisant de cette Citroën une vraie petite Bentley. De la sorte la Six acquiert une nouvelle personnalité qui lui va particulièrement bien. Mais ayant été montée à Javel elle porte numéros de série et numéro de coque français, auxquels s'ajoute le numéro de série Slough puisqu'elle sort finie de cet atelier.
La presse à l'époque, selon ‘The Autocar', chante les louanges de la nouvelle six cylindres: au-delà des performances, c'est le comportement routier qui impressionne le plus les chroniqueurs, ceci ajouté au confort et à la visibilité dont on bénéficie au volant. Cette voiture unique, la seule survivante connue de la série d'avant-guerre, a un historique parfaitement connu et très intéressant. Elle commence sa carrière dans le monde diplomatique en Afrique du Sud où elle est immatriculée la première fois le 16 février 1940. Elle est la propriété de Gert Joannes du Plessis Esq. jusqu'aux années 1970. Elle est alors achetée par le spécialiste Citroën Steve le R. à Johannesburg, qui l'héberge pendant de longues années avant la céder en 1980 à Mr Olivier de Serres. Chez ce collectionneur qui l'accueille avec une émotion renforcée par des traces de sable rouge venu d'Afrique dans tous les recoins de la voiture, elle reçoit des soins cosmétiques sur sa peinture noire mais n'est pas encore remise en route. Avec son habitude de donner des noms féminins à ses automobiles, sa nouvelle venue britannique sera baptiser ‘Victoria'.
Quelques années plus tard la belle ‘Six' va changer de mains à nouveau et entre dans une collection en Belgique consacrée aux 15 Six chez Mr Nico Michon. Là elle fait l'objet d'une restauration complète, carrosserie, sellerie, mécanique, elle est repeinte en gris métallisé, ceci inspiré du catalogue anglais de l'époque. Ce dernier la conservera plusieurs années avant de la céder à son propriétaire actuel en Suisse.
Chez lui la belle Victoria subit une nouvelle restauration extrêmement approfondie, tout est refait à neuf chez les meilleurs spécialistes de chaque discipline. La restauration se déroulera sur 2 ans entre 2016 et 2018. La carrosserie est confiée aux Ets Huber Haberbusch, elle est alors repeinte en ‘Bleu Imperial', sa couleur d'origine retrouvée au fur et à mesure que la restauration de la carrosserie avançait. La mécanique est confiée à JC Tilly, la transmission à Roger Williams et l'électricité aux Ets Rosser. Aussi impressionnante qu'à son premier jour, elle est équipée d'un set de Michelin 185x400 et fonctionne parfaitement.
Restauration entre 2016 et 2018, carrosserie; mécanique J.C. Tilly, transmission Roger Williams, électricité Ets Rosser. Lhabitacle n'est pas en reste, la sellerie réalisée par Andover Family U.K. et les Ets André Gespolsheim en suisse est superbe.
Modèle absolument unique et dans un état exceptionnel, dotée d'un historique limpide, cette Six' de 1939 est une voiture de connaisseur. Sa présence offre une chance rare d'acquérir une voiture qui a déjà suscité beaucoup d'enthousiasme au dernier salon Rétromobile.

.............................................................................................................................

....

Restauration intégrale
Rare toit ouvrant Weathershields monté à l'usine en option
Historique limpide

Titre de circulation suisse
N° série: 9-52 7549
N° coque: BPVL6 2012
N° moteur: PR 09 441 - date de fonderie: 17.9B.34


https://www.aguttes.com/lot/96052/9980878? (1952 Citroën BIG SIX)



Considérée comme un marché d'exportation important pour Citroën, la filiale britannique de la marque construira des voitures depuis 1925 jusqu'à 1966 dans l'usine de Slough (Buckinghamshire) à l'ouest de Londres. Les réglementations douanières imposent aux constructeurs du continent de laisser un maximum d'éléments de l'industrie locale sur les voitures, la maison mère n'envoyant outre-Manche que la partie carrosserie et mécanique stricto sensu, sans aucun périphérique.
C'est ainsi que les Traction Avant entrent en production dès l'automne 1934, d'abord les 7 (désignées Twelve selon les barèmes britanniques), les 11 (désignées Fifteen) et enfin les 15 six (désignées Six). Celles-ci apparaissent juste avant la guerre en 1940 à quelques dizaines d'unités assemblées début 1940. Il faudra attendre septembre 1948 pour revoir la Six Cylinder sur les routes de Sa Gracieuse Majesté, elle y fait forte impression. Déjà pour les Anglais de rouler en Citroën a quelque chose d'exotique, mais avec la puissance et le comportement routier de la Six Cylinder, l'affaire devient passionnante.
Pour leur fabrication les Traction Avant anglaises suivent toutes le même mode opérationnel, la structure et la base de la coque arrivent du quai de Javel, ainsi que les éléments de carrosserie, le tout est assemblé à Slough, avec des protections et des peintures de grande qualité.
Deux interventions: élargir le bac à batterie pour accueillir des accus de 12 volts et l'installation d'un toit ouvrant sur un grand nombre de modèles. Le moteur nu arrive de Paris, ainsi que la boîte, tout le reste est britannique, démarreur, dynamo, pompe à essence, etc. Il en est de même pour les accessoires, phares (Lucas), batterie, pare-chocs, équipement électrique et instrumentation, la calandre toujours chromée avec les chevrons derrière la grille, etc.
Enfin l'aménagement intérieur répond aux standards de la clientèle britannique, toutes les garnitures sont en cuir (Connolly ou Bridge of Weir) et la planche de bord habillée en ronce de noyer.
Lorsque la Six Cylinder revient au catalogue 1948/1949 Slough l'habille de l'accastillage British, pare-chocs rectilignes nervurés, grands phares Lucas, on ne fixe pas de baguettes sur la ligne de caisse et on a juste un sabot sur l'aile arrière, les essuie-glaces sont en bas du parebrise une sellerie très raffinée accueille les passagers. Cette Citroën est une voiture chère, réservée à une clientèle qui sait ce qu'elle veut. Le modèle évolue quelque peu pour les années 1950 avec des parechocs de section arrondie à gros butoirs.
Le nuancier beaucoup plus riche que celui de Javel, offre un choix de couleurs métallisées, rouge, vert, gris, et noir quand même. En titre du catalogue 1951, la filiale annonce: «Citroën Six, for Speed and Safety - Famous the World over». Pour un prix de 1 525 £.
La Six Cylinder présente ici est un modèle de 1952 de couleur gris-bleu à sellerie en cuir rouge, elle est dotée du toit ouvrant Weathershields monté à l'usine en option.
Elle a été longtemps dans les mains du connaisseur anglais B. H. qui l'a vendue à un grand collectionneur de 15 en Belgique avant d'arriver dans les mains attentionnées du propriétaire actuel.
Celui-ci a engagé pour elle une restauration dans les règles sur les années 2014 et 2015, concernant la voiture dans son ensemble. Carrosserie aux Ets Hubert Haberbusch, mécanique chez J.D. Favez, la boîte de vitesse chez Aloïs Peter. Les sièges et la moquette ont été confiés à la Andover Family Uphostery au Royaume-Uni, mais les panneaux de portes en très bel état d'origine ont été conservés.
Produite à seulement 1 300 exemplaires en tout, la Six Cylinder est une voiture d'exception, il en reste peu de survivantes, beaucoup ont été exportées; on a aujourd'hui l'opportunité d'acquérir une de ces fabuleuses routières dans un état neuf qui conserve quelques traces d'une chaleureuse patine d'origine.

..............................................................................................................

....

Résultat : 34 580 EUR

Seulement 50 exemplaires aujourd'hui récences
Beaux accessoires d'époque
Parfait fonctionnement


Titre de circulation suisse
N° série: 682 168
N° Coque: EI 03 42
Moteur: PD 00806 daté du 3.5.39
Boîte de vitesse du 18.07.39

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980873? (1939 Citroën 15 SIX G Familiale)



Réputée ‘la Reine de la Route', la 15 six va d'abord devoir faire ses preuves; dans la production Citroën du moment elle doit représenter le haut de gamme des Traction Avant. Sa naissance est discrète, en juin 1938, d'allure très sobre selon le souhait de P.J. Boulanger le Patron de Citroën, il fallait qu'elle ressemble à la 11.
La nouvelle venue se développe donc sur une carrosserie de 11, très renforcée à laquelle on adjoint un moteur six cylindres maintenu par des broches allongées et un berceau spécifique; un capot allongé et des ailes plongeantes vers l'avant apparaissent comme les seuls traits distinctifs, si ce n'est le petit écusson '15 six' sur la calandre et sur l'aile arrière censés inciter au respect. La 15 six sort en berline dans un premier temps, et comme souvent les débuts seront difficiles, mais le potentiel est là, une tenue de route impressionnante et un moteur fabuleux! Ce moteur qui, de manière originale tourne vers la gauche, explique le vocable de 15 six G. Enfin les Michelin concèdent un luxe à la 15, c'est à l'intérieur, la sellerie en velours de mohair marron s'avère inoubliable tant par son aspect cossu que par ses fragrances. Pour la liaison au sol, Michelin adapte les nouvelles roues Pilote à rayons plats aux dimensions de la voiture, c'est-à-dire en 185x400.
Après la présentation de la berline 15 au Salon de l'Auto d'octobre 1938, la voiture semble bien au point et en toute logique prête à se décliner dans quelques versions attendues, une Limousine et une Familiale six glaces. On reprend ici de la même manière, des caisses de 11 à empattement long auxquelles on greffe le train avant et la mécanique six cylindres. Produites jusqu'en 1940 toutes les 15 six G, berlines, familiales, limousines, sortiront de couleur noire à roues ivoire. La 15 apparait infiniment mieux finie et pensée que les 11, ainsi sous le capot tous les éléments d'entretien sont disposés du même côté, au volant le chauffeur trouve son frein à main très accessible, quant au levier de vitesses son maniement plus développé que sur les 11 le rend plus agréable. La conduite d'une 15 laisse des impressions fortes, la voiture est lourde et puissante, le couple énorme, mais on la tient en main comme un gros animal qui malgré le tempérament obéit aux sollicitations de son cornac. A l'époque elle n'était peut-être pas la plus puissante des routières, mais ses atouts en comportement routier faisaient la différence, d'où sa réputation. Dans la presse automobile de 1938 elle est qualifiée de ‘sensationnelle'.
Quant aux versions à empattement long, Citroën en propose deux, une Familiale à 8 ou 9 places dotée de strapontins, et une limousine à l'espace arrière extrêmement spacieux, elles aussi garnies en velours de mohair. Les qualités routières de ces versions allongées restent aussi sûres que pour la berline. La production des 15 six G n'ayant réellement commencée que début 1939 pour la berline, en février pour la familiale et la limousine, elle sera interrompue en février 1940, cette brève année en fait donc une voiture très rare, produite à 2 300 unités dont une cinquantaine de survivantes sont aujourd'hui recensées.
La 15 six G Familiale que nous présentons ici est donc un de ces très rares modèles, elle est équipée d'une galerie OLD (Olivier Lecanut Deschamps) et d'un set de roues accessoires Robergel, qui n'altèrent en rien le style général de la statutaire Citroën, bien au contraire. L'équipement intérieur se compose d'une banquette à l'avant, une disposition peu courante sur les 15 familiales, et le moteur d'une pipe à deux carburateurs, cette voiture est rapide et sûre.
Intéressante par sa rareté, cette voiture l'est aussi par son histoire. Achetée neuve par un industriel lyonnais, elle se trouve réquisitionnée pendant l'Occupation pour la Kommandantur de Lyon, alors peinte en blanc réglementaire. A la Libération elle est récupérée par les Américains qui se feront, parait-il, un peu prier avant de la restituer à son premier propriétaire. Elle arrivera plus tard, dans les années 1970 entre les mains du Docteur René B. dans le Rhône toujours, celui-ci la vend au collectionneur de 15 Mr. Nico Michon en 2001, elle est encore à l'époque proche de son état d'origine, seul le moteur ayant été refait. Après une autre transaction, elle arrive chez son propriétaire actuel qui en entreprend une restauration approfondie étalée sur deux années entre 2012 et 2014. La carrosserie passe chez Hubert Haberbusch, la sellerie aux Ets André de Geispolsheim; le moteur, le radiateur et le circuit électrique passé en 12 volts sont confiés à la maison Tilly en Alsace, avec la pose d'une ligne d'échappement en inox. La boîte de vitesses et la transmission Roger Williams sont restaurées chez Aloïs Peter, dotée d'un nouveau différentiel spécialement taillé.
Seulement 50 exemplaires aujourd'hui récences.

A SUIVRE ;) ;)
I'll-be-back le jeu 6 fév à 08:51
Aguttes… Ach ! Gut !...:) :good:
lesbellesauto le jeu 6 fév à 14:31
Si c'est bon je continue alors Pascal ;)

Avant la déferlante "Retromobilesque" :D je vais essayer d'en finir avec la vente Ach ! Gut !.. :)



Citroën 11A LIMOUSINE 1934

Estimation : 20 000 - 40 000 EUR

Résultat : 25 000 EUR




Rare modèle à portes symétriques
Bel état d'origine, beaux accessoires d'époque
Excellente base de restauration

Carte grise française
Régime actuel: suisse - non-immatriculée
N° série: 101 099
N° coque: ED 07 85
N° moteur: DN 0842 daté du 30.11.34/403

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980874? (1934 Citroën 11A LIMOUSINE)



Au commencement, était la 7 Traction Avant, probablement positionnée au catalogue Citroën comme une série novatrice mais complémentaire des gammes 8, 10, 15 Rosalie. Devant l'engouement rencontré et l'idée d'André Citroën d'axer sa production exclusivement sur le principe de la traction avant, le Bureau d'Etudes est en charge de concevoir en un temps record, une gamme complète de modèles à grand volume.
Il y avait eu la 7 Sport animée d'un moteur 2 litres 11cv, elle conservait la caisse petit volume des 7, mais avec ce moteur il devient possible d'envisager des voitures plus grandes en longueur et en largeur tout en conservant les lignes générales des 7. Cet exercice de style pourra donner le jour à une berline 6 places, accompagnée d'un Cabriolet-roadster et d'un Faux-cabriolet sur le même empattement. L'affaire ne s'arrête pas là puisque Citroën veut ouvrir cette gamme à des modèles Familiale et Limousine sur empattement long, toujours en monocoque, ce qui posera au début quelques problèmes de rigidité. Ces versions aux lignes étirées ont trois glaces latérales et malgré leur ligne très basse, elles ont des capacités d'accueil inattendues; un premier modèle, la Limousine est une voiture à 5 ou 6 places au compartiment arrière spacieux, le second modèle est une Familiale à 8 ou 9 places équipées de strapontins repliables entre les deux banquettes. Prisées des familles nombreuses, ces voitures seront longtemps l'apanage des taxis. Sur les premières séries on observe un effet de style par lequel la porte arrière est symétrique à la porte avant. Les Familiales et Limousines d'avant 1940 et à fortiori des premiers millésimes, sont devenues fort rares.
C'est une 11A Limousine de fin 1934 dans un pur état d'origine sous une couleur noire, qui est ici proposée à la vente, une pièce rare donc. Celle-ci ne cache rien de son état, elle est à restaurer entièrement, mais sa base est saine, et surtout elle possède tous ses accessoires d'origine si difficiles à trouver, comme la calandre en laiton à orifice de manivelle circulaire, les phares à verre plat, les ailes avant avec leurs grilles de klaxon. Elle porte encore ses feux de signalisation arrière circulaires. Etant donné qu'il s'agit d'un des premiers modèles, la caisse est encore d'une pièce à l'arrière sans malle ouvrante. Les garnitures intérieures et les banquettes sont présentes et au complet, bien évidemment comme les modèles de ces premières années, la planche de bord a le cadran central, la disposition des commandes suivant une belle symétrie (seul le sélecteur de vitesses a été changé). Enfin elle n'a pas été remise en marche depuis longtemps et le moteur nécessite sans doute des soins attentifs, si ce n'est une réfection, mais on a sous le capot le moteur d'origine de cette 11 Limousine, puisqu'il est estampé de la date du 30 novembre 1934.
De son histoire on sait seulement qu'elle provient des Alpes-Maritimes, elle était arrivée dans les mains du collectionneur Niçois Mr Th. B. qui l'a vendue au propriétaire actuel. Les Traction Avant à empattement long survivantes sont fort rares, on a ici l'opportunité d'acquérir un exemplaire très exclusif de cette série puisqu'il s'agit de la Limousine. Sa restauration sera d'autant plus intéressante que l'on pourra travailler sur une base absolument d'origine.

..................................................................................................................


....

Résultat : 20 995 EUR

Rarissime 1ère série de Traction
Bel état de conservation
Frais mécanique important

N° de Châssis: 5814
N° de coque: AX 04 70
Titre de circulation suisse.

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980882? (1934 Citroën TRACTION 7A)



Tout le monde le sait aujourd'hui, le lancement de la Citroën 7 à traction avant représente une telle date dans l'Histoire de l'Automobile. Son influence sera majeure pour toutes les années à venir et la marque Citroën pour toujours associée à la notion de roues avant motrices.
Début 1934 Citroën connait de grosses difficultés financières, pour le Patron la sortie d'un modèle révolutionnaire ressemble à un quitte ou double, mais en voulant hâter sa sortie, la nouveauté sera prématurée.
La conception de la 7 relève de rencontres à haut niveau, voiture monocoque, moteur 4 cylindres à soupapes en tête, moteur flottant, freins hydrauliques, suspension par barres de torsion et amortisseurs, et bien sûr la traction avant qui lui procure une tenue de route inégalée et quasiment inconnue alors; sans oublier un dessin qui confine au grand art. Autant d'atouts quelque peu ternis par la fragilité des premières séries, très vite améliorée au fil des semaines, ce qui rend cette voiture passionnante par l'observation des nombreux détails qui peuvent différencier une 7A d'une autre.
Promise à une évolution importante, la première 7 se distingue par de nombreux détails des autres ‘Traction Avant' à venir.
Des ailes fines, phares à verre plat, klaxon extérieurs, calotte de toit en moleskine, roues en diamètre 40; l'intérieur est traité avec raffinement, sur le tableau de bord au dessin symétrique le cadran est au centre.
Dans ces premières séries les ingénieurs craignant une faiblesse de la carrosserie laissent le panneau arrière d'une seule pièce, pour charger ses bagages il faut passer par l'intérieur. Le moteur est un 1 303 cm3 de 32 ch, c'est le seul vrai 7cv et il laissera son nom aux modèles suivants bien qui auront en fait 9cv.
Citroën a réservé 7 000 numéros pour cette série, le modèle que nous présentons possède le numéro 5 814, il serait donc parmi les derniers produits, donc les mieux finalisés.
Cette 7A qui apparait dans la couleur bleu franc/ailes noires du nuancier 1934 a fait l'objet d'une restauration mécanique approfondie qui la rend parfaitement fiable; mécanique chez J.C. Tilly, boîtier de direction par A. Peter à Thoun. Les freins ont été refaits et elle est chaussée à neuf de Michelin Superconfort en 140 x 40. La sellerie quant à elle est dans son état d'usage dans le pur respect de l'origine en drap de laine gris et comme dans ces premières séries la planche de bord s'harmonise, elle est peinte en gris. Il va sans dire que la coque de cette voiture est saine sans trace de corrosion apparente.
Contrairement à une idée reçue, une 7A peut devenir agréable à conduire et capable de grandes distances lorsqu'elle est dans l'état de perfection de celle-ci. Il reste peu de 7A de nos jours, quelque 70 unités en sont recensées, si ce rare modèle d'un charme réel manque à une collection de Citroën, c'est l'occasion d'en acquérir un exemplaire qui ne prendra pas une ride avant longtemps.

A suivre avec d'autres lots hors "Traction" ;) ;)
I'll-be-back le jeu 6 fév à 22:10
Bonsoir.
Alors que Stéphane et Madame s'apprêtent à s'envoler pour une destination mal nommée au regard des croupes callipyges qui s'y meuvent (:) ), je suis sur le point de rejoindre, demain, Paris pour un Week-end ayant pour point d'orgue Rétromobile. Je ne doute pas de la qualité du plateau, à l'instar de celle des dernières éditions…
Pour l'heure, ayant par ailleurs recomplété mes munitions "classiques" dimanche dernier en Catalogne, il me reste encore à écluser les dernières belles du sud-ouest toujours en souffrance.
Dernier tir groupé, sans idée de manœuvre, avant de prochains développements structurés comme il se doit !...
Bonne soirée à toute et tous.
Photos : I'll be back, 2019/07





















;)

Et un petit focus sur une voiture française peu connue : une Suncar. Voiture du soleil. Tout un programme...printanier.



http://www.valeurs-francaises.fr/web/Suncar-Kamouh.html (Suncar/Kamouh. - Valeurs françaises)

Bon week-end !...
;)
Dernière édition le 06/02/2020 à 22:19 par I'll-be-back, édité 2 fois
203man le ven 7 fév à 15:22
Citation de Elmoblos :
dommage je suis arrivé à la fin de la course (boulot oblige) »


Tu n'aurais pas du quitter ton ancien boulot......:D :D :D :D
Elmoblos le ven 7 fév à 16:45
:D :D :D
lesbellesauto le ven 7 fév à 23:48
Bonsoir à tous ;)

Citation de l'll-be-back :

« Bonsoir.
Alors que Stéphane et Madame s'apprêtent à s'envoler pour une destination mal nommée au regard des croupes callipyges qui s'y meuvent................ »


Avec une telle présentation je me demande bien qu'elle va t'être mon occupation principal lors des 15 prochains jours :D :D :D

En attendant voici un dernier regard humoristique sur la vente "Aguttes" du 17 mars 2019 ;)



1993 - SAAB 900I 192 000 KM

https://www.aguttes.com/lot/96052/9980841?

.... ....

JAGUAR XJ6 4.0 SOVEREIGN 1990

Résultat : 4 430 EUR

34 000 KM Vendue en l'état sans réserve

....

Bonne nuit à tous ;)
pat7672 le sam 8 fév à 10:17
Petit clin d’œil à tous les bretons et normands de ce forum :D

Dernière édition le 08/02/2020 à 10:19 par pat7672, édité 1 fois
lesbellesauto le sam 8 fév à 17:38
Bonjour à tous ;)

pat7672 trop fort :D :D :D

Donc avant de vous quitter pour CUBA voici de belles rencontres encore toutes chaudes qui avaient un rendez vous Parisien ;)





........

........ ........ ........ ........ ........ ........ ....





.... .... ........

Et après cette Z8 absolument pas rencontrée par hasard voici une surprise du net avec cette BMW CUBAINE qui ne doit absolument pas courir les rue là-bas mais devrait motiver Pascal à aller vérifier :D :D :D :D



;) ;)
lesbellesauto le dim 9 fév à 09:34
Bonjour à tous ;)

Direction l'aéroport.................................

https://www.youtube.com/watch?v=wc5vncyWQnY (Plastic Bertrand - Ça plane pour moi (1978) - YouTube)
YouTube 2:59
Plastic Bertrand - Ça plane pour moi (1978)


......... A BIENTÔT ;)
I'll-be-back le dim 9 fév à 21:02
Bon séjour cubain à vous deux, Stéphane !!… Ramène nous plein de jolies choses...:) ;) :good:
I'll-be-back le dim 9 fév à 23:03
Citation de I'll-be-back :
« Exemplaire vu à Paris ce Week-end.
Photos : I'll be back, 2020/02


»


Bonne soirée !...
;)
passion203 le dim 9 fév à 23:18
Une SAAB ! :love: :love:
I'll-be-back le lun 10 fév à 23:33
Picts of the night by I'll be back…


Citation de I'll-be-back :
« Photos : I'll be back, 2020/02



»
RAY2285 le mar 11 fév à 07:16
Ola

De retour de rétromobile...de belles choses...mais pas pu tout voir...

Dernière édition le 14/02/2020 à 21:04 par RAY2285, édité 2 fois
RAY2285 le mar 11 fév à 07:25
Suite retromobile


RAY2285 le mar 11 fév à 07:45
Suite



Dernière édition le 14/02/2020 à 21:06 par RAY2285, édité 1 fois
JB007 le mar 11 fév à 18:50
Balade dans le Tarn.
Renault 4 F4.


Citroën Méhari.


Pontiac GTO.


Mixte entre Dodge et Citroën U. :louche:


Renault Express.
I'll-be-back le mar 11 fév à 19:00
Bonsoir.
Picts of the night by I'll be back avec un retour dans le sud-ouest.
Une rare BMW 325iX E30.
Photos : 2020/02



(dernier cliché : du Net)
;)
Dernière édition le 11/02/2020 à 19:02 par I'll-be-back, édité 1 fois
I'll-be-back le mer 12 fév à 18:53
Merci à RAY2285 pour sa contribution bienvenue avec ce reportage sur RETROMOBILE 2020...:good: :good: :good: :
De belles photos !..:good:
Je ne manquerai pas de le compléter en temps utile…
D'ici là, toujours quelques images du sud du sud…
;)



Citation de I'll-be-back :
« Un grand classique : la Ford Capri.
Photos : I'll be back, 2020/02


»


La Ford Capri vue par l'Auto-Journal... à son époque.



Dernière édition le 12/02/2020 à 18:55 par I'll-be-back, édité 1 fois
caravelle66 le jeu 13 fév à 09:11
vu dans le quartier

I'll-be-back le jeu 13 fév à 20:18
Merci @caravelle66 pour cette contribution d'outre-Atlantique !...:good: :good:
I'll-be-back le jeu 13 fév à 20:29
Allez, une petite Rodéo parisienne, au pied de la tour Montparnasse…
Jour et Nuit. Vite fait...
Photos : I'll be back, 2020/02.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Renault_Rodéo (Renault Rodéo — Wikipédia)




(dernier cliché : du Net)

https://www.youtube.com/watch?v=0oFRGOohwJQ (PHIL COLLINS - IN THE AIR TONIGHT - Easy Piano Tutorial - YouTube)
YouTube 4:42
PHIL COLLINS - IN THE AIR TONIGHT - Easy Piano Tutorial
Dernière édition le 13/02/2020 à 20:33 par I'll-be-back, édité 3 fois
I'll-be-back le ven 14 fév à 23:24
Bonsoir.
Après la BMW 325iX E30 du sud-ouest, on poursuit avec la BMW 525i E34 parisienne…
Photos : I'll be back, 2020/02




(dernier cliché : du Net)

Bonne nuit !
;)
Dernière édition le 14/02/2020 à 23:37 par I'll-be-back, édité 1 fois
atom245 le sam 15 fév à 15:45
Quel chassis !:love:
I'll-be-back le sam 15 fév à 19:23
Bonsoir.
Après l'intermède parisien (hors portes de Versailles et RETROMOBILE 2020 sur lesquels je reviendrai lAAAAAAArgement…), revenons un peu aux belles du sud-ouest afin d'en finir avec les shooting de 2019 et se consacrer à celui de ce mois-ci, en terre catalane…
En attendant, retour sur la côte atlantique, très au sud de Bordeaux…
Et un couple d'Alfa Roméo partageant un même espace spatio-temporel...
Photos : I'll be back, 2019/09




(dernier cliché : du Net)
==


(derniers clichés : du Net)
A plus tard !
;)
Dernière édition le 15/02/2020 à 19:50 par I'll-be-back, édité 2 fois
I'll-be-back le dim 16 fév à 20:45
Bonsoir.
Toujours une italienne. Et toujours du sud-ouest.
Maserati 3200 GT Spyder.
Qui s'en plaindra ?
Photos : I'll be back, 2019/09


;)
passion203 le dim 16 fév à 21:04
J'adore le numéro sur la porte... :D :D :D
203man le lun 17 fév à 10:18
C'est un département français ça?? :p :p :p
passion203 le lun 17 fév à 10:42
Citation de 203man :
« C'est un département français ça?? :p :p :p »


Non, tu as raison, c'est Breton ! :p :p :p :p :p

Pas de routes payantes, de délicieuses galettes.... :cool: :cool: :cool: :cool:

On a même des espions au Gouvernement Français.... :D :D :D

:D :D :D :D :D :D

@203man
Dernière édition le 17/02/2020 à 10:46 par passion203, édité 2 fois
203man le lun 17 fév à 10:46
:good: :good:
JB007 le lun 17 fév à 17:40
Auch.
passion203 le lun 17 fév à 18:18
Citation de JB007 :
« Auch.


»


Ouch !



:D :D

@JB007
Dernière édition le 17/02/2020 à 18:18 par passion203, édité 1 fois
I'll-be-back le lun 17 fév à 20:11
JB007 : Ah, finalement déjeuner en centre-ville… Pied de la cathédrale ou au Neuf ?..:)
JB007 le lun 17 fév à 20:42
@passion203> :D :D

@I'll-be-back> Pour le repas, c'était au Golf d'Embats, pour le France, c'était bondé.
Sinon visite de la Cathédral et de l'escalier monumental par les parents. ;)
I'll-be-back le lun 17 fév à 20:47
Ce soir, entre cimes du Canigou et Méditerranée, un duo d'anciennes qui nous rapprochent du grand rassemblement dominical sans même en avoir émis l'idée d'y participer…complexées par une carrosserie supposée sans saveur...
Peugeot 305 et Renault 4 fourgonnette…
Photos : I'll be back, 2020/02





;)
I'll-be-back le lun 17 fév à 20:48
JB007 : OK !... Pas déçu j'imagine par le golf ?..;)
JB007 le lun 17 fév à 21:56
@I'll-be-back> Non, très bonne adresse, Merci. :good: ;)
RAY2285 le mar 18 fév à 09:07
Ola

Bon il y a plus discret pour faire ses courses...

I'll-be-back le mer 19 fév à 14:00
Bonjour.
Bien. Retour au sud du sud.
Triumph TR4
Photos : I'll be back, 2020/02.



(dernier cliché : du Net)
;)
passion203 le mer 19 fév à 17:34
Salut les gars (et les filles ! :D )

Voici un sujet à consulter :

https://www.autotitre.com/forum/hs/Pourras-t-on-sauver-le-Richard-Marika-121031p1.htm

Je sais, il n'y a pas de S à pourra ! :D :D :D

Si vous connaîtriez des personnes intéressée....

Je remercie d'avance tous les donateurs.... ;)
JB007 le jeu 20 fév à 19:30
Musée Circuit Automobile du Comminges à Saint-Gaudens (31).
Terrot.


Amilcar CGSS.
I'll-be-back le jeu 20 fév à 22:41
Bonsoir. Toujours le sud-ouest et une petite lionne populaire que l'on ne voit plus que bien rarement de nos jours…
J'ai nommé la Peugeot 104.

(du Net)
Photos : I'll be back, 2020/02



==

(dernier cliché : du Net)
;)
Auteur : avec
 Page précédente    1    2      655    656    657    658    659    660    661    662     663     664   Page suivante 
AutotitreForum AutoAnciennesNos Belles Anciennes    «   663   »»            Répondre    
FERMER
 

- Activer le suivi du sujet -

Rendez-vous en bas de la dernière page pour répondre à ce sujet.


Actualité autoMarche arrière titres de la semaine Fiat 500 carte grise BMW Série 4 Vega Porsche 718 aide Top Gear Nissan Leaf BMW i8 Volkswagen Caddy Jaguar
MarquesFiat BMW Porsche Nissan Volkswagen Jaguar Land Rover Ford DS Volvo Hyundai Kia Peugeot Tesla Maserati MG Skoda Lotus
Actuellement, il y a 404 visiteurs en ligne dont 39 autotitreurs Statistiques
Copyright © 2001-2020 - Lionel Rétif - publicité - partenaire : Carte des membres - Mentions légales